Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesWErik Wøllo › Silent Currents 3

Erik Wøllo › Silent Currents 3

  • 2013 - Projekt, ARC00100 (1 téléchargement internet)

cd | 1 titre | 57:51 min

  • 1 Silent Currents 3 [ 57:51]

enregistrement

Initialement enregistré le 28 Octobre 2007 au Star’s End Radio Show à Philadelphie et remasterisé, retravaillé au Wintergarden Studio, Norvègeèn hiver 2012

line up

Erik Wøllo (Guitares électriques et synthétisées, guitare Slide/Fretless Ebow, basse, synthé, percussions, programmations, et effets électronique)

remarques

Pour en savoir plus sur la musique d’Erik Wollo et y entendre des MP3, visitez son site web: http://www.wollo.com/home.htm On peut aussi entendre une version PC sur le site Bandcamp suivant: http://projektrecords.bandcamp.com/album/silent-currents-3

chronique

Ça commence avec des vents. Des vents sombres teintés de voix obscures qui dérivent comme les souffles d'Éole à travers les monolithes des déserts glacials Norvégiens. Jusqu'ici, l'ouverture de ce 3ième volet de Silent Currents niche dans la familiarité avec le colossal double cd paru il y a à peine deux ans. Et c'est normal. Normal car “Silent Currents 3” tire sa genèse de la même source; Silent Currents/Live at Star's End 2010 et sorti sur l’étiquette américaine Projekt en 2001 (PRO262). Les ambiances, les larmes de guitares spectrales, les synthés aux mouvements morphiques et aux vents chantants, les poussières des vents et leurs chants elfiques encerclent une toute nouvelle approche rythmique et sonique qu'Erik Wollo a sculptée dans l'ombre de ses synthés et guitares au Wintergarden Studio en Norvège. Et le résultat est très beau. J'irais jusqu'à dire que ce “Silent Currents 3” possède des attributs que son grand frère n'avait pas; une délicate symbiose entre les rythmes et ambiances. Les premiers chatoiements arrivent aussitôt qu'à la 8ième minute. Des perles sonores qui reluisent dans des clapotis d'eau cernée dans des grottes souterraines amènent l'auditeur à un autre niveau que les vents désertiques d'automne. Ces ruissèlements accouchent d'un fin rythme qui émerge une minute plus tard avec des riffs délicatement saccadés qui sursautent sous les spectrales lamentations d'une six-cordes rêveuses. Comme un cha-cha incertain, fragilisé par ces nappes fantomatiques qui hurlent en silence, les premiers balbutiements du rythme de “Silent Currents 3” coulent avec une étonnante fluidité pour un rameau désarticulé. Il s'évanouit dans un bouillon d'ambiances où errent ces lamentations tordues de guitare et des cliquetis de carillons qui tournoient dans des vents statiques alors que la 2ième phase de rythme survient tout de go avec une spirale finement saccadée montée sur des riffs qui roulent en boucles sous les stries hurlantes d'une guitare obsessive. Cette phase de rythme retourne se coucher sous sa couverture de prismes luisants qui scintillent dans des vents venus de partout alors que le chapelet de riffs renaît sous une autre forme, embrassant une ligne de basse résonnante pour emprunter les intéressants territoires d'un mid-tempo aux odeurs de funk noir. Et ainsi va “Silent Currents 3”. Puisant dans les ambiances éthérées de son concert au Star's End de 2010, Erik Wollo respire d'une fascinante créativité qui embrasse les influences de Steve Roach, pour les approches claniques, et Patrick O'Hearn pour les rythmes et mélodies noirs. Les guitares qui pleurent sur la désertion des vents irisés arrachent des soupirs à l'âme vers la mi-temps. Nous flottons dans une phase déchirante où les ululements de la six-cordes embrassent des ondes astrales qui dérivent à la recherche d'âmes perdues. Mélangeant sereinement ses ambiances aussi noires que poignantes à des rythmes aussi fugaces qu'harmoniques, Erik Wollo maintient ce fragile équilibre de rythmes et ambiances qui font tout le charme de ce Silent Currents revisité. Le tronçon de la 23ième minute qui lie la 37ième est tout simplement divin. Patient, Wollo maintient un intérêt auditif en jouant sur un crescendo ambiosphérique qui débouche sur un très beau rythme clanique. Un rythme finement tambouriné dans les ombres d'un groove ambiant qu'une fusion guitare/synthé caresse de souffles déchirés entre la passion et la passivité jusqu'à la 42ième minute. Et ces dernières minutes de “Silent Currents 3” puisent dans les ambiances abyssales de sa genèse, mais avec un remodelage des températures et un ajout de tonalités prismiques, comme des carillons embrassant les vents, qui remplacent les clapotis des eaux. Des carillons qui chantent et qui tournoient lascivement, trompant encore l'auditeur qui se repaissait de ces ambiances oniriques. “Silent Currents 3” est un agréable complément à Silent Currents. Erik Wollo y aurait donné un autre titre que l'on y aurait vu que du feu. Certes, lorsque l'on colle les deux œuvres côte à côte on remarque les préceptes de Silent Currents. Les drones, les vagues et couches de synthés ainsi que les lignes de guitares aussi inquiétantes, étranges que méditatives servent de toile d'ambiance à des rythmes et arrangements harmoniques qui infiltrent Silent Currents comme une rivière sonique échappée des cieux. Beau, très beau!

note       Publiée le dimanche 25 août 2013

partagez 'Silent Currents 3' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Silent Currents 3"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Silent Currents 3".

ajoutez une note sur : "Silent Currents 3"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Silent Currents 3".

ajoutez un commentaire sur : "Silent Currents 3"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Silent Currents 3".