Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPHenry Purcell (1659-1695) › Music for a while / O solitude

Henry Purcell (1659-1695) › Music for a while / O solitude

14 titres - 55:18 min

  • 1/ The plaint 7.26
  • 2/ If music be the food of love 2.19
  • 3/ I attempt from love’s sickness 2.01
  • 4/ Fairest Isle 2.44
  • 5/ Sweeter than roses 3.17
  • 6/ Not all my torments 1.58
  • 7/ Thrice happy lovers 2.49
  • 8/ An evening hymn 5.01
  • 9/ From rosy bow’rs 7.09
  • 10/ O lead me to some peaceful gloom 2.51
  • 11/ Retired from any mortal’s sight 2.51
  • 12/ Music for a while 4.00
  • 13/ Since from my dear astrea’s sight 3.51
  • 14/ O solitude 5.53

enregistrement

Enregistré en avril 1979. Prise de son Jean Fraçois Pontefract.

line up

Alfred Deller (contre-ténor) ; Wieland Kuijken (basse de viole) ; William Christie (clavecin) ; Roderick Skeaping (violon baroque sur 1) ; Robert Elliott (Orgue sur 14) ; Jane Ryan (basse de viole sur 14)

chronique

Styles
musique classique
Styles personnels
chansons profanes-baroque

Ce recueil de chansons de l’anglais Henry Purcell est un délice d’élégance et de mélancolie. 14 pièces, profondes et graves, simples, dans lesquelles le grand Henry exprime cette patte mélodique si particulière (incarnée notamment dans le fameux air du froid extrait du «King Arthur», repris par Klaus Nomi) et qui marqua fondamentalement l’expression musicale anglaise. Le Haendel de la célèbre «Sarabande», de fait, lui doit tout. «The plaint», qui ouvre cette heure de solitude recueillie, est un modèle du genre. La basse de viole, lente, calme et sombre, installe l’espace sonore… on est dans la gravité absolue… puis le clavecin résout son premier accord, peut entrer alors le timbre ici très ambiguë d’Alfred Deller. Bien que régulièrement secouées des complexités rythmiques et mélodiques virtuoses propres au langage baroque, les compositions recherchent la pondération, une lenteur imposante, affectée, assumée par la voix plaintive et inquiétante de la viole. Le clavecin et ses ponctuations d’accords développés vient autant attendrir qu’assombrir le propos. Attendrir par sa légèreté, son caractère mélodique et galant, assombrir par ses lenteurs soudaines, ses pointes d'austérités, mais aussi cette merveilleuse et courte résonance propre à l’instrument, et par laquelle se fabriquent de curieuses et fugitives rencontres harmoniques, comme des arrières pensées. La voix, enfin, instrument roi de ces compositions pour contre-ténor, focalise tout le génie mélodique de Purcell, dansant sur les octaves, allant chercher la petite note, l’infime inflexion, où s’attardant avec sévérité dans les registres graves, étirée et vibrante, pour mieux pleurer. Le choix d’Alfred Deller face aux Andreas Scholl, Gérard Lesne et autres virtuoses modernes, tous héritiers du maître, réside dans cette humanité par laquelle l’anglais savait si bien compenser ses lacunes techniques d’autodidacte. La voix n’est pas toujours parfaitement fluide, mais elle en devient justement profondément investie. Le timbre se cherche dans les accès virtuoses, mais il se trouve alors par l’engagement soudain, la dynamique habitée du chanteur, là où la plupart des poulains d’aujourd’hui dominent le sujet technique, et en oublie la douleur nécessaire à l’exécution de ces chants. La tristesse est parfois nue et entière, exprimée dans les passages les plus lents et tendus. Elle est aussi souvent diffusée au travers des habitudes et règles de compositions de l’époque. Derrière les joliesses baroques on perçoit la douleur, le sourire est mélancolique. Ce disque est un sommet pour les connaisseurs, et une porte d’entrée idéale pour les profanes. La dimension courte des pièces, la sobriété de l’instrumentation et l’évidence des mélodies de Purcell rendent cette musique à la fois représentative d’une époque, et ouverte à la notre. Au XVIIème siècle, en Angleterre, il fallait savoir se lamenter avec élégance et courtoisie.

note       Publiée le samedi 8 juin 2002

partagez 'Music for a while / O solitude' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Music for a while / O solitude"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Music for a while / O solitude".

ajoutez une note sur : "Music for a while / O solitude"

Note moyenne :        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Music for a while / O solitude".

ajoutez un commentaire sur : "Music for a while / O solitude"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Music for a while / O solitude".

Dioneo › jeudi 31 janvier 2019 - 10:54  message privé !
avatar

Oué, on en parlait un peu longuement dans les com de Didon... (Et ceci-dit le costume de pingouin me va moins bien au teint, hein... Et à l'Henry pas si bien que ça non-plus j'ai toujours trouvé mais bon... On va pas repartir des pages là-dessus).

nicola › mardi 29 janvier 2019 - 12:46  message privé !

Dioneo, tu me fais penser à Klaus Nomi qui a repris Purcell.

ellington › mardi 14 juillet 2009 - 21:56  message privé !

Peu importe que la voix ne soit plus tout a fait la huitième merveille du monde qu'elle fut jadis : c'est l'au-revoir d'un ami que l'on a tendrement aimé.

Dioneo › jeudi 4 décembre 2008 - 12:30  message privé !
avatar

Remember me ! Remeeember me ! But OoOoOOOooo forget my Fate ! Remember me, but O o o o Ooo forgeeet... Myyy... Faate....

(Ou alors j'attends en embuscade non loin de l'entrée de la salle. Et PAF ! le Riche Francilien Visiblement Porteur du Nombre de Places Qu'Il Me Faut. C'est pour la bonne cause (la mienne, qui est celle du Beau et du Courtois ; si ...)).

empreznor › mercredi 3 décembre 2008 - 22:02  message privé !

sinon, concernant ce Alfred Deller que je refuse de noter alors que je l'ai en vinyle depuis longtemps, ça vient juste du fait que malgré la voix parfaite, je trouve la composition un peu "vaine", comparé à l'efficacité de Didon et Enée et de King Arthur, ou la beauté ethérée de la Fairy Queen.