Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesUUltra-Violence › Privilege To Overcome

Ultra-Violence › Privilege To Overcome

cd • 13 titres • 57:18 min

  • 1Spell Of The Moon
  • 2L.F.D.Y.
  • 3Order Of Ohe Black
  • 4Stigmatized Reality
  • 5Restless Parasite
  • 6Turn Into Dust
  • 7The Voodoo Cross
  • 8You're Dead!
  • 9The Beast Behind Your Back
  • 1010.000 Ways To Spread My Hate
  • 11Metal Milizia
  • 12When Future & Past Collide
  • 13Ride Across The Storm

line up

Loris Castiglia (chant, guitare) Andrea Vacchiotti (guitare), Roberto "Robba" Dimasi (basse), Simone Verre (batterie)

remarques

chronique

Orange Mécanique est un film immense - inutile de vous le cacher davantage mon panthéon n'a rien d'une originalité et je suis contaminé depuis si longtemps que c'en est physiologique : tout ce qui a trait de près ou de loin à cette splendeur voyoue et grandiose m'attire comme une pie (il ne saurait en être autrement pour un gamin dont les parents cachaient la VHS de ce film dans la plus haute étagère du placard comme un talisman dangereux). Ce n'est hélas pas cette pochette de tonton Repka - superbe si je peux me permettre ce pléonasme - qui donnera aux ritals d'Ultra-Violence la capacité de se hisser au-dessus du lot du revival thrash. Putain de racolage ! Une pochette comme un nom : taillés pour enrober la défaite tant ils obligent le sans faute absolu. Du thrash old school sur le papier. Du thrash coupé au power metal et au metalcore, en vérité. A défaut de sapes de droogs entâchées par les fluides corporels du civil innocent, on se coltine du marcel propre et du tatouage tribal banal, donc... Les jeunôts ont certes l'exécution relativement véloce, du riff qui mouline et qui hache la cerboulette en-veux-tu en-voilà, mais ces soli mélodieux sont nazes (un vrai bon solo de thrash pour moi ça doit choquer d'outrance et de gratuité mais surtout pas servir à quelque chose d'esthétique), comme ce chant trop enjoncé dans son carcan coreux (voix de greugreu-grognon croisée mille fois) qui essaie de s'en extraire par quelque envolées aigües-grimaçantes sympathiques ou l'aide de choeurs de hooligans volontaires, charmants. 'Sont donc pas mauvais ces Ultra-Violence, ils tentent des trucs vite fait (comme coller une attaque purement black-metal sur le final juste après un interlude acoustique bateau à la Ride the Lightning) mais ils n'ont aucune patte personnelle, aucune méchanceté, tout feeling psychopathe naissant étant bridé par cette patte mélodique-calibrée qui sent plus le plastique neuf que la rue avec sa violence gratuite sur des clochards impuissants. Après, point trop sévères devons-nous être : sortir ce genre d'album en 2013 et imposer un charisme personnel relève toujours de l'exploit... ça s'écoute et ça s'oublie, donc, et on regrette amèrement que l'approche n'aie pas été plus toxique, comme des droogies privés de moloko.

note       Publiée le samedi 22 février 2014

Dans le même esprit, Raven vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Privilege To Overcome".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Privilege To Overcome".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Privilege To Overcome".

Raven › lundi 24 février 2014 - 00:05  message privé !
avatar

Corrigé ; oubli...en même temps juste en tapant le titre sur google tu les trouves vite. Si ça peut t'intéresser ils l'ont édité en vinyle limité (lien)... jdis ça parce que j'ai sérieusement failli craquer tellement la pochette de Repka déboite, quitte à l'avoir faut l'avoir "en grand".

pokemonslaughter › dimanche 23 février 2014 - 22:26  message privé !
avatar

je connais pas, je connaissans le ultra violence gabber de chez earache... il manque des tas d'infos, année de sortie, label ?? ca peut m'intéresser