Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTors Of Dartmoor › The Obvious Darkness

Tors Of Dartmoor › The Obvious Darkness

cd | 13 titres

  • 1 The edge of heaven
  • 2 The life of Christine Hate
  • 3 Pandemonium
  • 4 Angel dust
  • 5 Lines to a critic (the end)
  • 6 Vanitas (1st dimension)
  • 7 Waterking
  • 8 Meet Moshe Dayan
  • 9 In the moor part 1
  • 10 Hellbound
  • 11 The torture and the beast
  • 12 Bali
  • 13 In the moor part 2

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Tucan Studios, Kornwestheim, Allemagne, 1991

line up

Rüdiger Frank (chant, programmtion), Wolf Koch (guitare, guitare sèche), Heiko Mutert (clavier, programmation), Uwe Meissner (basse)

chronique

Si vous en avez l'occasion, n'hésitez pas à aller vous promener sur Dartmoor, cette lande sise dans le Devon est une pure merveille. Romantique à souhait avec ses espaces désolés, ses collines au creux desquelles se niche parfois un hameau, sans oublier les fameux 'tors', des rochers éparpillés comme des géants couchés et pétrifiés pour l'éternité sur lesquels il est agréable de grimper pour découvrir l'espace à perte de vue, sans compter les petites sources qui serpentent les pâturages où vous pourrez croiser des moutons et même parfois des poneys sauvages...C'est dire si ces Allemands ont choisi un nom évocateur pour baptiser leur groupe. Une chose est certaine, pas de tergiversation, en un titre, le combo a vite fait de nous accrocher et de nous convaincre de son potentiel, et quel potentiel ! Pratiquant un gothic rock personnel et intelligent, le quatuor se faufile entre les inutiles clones des Sisters of Mercy (Merry thoughts) et les formations telles que Cancer Barrack n'hésitant pas à injecter une petite dose d'électronique dans leurs compositions. On note pour commencer une programmation ultra dynamique de la boîte (écoutez le splendide 'Life of Christine Hate', si les fourmis ne vous torturent pas les jambes, j'y perds mon latin), des parties de guitare sombres et fluides, sans oublier un usage malin du clavier pour renforcer l'aspect dramatique de certaines chansons (l'inquiétant 'Angel dust'). Le tableau serait incomplet sans l'extraordinaire chant de Rüdiger Frank; si la nature s'est montrée un peu vache avec lui (il est nain et bossu), elle ne s'est pas montrée avare en matière de charisme tant vocal que scénique (ceux qui les ont vus jouer savent de quoi je parle). Son timbre grave et profond dégage quelque chose d'unique et surtout n'offre aucune comparaison avec celui d'Andrew Eldritch, ce qui n'est jamais gagné dans le genre. Pour le reste, les mélodies et les ambiances parlent d'elles-mêmes, pas la moindre faiblesse, 'The Obvious Darkness' regorge de tueries ('Edge of heaven', 'Life of Christina Hate', 'Waterking', 'Lines to a critic', 'Angel dust' et même la reprise de 'Meet Moshe Dayan' de Printed at Bismarck's Death); en gros, je pourrais vous citer toute la track list. Les Tors of Dartmoor parviennent à développer une noirceur dense, pas vraiment inquiétante (quoique...'Hellbound') mais intense et bourrée d'énergie. Heureusement qu'ils sont talentueux parce qu'assurer une suite de carrière après un coup de maître pareil s'est souvent révélé un piège mortel.

note       Publiée le lundi 2 septembre 2013

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

partagez 'The Obvious Darkness' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The Obvious Darkness"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The Obvious Darkness".

ajoutez une note sur : "The Obvious Darkness"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Obvious Darkness".

ajoutez un commentaire sur : "The Obvious Darkness"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Obvious Darkness".