Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGridlink › Orphan

Gridlink › Orphan

cd • 12 titres

  • 1Dar al-Harb
  • 2Orphan
  • 3Deliverables
  • 4Scopedog
  • 5Red Eye
  • 6Cargo 200
  • 7Thorn Farmer
  • 8Embers, Blood and Treasure
  • 9I Accept Your Last Wish
  • 10Hearts
  • 11Flatworlder
  • 12The Last Red Shoulder

line up

Bryan Fajardo (drums), Jon Chang (vocals), Matsubara (guitar), Ted Patterson (bass), Steve Procopio (guitar)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
grindcore
Styles personnels
manic grindcore

Je profite de la sortie imminente du prochain et dernier album de Gridlink pour revenir sur ce Orphan du feu de Dieu. Enfin, de Dieu, de Sega quoi. De l'épique hystérie des salles d'arcades japonaises. Si l'on remplace les sonorités 16 bits des meilleurs manic shooters de Cave par des blasts beats, ça donne quoi ? Vous savez, cette séquence très codée où l'on arrive à la fin du niveau, avec cette petite musique qui vient nous le signifier. Quand le vaisseau spatial, augmenté au max de ses armes, avec trois bombes dans le bide, se retrouve nez à nez avec le type qui fait la moitié de l'écran, et qui remplit l'autre moitié de boulettes mauves – danmaku signifie rideau de balles, en japonais. Imaginez un jeu où vous n'affrontez que les boss de Mushihime-sama. Rien que d'y penser je saigne déjà des yeux, mes mains tremblent. Ok. Maintenant vous posez la borne au milieu d'un concert de grindcore – pas n'importe lequel : Kill The Client, Burnt by the Sun, Noisear, Human Remains, Discordance Axis. Le type vous prête des mitaines, pour choper le stick à pleine main. Et c'est parti. Pas de premier niveau, pas de préambule. Du boss pendant douze minutes. Ca a l'air court, dit comme ça. Mais essayez de faire des pompes pendant douze minutes, pour voir. Sans souffler. Le sang vous monte à la tête, les bras deviennent durs comme du bois, se contractent. Les images défilent devant mes yeux à une vitesse que je ne comprends pas. Hitbox de taré, zigzag, slalom, lasers surpuissants, missiles atomiques, j'appuie trop vite sur les boutons, je me casse une phalange. Sur la scène, c'est stroboscope, mélanges de couleurs ultra rapides, flashs, tourbillons. Le mec me gueule dans les oreilles avec une voix hyper écorchée, le guitariste en baskets blanches porte un t-shirt des années 80, la sueur me gicle dessus, me fait lâcher le stick des mains, game over, il me reste neuf secondes pour mettre un coin. Vais-je oser continuer la partie ?

note       Publiée le vendredi 7 février 2014

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Orphan".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Orphan".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Orphan".

DesignToKill › jeudi 7 septembre 2017 - 12:31  message privé !

ça continue sur une bonne ligné, toujours aussi bon, ça bastonne toujours autant mes tympans, mais ces enculés adorent ça.

Note donnée au disque :       
dimegoat › samedi 3 octobre 2015 - 17:00  message privé !

J'ai franchi le pas, j'ai fait une partie de Ketsui en écoutant Orphan. Comme une envie d'un bon bain chaud, après ça.

Note donnée au disque :       
TWB › mardi 11 février 2014 - 15:06  message privé !

Au passage, merci Saïmone de parler de Kill The Client, curieux, je suis tombé sur album à OCD et j'en suis pleinement satisfait.

TWB › lundi 10 février 2014 - 13:35  message privé !

Va sur Youtube, il est en entier, évite le café avant par contre.

dimegoat › lundi 10 février 2014 - 07:10  message privé !

en bon fan de danmaku, je dois écouter ce truc

Note donnée au disque :