Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesVVio-lence › Oppressing The Masses

Vio-lence › Oppressing The Masses

  • 1990 • Atlantic 7 82105-2, 82105-2 • 1 CD

cd • 8 titres • 41:28 min

  • 1I Profit
  • 2Officer Nice
  • 3Subterfuge
  • 4Engulfed By Flames
  • 5World In A World
  • 6Mentally Afflicted
  • 7Liquid Courage
  • 8Oppressing The Masses

line up

Deen Dale (basse), Phil Demmel (guitare), Robb Flynn (guitare), Sean Killian (chant), Perry Strickland (batterie)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
thrash metal
Styles personnels
toxsick thrash

Vio-lence est l'un des groupes de thrash les plus psychopathes que vous pourrez croiser, et à coup sûr l'un des plus bizarres avec Artillery. Sur ce Opressing the Masses les voilà en charge d'un programme aussi infâme que délicieux : du thrash pour clowns tueurs. Suprêmement toxique à dire vrai.... Vio-lence sur Opressing the Masses, c'est un peu le Razor de Open Hostility, avec au poste de chanteur un véritable cas clinique de la salle de shoot avoisinante, un type dont la voix serait capable de rendre blond platine Dave Mustaine par simple maléfice sonique. Il a pas vraiment demandé leur avis aux autres membres du groupe, ce Sean Killian, il sest tapé l'incruste comme le putain d'assassin grimé qu'il est. Tout comme le chant de Lee Dorrian au sein de Cathedral, cette démonstration de pure sociopathie débridée ne sera pas de goût de tous (allez donc jeter un oeil aux commentaires du précédent si vous avez que ça à foutre, vous vous marrerez grassement en lisant des trucs outrés du genre "il est pas pro ce chanteur !"). Mais c'est sans équivalent à ma connaissance dans le domaine si codifié du thrash-metal. Pour la zique, elle établit un équilibre malsain entre ces deux éléments : 1. Les guitares maçonnes et véloces te rigidifient et te malaxent : te voici pris aux couilles par le thrash urbain en marcel, ses riffs protéiformes comme la menace de l'homicide et ses solos baveux comme les coulures d'un tag réalisé trop près du mur, inutile de te préciser que toute résistance serait un mauvais plan et conduirait rapidement à ta lobotomie. 2. La voix fluo-toxique te liquéfie : te voilà victime d'un bain chimique, comme chez Alien Sex Fiend, et comme le méchant dans la décharge de Robocop, tu finiras défiguré et rampant. C'est ça le double-effet Vio-lence, et le voici dans son écrin le plus chanmé, plus sec et rigide que sur Eternal Nightmare et tout aussi glorieusement cancérigène, donc tout aussi recommandable. Les moments les plus grisants : quand, bloqués en mode "call-answer" militaire, aux sentences définitives de Killian répondent en bons sous-fifres les choeurs hardcore du reste du groupe, soumis à sa toute-puissance ("Officer Nice"). On pense un peu au vieux Type O dans ces moments là, en moins marrant. Parce que vraiment... je sais je radote, mais ce chanteur quoi, poootaing de désinfectant bleu pour chiotte ! Dans le genre "timbre de voix qui allonge les commissures des lèvres en sourire de l'ange jusqu'aux oreilles", je crois qu'on fait difficilement mieux, c'en est presque inhumain... ajoutez à cela une pochette des plus ultimes possibles pour le genre, et vous connaissez déjà la note minimum. CALL MEEE ! CALL MEEE ! CALL MEEE MAD !!!

note       Publiée le samedi 22 février 2014

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Oppressing The Masses".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Oppressing The Masses".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Oppressing The Masses".

TWB › samedi 22 février 2014 - 14:11  message privé !

La voix du chanteur me dérange pas et le premier était une vraie tuerie (bien que trop court),j''vais jeter une oreille sur celui-là alors.

Raven › samedi 22 février 2014 - 12:50  message privé !
avatar

Espérons que le taulier de Satan owes us money ne lise pas ton com, mon cher Potters... ;)

Potters field › samedi 22 février 2014 - 10:29  message privé !

jamais été un gros fan du groupe, et çui-ci, je l'ai carrément pas écouté. mais comme souvent, la chro du corbeau donne envie de réparer l'oubli !