Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesATori Amos › Welcome to Sunny Florida

Tori Amos › Welcome to Sunny Florida

cd | 6 titres | 33:46 min | scarlet's hidden treasures

  • 1 Ruby Through the Looking Glass [04:55]
  • 2 Seaside [03:25]
  • 3 Bug a Martini [05:04]
  • 4 Apollo's Frock [08:14]
  • 5 Tombigbee [04:27]
  • 6 Indian Summer [07:43]

dvd - welcome to sunny florida | 21 titres

  • 1 A Sorta Fairytale
  • 2 Sugar
  • 3 Crucify
  • 4 Interlude #1
  • 5 Cornflake Girl
  • 6 Bells for Her
  • 7 Concertina
  • 8 Interlude #2
  • 9 Take to the Sky
  • 10 Leather
  • 11 Cloud on my Tongue
  • 12 Cooling
  • 13 Interlude #3
  • 14 Your Cloud
  • 15 Father Lucifer
  • 16 Professionnal Widow
  • 17 I Can't See New York
  • 18 Precious Things
  • 19 Tombigbee
  • 20 Amber Waves
  • 21 Hey Jupiter

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré par Mark Hawley & Marcel van Limbeek à Martian Engineering, Cornouailles, Angleterre et Sound Advice Amphitheatre, West Plam Beach, Floride. Produit par Tori Amos.

line up

Tori Amos (chant, Bösendorfer, Rhodes, Wurlitzer), Matt Chamberlain (batterie), Jon Evans (basse), Marc Aladdin (guitare acoustique)

remarques

La note ne concerne que l'EP, la vidéo du concert étant finalement très accessoire.

chronique

Styles
pop
rock
Styles personnels
rousse au piano (mal fringuée)

Que fait Tori Amos avec ses vieilles robes ? Elle les met. Oui, je sais, elle n'est pas fraiche, mais la robe non plus. Y avait aussi l'option "blague à base de rideaux". Mais bordel, je ne comprends pas comment une artiste comme elle peut avoir un tel goût de chiotte en terme vestimentaire. C'est quoi ce bleu pisseux à pois gris, ces manches/cape orange et jaune aux teintes genre papier crépon, cette coupe de vieille tunique de hippie ? Putain Tori, quand en plus tu fais une captation de concert, je sais pas, fais un effort. J'aurais du bosser dans la mode. J'ai le coup d'oeil pour savoir ce qui va et ce qui ne va pas, paraît-il. Et là, ça ne va pas. Peut-être c'était la dernière tenue qui lui restait de propre, vu que le concert en question, filmé à West Palm Beach après une journée de pluie torrentielle (d'où le titre ironique), est le dernier d'une interminable tournée dont Tori est coutumière. Mais c'est pas parce qu'on est constamment sur les routes qu'il faut se saper comme des roms, merde ! Je m'égare. Les concerts de Tori, il y en a donc à la pelle, des centaines, alors pourquoi celui-ci ? Surtout cinq ans seulement après un album live mémorable et dans une formation comparable à un détail prêt, mais qui à son importance, l'absence de guitariste. Hors, un tiers des morceaux de la setlist recoupant la partie live de "To Venus and Back", la comparaison n'est pas favorable aux versions de cette dernière tournée auxquelles il manque parfois cruellement ces textures grondantes qui rajoutaient une couche d'électricité bienvenue. Du coup, il se dégage une frustrante impression de "pareil, mais en moins bien" sur une bonne partie du concert. Moins d'énergie, moins d'intensité, filmer la dernière date d'une très longue tournée n'était probablement pas une idée brillante. En somme, un concert de Tori pas désagréable mais sans plus, pas particulièrement inspiré. De plus, la réalisation elle-même comporte deux défauts agaçants, le concert étant interrompu régulièrement par des petits bouts d'interviews, et d'autre part le génial "Professional Widow" a été carrément censuré ! Tout ça sent l'obligation contractuelle. Bien sûr, il reste quelques bonnes surprises comme cette version complètement méconnaissable avant le refrain de "Crucify", sur une boucle électronique hypnotique, de belles interprétations comme sur "Concertina" ou "Father Lucifer". Mais l'essentiel n'est pas sur cette galette, de toute façon les DVD de concerts ne présentent pas un immense intérêt, surtout quand une belle rousse comme Tori Amos est FRINGUEE COMME UN PUTAIN DE SAC A PATATES !!! Okay, okay… Non mais quand même ça m'énerve, quoi, elle n'est vraiment pas difficile à mettre en valeur, y a personne dans son staff pour s'occuper de ses tenues ? Okay okay… Faut se reprendre, d'autant que le sois-disant CD "bonus" intitulé "Scarlet's Hidden Treasures" n'a vraiment pas usurpé son nom, au point que je ne vais juger que de lui en tant qu'EP, tiens. Et de ce point de vue, c'est en effet un coffre à trésors. Amos semble y exhumer des morceaux qui trouveraient sans peine leur place dans sa discographie du milieu des années quatre-vingt dix, entre "Under the Pink" et "Boys for Pelee", des compositions aux arrangements minimalistes s'éloignant du format plus direct de "Scarlet's Walk". On y retrouve ce goût pour l'espace entre les notes, la voix de Tori qui se perd dans l'écho de morceaux tout en clair obscur comme les magnifiques "Ruby Through the Looking Glass", accompagné d'une dentelle de guitare acoustique, et le grave et profond "Seaside" en piano/voix. Des morceaux qui s'inscrivent dans une durée plus longue, la ballade introspective "Indian Summer" qui vient clore l'EP sur une note délicate et simplement sublime et le très ambitieux "Appolo's Frock" dont l'intro pianistique de près de trois minutes, brillante, rappelle les plus belles heures de "Yes, Anastasia". Et au milieu de tout ça, Amos se permet deux excursions en territoire quasiment funky, jouées sur un vieux Rhodes vintage : une sorte de bossa de film d'espionnage, "Bug a Martini", très joueuse et sensuelle, et le fantastique "Tombigbee", plus grave sous ses ondulations groovy bourdonnantes, évoquant la confiscation des terres indiennes par les colons blanc et le non-respect des traités. Un répertoire finalement encore assez inusité chez Amos, qu'elle explorera par la suite dans ses moments les plus inspirés et qui vient épicer ce recueil inattendu mais excellent de perles noires, méritant beaucoup mieux que de rester dans l'ombre d'un concert moyen, où je le rappelle, Tori Amos porte UNE ROBE VRAIMENT TRES MOCHE. Comme échelle de comparaison, cet EP bonus est aussi bon que sa robe de concert est importable. C'est dire.

note       Publiée le samedi 11 janvier 2014

partagez 'Welcome to Sunny Florida' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Welcome to Sunny Florida"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Welcome to Sunny Florida".

ajoutez une note sur : "Welcome to Sunny Florida"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Welcome to Sunny Florida".

ajoutez un commentaire sur : "Welcome to Sunny Florida"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Welcome to Sunny Florida".

Dun23 › dimanche 9 mars 2014 - 12:24  message privé !

Putain, elle m'avait échappée, cette chronique. Je suis d'accord, la robe est moche. Mais la nana garde cette sensualité monstrueuse derrière ses claviers. Bon, j'ai pas regardé le DVD depuis pas mal de temps mais le bonus, je me l'envoie de temps à autre et voui, il est très sympa.

saïmone › dimanche 12 janvier 2014 - 14:23  message privé !
avatar

Un lecteur de Vice est un lecteur de trop, mec !

Klarinetthor › dimanche 12 janvier 2014 - 13:11  message privé !

belle parodie de chro de Vice