Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMystical Light › Beyond the Horizon

Mystical Light › Beyond the Horizon

cd | 11 titres | 78:30 min

  • 1 The Awakening [ 6:52]
  • 2 Coko's Theme [ 8:58]
  • 3 Sequencing the Elements [ 6:43]
  • 4 Quantum Lounge [ 5:50]
  • 5 Secrets of Taklamakan [ 7:23]
  • 6 Aurora Borealis [ 6:49]
  • 7 Eternal Peace [ 7:21]
  • 8 Return to Skye [ 9:03]
  • 9 Between Galaxies [ 8:56]
  • 10 The Clava Cairns [ 4:49]
  • 11 Hymn [ 5:47]

line up

Michael Wilkes et André Willms (Synthés, claviers, séquenceurs, boîtes à rythmes et FX)

remarques

On peut trouver plus d'informations sur Mystical Light en visitant le site de Yog Sothoth: http://www.yogsothoth.de/

chronique

Vous vous rappelez Yog Sothoth, ou si vous préférez Michael Wilkes? De ses rythmes lourds et puissants qui ont terrorisés nos oreilles dans Prehistoric Dawn? Eh bien c'est la moitié de Mystical Light. L'autre moitié est André Willms qui, sous le nom d'Astral Cookies, élabore une MÉ plus près des ambiances cosmiques éthérées. Mystical Light est la fusion des deux genres et leur premier album, “Beyond the Horizon”, respire de ces deux contrariétés afin de donner un puissant album de MÉ aux dimensions très cosmiques. Du rock cosmique électronique, dans la plus pure des traditions des années analogues, où l'ombre des arrangements à la Vangelis surplombe des titres où mélancolie et colère se côtoient dans une surprenante harmonie que Ron Boots a finement orchestré. C'est avec une ligne de séquences qui fait virevolter ses ions dans une étouffante spirale oscillatrice que "The Awakening" s'extirpe du néant glacial d'un nouveau skeud. Une sourde pulsation s'arrime à cette ligne alors qu'insidieusement une autre ligne émerge pour faire papillonner des ions argentés. Les pulsations accélèrent la cadence d'un rythme statique qui accueille de fines couches d'un synthé morphique, ainsi que des riffs cosmiques, permutant sa passivité en de frappes de batteries déchainées qui conduisent "The Awakening" vers un genre de funk cosmique. C'est un fascinant funk cosmique, tout comme "Return to Skye", où la batterie enrage le rythme qui hoquète sous les spasmes d'une ligne de séquence dont la métamorphose est passée inaperçu dans cet intense bouillon électronique. "Coko's Theme" est un superbe titre cosmique à la Vangelis où les couches de synthé dessinent des nuages d'éther qui flottent parmi de séduisantes voix morphiques. Il y a beaucoup d'ambiances. On se croirait véritablement dans une navette spatiale, la fenêtre du hublot ouverte, à contempler les étoiles chanter dans des soyeuses nappes astrales. C'est immensément beau. Après ce superbe et doux intermède cosmique, "Sequencing the Elements" reprend les grandes lignes rythmiques de "The Awakening", mais avec plus de vigueur, de lourdeur et avec des mélodies électroniques plus présentes. "Quantum Lounge" repose les murs avec un beau down-tempo ambiosphérique de style lounge. Le tempo est lent et repose sur de sobres percussions où de délicats arpèges égarés tracent les lignes d'une mélodie fragmentée dans de denses voiles morphiques d'un synthé qui répand aussi des planants manteaux de brumes éthérées. Intense, "Secrets of Taklamakan" ressemble à un hymne de guerre avec ses gros tambours qui roulent et tonnent sous une voix rauque. Les orchestrations sont superbes. Leurs strates ondulantes et hachurées ajoutent une profondeur théâtrale à cette intense chevauchée mythique qui cavale avec lourdeur dans les grandes plaines mongoliennes où tintent des arpèges comme ceux que l'on entendait jadis dans une parade militaire. Titanesque et impressionnant! "Aurora Borealis" emprunte les mêmes chemins éthérés que "Coko's Theme". Les synthés chantent une délicate mélodie morphique qui rejoint les murmures des anges dont les sérénades célestes flottent dans de tendres orchestrations. C'est très beau. Et les deux titres collés ensemble nous amène tout simplement ailleurs. C'est avec des pépiements d'oiseaux chantant au-dessus d'une chorale monastérielle que "Eternal Peace" étreint notre sensibilité. Les synthés dessinent des caresses à la Vangelis, tout en épandant un voile obscur où se dandine une ligne de séquences. Les ambiances s'alourdissent et les frappes de percussions harponnent une douceur éthérée qui verse ses larmes sur un rythme devenu plus lourd. Un galop lento où les synthés harmonisent leurs souffles angéliques pour une approche plus austère. Une approche symphonique qui laisse filtre un timide filet harmonique. Vous vous rappelez Michael Garrison? C'est la première chose qui a frappé mes oreilles lorsque j'ai entendu "Between Galaxies". Un titre lourd, bien cadencé avec une approche séquencée qui s'accroche à un bon rinforzando pour s'offrir à des percussions soutenues. Un rythme vivant, martelé sous un lit d'étoiles dont les éclats soniques pimentent une belle approche harmonique programmée par des synthés siffleurs. Après un bref passage à vide, "Between Galaxies" rejaillit avec plus d'étincelles dans un rythme où les percussions et les séquences se frappent et dansent dans une résonance rythmique qui laisse échapper des harmonies tisseuses de ver d'oreilles. C'est un très bon rock cosmique qui respire les fragrances d'antan alors que "The Clava Cairns" est forgé dans une structure de rock électronique lourd, plus contemporain dont le déchainement verse vers une savoureuse anarchie rythmique. "Hymn" couronne ce superbe album de Mystical Light avec une structure cinématographique à la Vangelis où les grosses caisses résonnent dans des souffles de synthé aux fragrances d'une apocalypse évitée. Puissant. J'ai adoré chaque seconde de “Beyond the Horizon”, un album colossal qui saura plaire aux fans de Tangerine Dream, comme aux fans de Jean Michel Jarre et de Ron Boots. J'ai adoré cette symbiose entre l'ambiant poétique de André Willms et les gros rythmes durs, les gros élans séquencés résonnants de Michael Wilkes. Mystical Light offre près de 80 minutes de pur délice où on entend toutes formes de souvenirs musicaux se fondre dans un puissant album où la fougue, comme la quiétude, sont enrobés d'une orchestration aux tentacules soniques fortement inspirées par les visions autant séraphiques que dantesques de Vangelis.

note       Publiée le jeudi 12 septembre 2013

partagez 'Beyond the Horizon' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Beyond the Horizon"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Beyond the Horizon".

ajoutez une note sur : "Beyond the Horizon"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Beyond the Horizon".

ajoutez un commentaire sur : "Beyond the Horizon"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Beyond the Horizon".