Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTemple Of Baal › Verses of fire

Temple Of Baal › Verses of fire

cd | 10 titres | 58:18 min

  • 1 το αστέρι 418 [07:26]
  • 2 Bloodangel [03:02]
  • 3 Arcana Silentium [07:28]
  • 4 The 10th Aethyr [06:36]
  • 5 Gates Of Death [04:02]
  • 6 Gnosis Of Fire [06:42]
  • 7 Golden Wings Of Azazel [03:17]
  • 8 Lord Of The Raging Seas [05:23]
  • 9 Serpens Luminis [05:43]
  • 10 Walls Of Fire [09:39]

enregistrement

Enregistré et mixé par Andrew Guillotin aux Hybreed Studios

line up

Amduscias (guitare, chant), Arkdaemon (basse, choeurs), Skvm (batterie)

chronique

Styles
metal extrême
black metal
death metal
Styles personnels
blackened death metal

C'est agaçant, je commence à avoir l'impression de me répéter avec Temple of Baal. A chaque fois que je mets la main sur une de leur nouvelle production, c'est la baffe. Je n'y peux rien, c'est comme ça et ce n'est pas avec "Verses of fire" que cela va changer. C'est une véritable tempête de riffs qui s'abat sur nous dès les premiers instants et qui ne prend fin qu'une heure après. Oui, une heure, le groupe ne se fout pas de nous en plus en proposant un album dont la durée est plus qu'honorable, intégrant des morceaux atteignant parfois les dix minutes. Alors forcément, une heure de grosses tartines dans la face, ça finit par faire bizarre, mais pas tout à fait autant que d'en redemander une nouvelle série. On prend un plaisir plutôt étrange, voire carrément malsain à écouter l'énorme "Gates of Death" ou l'ultra violent "Golden Wings of Azazel". Si on ne ressort pas de là tout à fait indemne, c'est d'abord parce que l'oppression est permanente. Musicalement le groupe varie avec des riffs tantôt orientés death, tantôt typiquement black, et alterne également entre rythmiques majoritairement supersoniques et passages plus pensants. On est à ce niveau-là tout à fait dans la lignée de ce qui s'est fait dans "Lightslaying Ritual", avec des solos acérés plus aboutis et quelques variations vocales inédites. Mais ce qui donne une impression de mur infranchissable, c'est que dans tous les cas de figure, on étouffe du fait d'une atmosphère poisseuse, sans aucune possibilité de récupérer. Un peu comme si on se réveillait soudainement au milieu de la jungle Cambodgienne par 45° et 90% d'humidité, les vêtements collant à une peau moite, la respiration difficile et entourés de prédateurs tout à fait hostiles. On devient tendu comme un string et nerveux, très nerveux. "Verses of Fire" parvient à nous mettre dans cet état-là, et pourtant après la fin du dernier titre on a envie d'y retourner. Un album coup de poing.

note       Publiée le lundi 23 septembre 2013

partagez 'Verses of fire' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Verses of fire"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Verses of fire".

ajoutez une note sur : "Verses of fire"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Verses of fire".

ajoutez un commentaire sur : "Verses of fire"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Verses of fire".

Demonaz Vikernes › lundi 2 novembre 2015 - 14:24  message privé !

Pas trop fan de celui là.

Note donnée au disque :       
vincenzo › mercredi 15 janvier 2014 - 19:48  message privé !

"passages plus pensants" c'est un lapsus ? En effet, bon album. Un petit bémol pour moi, la production est bien confuse à mes oreilles... Ce passage en français est assez fendard : "dans les ténèbres... de l'ignorance" et oui pas facile d'écrire en français. Je suis mauvaise langue car il faut avouer que cet album défouraille sévèrement.

Note donnée au disque :