Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBone Gnawer › Feast Of Flesh

Bone Gnawer › Feast Of Flesh

cd • 10 titres • 34:22 min

  • 1Feast of Flesh03:45
  • 2Sliced and Diced03:02
  • 3Cannibal Cookout03:13
  • 4Make You Die Slowly03:44
  • 5Hammer to the Skull03:01
  • 6The Saw Is Family02:55
  • 7Hatchet Face03:30
  • 8Defleshed and Skinned03:17
  • 9Anthropophagus Beast04:09
  • 10The Lucky Ones Die First03:46

enregistrement

Enregistré et mixé au Enhanced Audio (Umeå) Chant enregistré au Full Sail (Orlando)

line up

Rogga Johansson (Basse, Chant), Kam Lee (Chant), Ronnie Björnström (Guitares), Morgan Lie (Batterie)

Musiciens additionnels : Dopi (voix [5]), Stevo Dobbins (voix [1]), Killjoy (voix [8]).

remarques

chronique

Bon, on ne va pas se mentir, Bone gnawer ne doit sa présence ici qu'à la participation relativement heureuse de Kam Lee (membre émérite des piliers du Death-Metal compte-tenu de sa participation aux toutes premières démos de Death et aux albums de Massacre) aux vocaux. Le bonhomme s'en donne ici à coeur joie en éructant, "comme à l'époque", de manière particulièrement sauvage ses histoires de tueurs en série nécrophages (les textes sont très Cannibal corpsiens), injectant ainsi un peu de folie dans ce Feast of flesh à l'électrocardiogramme bien plat, malgré la présence de trois valeureux suédois derrière les instruments, dont l'omniprésent Rogga Johannson. Parce qu'en effet, on s'ennuie pas mal à l'écoute de ce disque, sans vraiment que je ne puisse définir pourquoi, d'ailleurs, si ce n'est "un truc vraiment chiant dans les riffs" plutot agressifs mais un peu génériques et répétitifs, et malheureusement trop rarement rattrapés par quelques leads un peu plus tortueuses... Du coup, en dehors de quelques passages plus percutants ("Cannibal cook out" malgré son leitmotiv pénible, "Hammer to the skull"), notre trio suédois nous offre dans ses meilleurs moments une version un peu plus vicelarde de Six feet under, du mid-tempo presque headbangant, mais qui charcute la plupart du temps presque trop gentillement, malgré le son qui apporte une certaine dynamique. On se retrouve donc avec un disque que les amateurs d'atmosphères cradingues auront vite fait de ranger pour aller voir ailleurs (notamment du coté des biens plus recommandables The Grotesquery, pour les fans de Kam Lee), au mieux passable pour peu qu'on ne soit pas très attentif. Comme quoi un brailleur culte et un artwork sympa, ça ne fait pas tout, loin de là..

note       Publiée le mardi 1 octobre 2013

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Feast Of Flesh".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Feast Of Flesh".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Feast Of Flesh".