Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesQQueens of the Stone Age › Over The Years And Through The Woods

Queens of the Stone Age › Over The Years And Through The Woods

cd • 14 titres • 74:27 min

  • 1Go With The Flow02:59
  • 2Regular John05:25
  • 3Monster In The Parasol04:40
  • 4Tangled Up In Plaid04:01
  • 5Little Sister02:52
  • 6You Can't Quit Me Baby09:50
  • 7I Wanna Make It Wit Chu04:28
  • 8Leg Of Lamb03:35
  • 9I Think I Lost My Headache05:24
  • 10Mexicola05:09
  • 11Burn The Witch03:13
  • 12Song For The Death07:47
  • 13No One Knows07:47
  • 14Long Slow Goodbye07:20

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré à London's Brixton Academy le 22 Août 2005 et à KOKO le 23 Août 2005. DVD réalisé par Chapman Baehler.

line up

Josh Homme (chant, guitare), Alain Johannes (basse, guitare), Troy Van Leeuwen (guitare, basse), Joey Castillo (batterie), Natasha Schneider (claviers)

remarques

La version DVD comporte également les titres This Lullaby, Feel Good Hit of The Summer, The Lost Art of Keeping a Secret, Song for the Death, Avon, The Fun Machine Took a **** And Died, Covered In Punk's Blood, I Never Came ainsi que plusieurs extraits de concerts des tournées précédentes, de qualités vidéo diverses.

