Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMatzumi › Bravura Apasionada

Matzumi › Bravura Apasionada

cd | 8 titres | 47:28 min

  • 1 Bravura Apasionada [ 4:59]
  • 2 Caravan of the Matador [4:56]
  • 3 Hymn for Kat [ 7:49]
  • 4 Lagrimas del Alma [ 5:15]
  • 5 Latidos del Corazon [ 6:10]
  • 6 Little Bird Big Trip [ 7:15]
  • 7 Otra Vida [ 5:16]
  • 8 Perdoname [ 5:44]

line up

Kathrin Manz (Synthé Korg Triton Pro, Roland JP8000, Yamaha CS2x, Access Virus TL2 Polar, voix et FX)

Musiciens additionnels : Frabk Steffen Mueller (Guitare) Emilsam Velazquez (Piano et synthé avec VST Plug-ins pour orchestrations)

remarques

Pour en savoir plus sur et entendre des échantillons sonores, visitez son site web; http://www.matzumi.de/

chronique

Styles
musique électronique
musique électronique symphonique
Styles personnels
new berlin school

En ce qui me concerne, In Mutatio Tempora fut une belle révélation dans l'univers de la MÉ en 2011. J'ai été renversé par ces structures de musique aux arômes très cinématographiques qui embrasaient les histoires et légendes des nomades arabiques. “Bravura Apasionada” est fait dans le même moule. Intense et très mélodieux, malgré sa puissance sonore, la dernière folie musicale de Kathrin Manz voyage à travers les âges en respirant des influences aussi éclectiques que celles de Vangelis et Jean Michel Jarre, en passant par Fresh Aire et Enigma tout en caressant les rythmes impétueux d'un rock électronique qui s'abreuve des structures d'un New Berlin School remodelé par Nattefrost. Perplexe? Écoutons pour entendre! Les souffles rauques et les chants des cors flottant dans des vents sableux, dont chaque brise soulève les reliques d’une mélodie éparpillée dans des grondements de tambour, ouvrent les ambiances de la pièce-titre qui nous met les oreilles en appétit. Les influences de Vangelis, et de sa musique pharaonique, explosent dans nos oreilles. Lignes de piano éparses, couches de synthé Babyloniennes, voix d'oracles, explosions soniques, agressives percussions tambourinées et grosses orchestrations féériques engraissent le rythme lourd de "Bravura Apasionada". Nos oreilles peinent à saisir toutes les nuances de cet intense rock électronique qui suit l'envoûtante courbe d'une danse de serpent. La voix de Matzumi se fond à des harmonies qui bouillonnent de leurs airs segmentaires et s'accroche à un rythme puissant porté par un intense maillage de strates philarmoniques et labouré par un impressionnant pattern de percussions, alors que vers la toute fin "Bravura Apasionada" adapte sa floraison rythmique aux suaves solos de la guitare de Frabk Steffen Mueller. Comme entrée en la matière, on ne pouvait demander mieux. L'une des grandes forces de Kathrin Manz est de bien savoir s'entourer. Après avoir travaillé avec Bjorn Jeppesen et Frank Dorittke, elle continue d'explorer les corridors cinématographiques de ses visions artistiques avec le réalisateur et ingénieur en masterisation pour le label Wolf Entertainment, Emilsam Velazquez. C'est à travers ses arrangements, orchestrations et ses mélodies fragmentées, nourries par un piano très romantique, que la musique de “Bravura Apasionada” respire. Les deux artistes ont débuté par la composition de la pièce-titre avant de comprendre que "Bravura Apasionada" avait plusieurs petits qui pendaient autour de ses harmonies et arrangements. Et c'est de ces ambiances que "Caravan of the Matador" vient folâtrer dans nos oreilles. C'est une fascinante ballade d'un genre berceuse démoniaque, le piano de Velazquez flirte avec les sombres accords méthodiques de John Carpenter dans Halloween, où la voix de Matzumi tournoie dans un lent staccato finement hachuré par de belles orchestrations. Nous sommes dans une musique de film et cette impression s'amplifie à mesure que “Bravura Apasionada” défile ses 8 actes. "Hymn for Kat" est lascif. Le rythme s'installe sous un nid de percussions manuelles dont les frappes légères dessinent un beat éthéré où rodent les fines mélodies circulaires d'un piano électrique un brin jazzy et les lamentations spectrales de Matzumi. Les percussions tombent et structurent un rythme plus lourd. Et comme une lente chevauchée rythmique envoûtante, le rythme de "Hymn for Kat" sautille dans la confusion de ses percussions, tant claniques que sensuelles, où scintillent les prismes soniques finement stroboscopisés d'un piano électrique qui est aussi mélodieux que la voix éthérée de Kathrin Manz peut-être suggestive. Lourd, lent et très séduisant! "Lagrimas del Alma" est une superbe ballade morphique qui épouse un peu la structure de "Caravan of the Matador" mais avec une approche cinématographique nettement plus poétique et dramatique. Le piano, la flûte pleureuse, la voix et les orchestrations deviennent de splendides outils forgeurs de mélancolie. "Latidos del Corazon" est un titre fascinant qui étreint les ambiances gothiques de deux univers parallèles. La sombre intro est farcie de gargouillis organiques et prend une tournure épiscopale avec les chants funèbres des grosses cloches lorsque des pulsations viennent chasser les éléments pastoraux pour éveiller les larmes d'un violon qui pleure dans les voix d'une chorale fantôme. Les harmonies du violon éveillent en nous les doux souvenirs de films d'époques médiévales lorsque d'agressives percussions tambourinent une danse endiablée où l'approche électronique est confrontée à des lignes de violons contraires, une qui découpe le rythme de riffs secs et l'autre qui l'endort d'une belle structure de berceuse. Déroutant mais efficace! Les arpèges qui virevoltent dans "Little Bird Big Trip" me font penser à Jean Michel Jarre dans Arpégiateur dans Les Concerts en Chine. Ils danseront tout au long de cette structure échevelée où les ambiances électroniques flirtent avec des approches cinématographiques Babyloniennes sur des percussions de feu. C'est sans doute le titre le plus électronique de “Bravura Apasionada”. "Otra Vida" est une incursion dans un poétique univers médiéval où les influences claniques d'Enigma sont habilement transposées sur une structure de rythme circulaire et délicatement stroboscopique. La voix de Matzumi est magnifique. Elle flotte de ses chants éthérés dans les flammèches des percussions et la prose clanique de Frabk Steffen Mueller dont la guitare acoustique ajoute une profondeur insoupçonnée à une musique qui déborde d'imagination. "Perdoname" conclut “Bravura Apasionada” avec un rythme clanique entraînant. Un rythme circulaire enivrant où les percussions manuelles tonnent sous les boucles harmoniques et la voix ensorcelante de Kathrin Manz endort les indomptables orchestrations qui sont le berceau d'un fascinant voyage entre deux univers très limitrophes.

note       Publiée le lundi 2 décembre 2013

partagez 'Bravura Apasionada' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Bravura Apasionada"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Bravura Apasionada".

ajoutez une note sur : "Bravura Apasionada"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Bravura Apasionada".

ajoutez un commentaire sur : "Bravura Apasionada"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Bravura Apasionada".