Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDiablerie › Seraphyde

Diablerie › Seraphyde

11 titres - 46:30 min

  • 1/ Dystopia Show
  • 2/ Nervine
  • 3/ Float
  • 4/ Astronomicon
  • 5/ Weltschmerz
  • 6/ Until Death Do Us Apart
  • 7/ Nation Collide
  • 8/ Bitter Utopia
  • 9/ Deathwired to the Bleak
  • 10/ Seraphyde
  • 11/ Oppression

line up

H.J Villberg (chant), E. Lunden (guitare), K. Tukiainen (guitare), A. Ahokas (basse), A. Ruokola (batterie), J. Suorsa (claviers)

remarques

chronique

Eh bien voilà un groupe difficile à caser dans un style ! En effet, c’est avec bonheur que j’ai découvert que l’on pouvait encore faire de nouvelles expériences dans le metal. Diablerie nous propose tout au long de ces onze titres, un mélange de techno, black metal et même blues (Until Death Do Us Apart) qui bouscule tout ce que on avait l’habitude d’entendre jusque là. Des riffs de guitare simples, rythmiques, efficaces qui ne tombent jamais dans la monotonie, accompagnent à merveille la voix qui passe d’un chant carrément hardcore à un chant black metal. D’ailleurs une des choses qui m'a impressionné est la polyvalence de ce chanteur redoutable. Quant à la batterie, elle nous sert une rythmique tantôt rapide, tantôt lente, qui colle parfaitement avec le reste. Mais ce qui fait la plus grande force de Diablerie est sans aucun doute l’utilisation de sons électroniques tout droit venus de la techno. En écoutant la première chanson avec son rythme jungle on se rend compte que l’on a jamais entendu cela avant et ça fait vraiment du bien. Pour varier les plaisirs nous avons même droit à deux morceaux très atmosphériques (Bitter Utopia, Oppression) qui nous prouvent que le groupe ne s’enferme dans aucun carcan. À noter aussi l’apparition d’une voix féminine sur Seraphyde et Until Death Do Us Apart. Le seul reproche que j’aurais à faire, qui n’en est pas vraiment un : pourquoi utiliser deux guitares alors que la plupart du temps (pour ne pas dire 99%) on n'en entend qu’une seule ? Quoi qu’il en soit, ce premier CD de Diablerie est une réussite et on ne peut qu’attendre le suivant avec impatience. Que ceux qui n’ont pas peur de la nouveauté se dépêchent de l’écouter.

note       Publiée le vendredi 14 juin 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Seraphyde".

notes

Note moyenne        14 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Seraphyde".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Seraphyde".

Hallu › lundi 24 juillet 2017 - 12:11  message privé !

Il est bon le nouveau. Kitsch au départ, un peu à la Rammstein, mais on s'y fait. Y a des passages bien délirants à la Strapping Young Lad.

Note donnée au disque :       
yog sothoth › lundi 20 février 2017 - 21:15  message privé !
avatar

ils viennent d'en sortir un autre... tranquilles les types

passepartouze › lundi 5 janvier 2009 - 11:18  message privé !

mouais, pas mal, y'a quand meme un petit coté dancefloor extrème à la fear factory (mais en mieux) genre néon rose et boule à facettes en sucre mais avec un peu de cambouis dessus. un petit relent de compile techno tunning, mais pour tuner la voiture de mad max. disons qu'ils se servent bien de l'eau chaude sans pour autant l'avoir inventée

Note donnée au disque :       
Noohmsul › dimanche 4 janvier 2009 - 15:59  message privé !

Faut que je m'écoute ce truc! Le groupe a mis sur son myspace les 4 morceaux de sa demo sortie cette année (ils se sont reformés...), et ils sont plutôt bon, à ma grande surprise (bah ouai ça a l'air vachement kitch sur le coup)!

Wotzenknecht › mardi 13 novembre 2007 - 17:59  message privé !
avatar
On dirait du Dimmu période Puritanical euphoric misanthropia par moments (Death-wired to the bleak) Hâtons-nous d'apprécier cet ovni avant qu'il ne prenne un coup de vieux
Note donnée au disque :