chronique

Styles
stoner
rock
Styles personnels
usine à tubes robot-rock

N'étant un fan inconditionnel ni des albums live ni des captations gravées sur DVD, particulièrement dans une ère où Internet est saturée de vidéos de concerts allant de la tremblotante la plus pourrie chopée par un de ces millions de fâcheux qui brandissent leur smartphone sans discontinuer au pied de la scène jusqu'à la HD glorieuse qui fait les beaux jours des fournisseurs d'accès jouissant tous les jours un peu plus de leur hégémonie sur notre pauvre addiction au débit de Gigabits, n'étant donc pas un fan inconditionnel de ces fixations en témoignages immuables d'instants privilégiés que devraient rester les concerts, il faut vraiment que le résultat soit particulièrement chiadé pour que je puisse y accorder un réel intérêt. Et faut reconnaître qu'en terme de fan service, ce live/DVD de QOTSA fait le boulot et le fait plus que bien. Déjà le fait de livrer l'album live avec le DVD est un point gagnant. C'est très con à dire mais la musique est faite pour être écoutée, dans sa bagnole, chez soi, sur son vélo, dans un bar, bref un peu partout mais pas avachi dans son canapé devant la télé. C'est donc de l'album avant tout que cette chronique traite. Ceci dit, il faut quand même noter le réel effort sur la réalisation et les bonus du DVD. L'objet fait office à la fois de best-off amélioré et d'hommage à ce qu'a été la formation jusque-là, tous les noms des membres ayant participé de près ou de loin sont d'ailleurs inscris dans le livret sous la mention "The Queens have also been : ". Classieux et bien représentatif de l'idée que Josh Homme s'est fait de son groupe phare, protéiforme, aux contours mouvants comme les sables du désert Californien. Sont ainsi incrustés au sein des images du concert celles de Nick Oliveri pétant un boulard à poil, d'un Josh Homme aux cheveux plus longs malade à crever dans une chambre d'hôtel, d'un Dave Grohl mimant le jeux de batterie de Songs for the Death (le montage parallèle avec le morceau live donnant un effet hyper classe) ou d'un Mark Lanegan hiératique au micro. Inutile de nier qu'il se dégage aussi de tout ça un petit pincement au coeur devant l'exhumation des images de la "formation historique", la plus dingue, la plus marquante, et qu'alors le nouveau line-up de QOTSA composé des excellents Castillo/Van Leeuwen et du couple Schneider/Johannes (Eleven) doit succéder à une période dorée, celle qui aura permis au groupe d'accéder à un haut niveau de reconnaissance. De ce passé chéri on retrouve aussi d'autres traces dans les bonus, une série de clips rares à la qualité parfois douteuse mais dont l'intérêt historique fait tout le sel. D'autant plus que les commentaires audio souvent très drôles (notamment les vannes incessantes sur la personnalité de Mark Lanegan, bonhomme manifestement assez peu amène; on notera aussi la capacité de Natasha Schneider à sortir des one-liners hilarants) racontent pas mal d'anecdotes plutôt cool retraçant les diverses époques du groupe. Enfin il faut saluer le montage et la post prod qui ménagent quelques effets visuels bien raccord avec les morceaux, sans jamais tomber dans le travers du zapping épileptique tellement en vogue. Du beau boulot en somme, soigné, avec des bonnes idées qui s'intègrent à la captation sans jamais en détourner l'attention. Et le concert bordel (puisque j'ai finalement fait tout le contraire de ce que j'avais annoncé jusqu'ici en déblatérant uniquement sur les vertu du DVD) ? Alors que QOTSA venait de sortir un album un peu en demi-teinte (certains se lamentaient déjà de la perte de la folie due au départ forcé mais pas volé de Oliveri et d'une disparition du son "robot-rock"), la setlist est aux petits oignons. Un peu plus chargée sur le DVD que sur le CD mais aucune raison de chipoter non plus, très équilibrée entre tous les albums avec en prime un ou deux inédits qui seront de la partie sur Era Vulgaris, dont la très sexuelle et groovy "I Wanna Make It Wit Chu" extraite encore bien chaude et moite des Desert Sessions. Impossible de ne pas sentir à quel point les morceaux du premier album, le plus stoner et robotique du lot, écrasent totalement les tentations bluesy ou pop de Lullabies, dont seule la très mélancolique ballade "Slow Long Goodbye" sonne vraiment comme un classique du répertoire. Pour le reste, c'est une succession de tubes envoyés avec une puissance de feu qui confirme la capacité du line-up de l'époque à se glisser dans les traces des prédécesseurs (même si Castillo n'est ni Dave Grohl ni Alfredo Hernández, dont il caviarde le break fabuleux de Avon en le transformant en solo un peu bourrin). Van Leeuwen est un gratteux de première bourre déjà entrevu du côte de A Perfect Circle et Alain Johannes un multi-instrumentiste/compositeur (Hanging Tree, c'était lui) aussi précieux que discret, dont les basses bien grasses n'ont rien à envier à celles d'Oliveri. Les claviers de Natasha Schneider (hélas décédée trois ans plus tard d'un cancer du sein), qu'elle jouait d'une façon singulière, très fortement inclinés vers l'extérieur, rajoutent les teintes indispensables au son QOTSA. Et bien sûr ce géant roux de Josh Homme trônant au milieu de toute cette foire, balançant des tornades de riffs à la mitrailleuse, y allant de falsetto de sa voix de tête, la classe incarnée, sans oublier au passage sa façon bien personnelle de remettre à sa place un "cocksmoker" dans le public. Quel que soit le line-up, les Queens envoient alors la sauce BBQ comme personne.

note       Publiée le vendredi 4 octobre 2013

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Over The Years And Through The Woods".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Over The Years And Through The Woods".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Over The Years And Through The Woods".

Chris › jeudi 17 septembre 2015 - 17:21  message privé !
avatar

Une sacrée claque ce live ! Ce groupe possède un incroyable répertoire de tubes ! A écouter et ré-écouter encore et encore et encore...

Note donnée au disque :       
NevrOp4th › vendredi 4 octobre 2013 - 18:59  message privé !

Un des dvd musicaux qui à le plus chauffé mon lecteur. Vraiment excellent.

Note donnée au disque :       
Ramon › vendredi 4 octobre 2013 - 17:52  message privé !

Indispensable; mais je trouve dommage que le CD ne reprenne pas l'intégralité du DVD, I never came est une magnifique ballade et The fun machine un titre méconnu mais absolument époustouflant; sinon la version de You can't quit me baby est totalement hallucinogène, on se croirait en plein désert californien sous Peyolt, Mexicola est totalement toxique également, tout comme Monster in the parasol et puis le final en apothéose sur No one Knows revu pour l'occasion suivi de long slow goodbye est splendide.

Note donnée au disque :