Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRMonica Richards › Kindred

Monica Richards › Kindred

cd | 13 titres

  • 1 Kindred
  • 2 Under the bridge
  • 3 Fall
  • 4 Undulatus Asperatus
  • 5 The bird and the snake
  • 6 Speak
  • 7 50 euro boy
  • 8 Penelope
  • 9 Let you go
  • 10 Lalala song
  • 11 Gil's theme
  • 12 Sparks (redux)
  • 13 The enchanted mirror

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Monica Richards (chant, musique)

Musiciens additionnels : Marzia Rangel (violoncelle), Caroline Jago (guitare sèche, basse), Paul Mercer (violon), Steve Niles (basse), Steve Willet (basse), Justin Stephens (basse, programmation additionnelle, guitare), Lesley Malone (percussions)

chronique

Monica est sereine, elle aime ses amis les animaux et c'est un véritable hommage qu'elle leur rend sur cette nouvelle galette solo puisqu'elle précise que parmi les sonorités utilisées, l'auditeur entendra des chauves-souris, des chats, des cigales, des grenouilles, des chiens, des oiseaux et que certains rythmes sont des battements d'ailes samplés et retravaillés, sans compter quelques bruits naturels tels que le tonnerre ou la pluie. Moderne de par son usage maîtrisé et intelligent de l'électronique, ce disque dégage une ambiance chamanique très axée sur les rythmiques et l'usage de la voix comme instrument à part entière. Certains textes sont volontairement réduits à peu de paroles, répétées en boucles pour créer une illusion hypnotique ('Under the bridge'), d'autres se révèlent nettement plus dynamiques et dark wave dans l'approche ('50 euro boy') mais avec une touche clairement contemporaine tant dans la production que les sons (la boîte et la programmation en général). Bien que capitaine derrière le gouvernail, Monica compte pas mal d'invités souvent déjà présents sur ses compositions de par le passé tels que Marzia Rangel (Deadfly Ensemble), Steve Willet (son ex-collègue de Strange Boutique), Paul Mercer et même son propre chat, Penelope, au piano (!). En comparaison de son précédent essai, 'Kindred' sonne de manière plus cohérente malgré son alternance de tentations ethniques, d'échappées heavenly et d'impressions urbaines, gommant le ressenti de compilation que je reprochais à 'InfraWarrior'. Le reste de la magie revient à la voix qui assure de très belle manière comme à l'accoutumée prouvant que l'Américaine peut prétendre au classement des grandes chanteuses du milieu underground. Très personnel, 'Kindred' lui permet de se livrer philosophiquement en s'offrant quelque récréation musicale par rapport au style de Faith and the Muse; ça fait du bien vu la pléthore de productions moyennes parues chez Danse Macabre récemment. 4,5/6

note       Publiée le vendredi 3 janvier 2014

partagez 'Kindred' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Kindred"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Kindred".

ajoutez une note sur : "Kindred"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Kindred".

ajoutez un commentaire sur : "Kindred"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Kindred".

Richard › samedi 13 mai 2017 - 11:10  message privé !

Toujours un peu New Age l'Américaine...ou du moins un peu plus qu'avec William Faith. Le large éventail sonore qui caractérise les travaux de Monica Richards passe vraiment bien...enfin mieux que sur "InfraWarrior". Peut-être pas le genre d'album que l'on écoute tous les jours, mais parfait pour des moments de toute petite tranquillité.

Note donnée au disque :       
Twilight › vendredi 3 janvier 2014 - 14:38  message privé !
avatar

Ma si, la tonnerre et le pluie ^^ Merci, l'ami, corrigé.

novy_9 › vendredi 3 janvier 2014 - 11:11  message privé !

"la tonnerre" :)