Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPartly Faithful › Lazarus under glass

Partly Faithful › Lazarus under glass

cd • 13 titres

  • 1Lazarus rising
  • 2Amen
  • 3Underset
  • 4Hatchet
  • 5Collapsing
  • 6Big bang medecine
  • 7Stop
  • 8Wasting ground
  • 9Obsession
  • 10Skin
  • 11Scribbles
  • 12We are insect
  • 13Lazarus under glass

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Ed Banshee (chant), Anouska Haze (guitare, choeurs), Christopher Blake (basse)

Musiciens additionnels : Belle Star (batterie), Jason Lipscombe (choeurs)

remarques

chronique

Recevoir des promos peut encore être un moyen de découvrir de bonnes choses...Exemple: Partly Faithful, un groupe londonnien dont je n'avais entendu parler ni d'Eve ni d'Adam et c'eût été bien regrettable car leur album fait partie des bonnes surprises de cette première moitié de 2013...Une intro mystérieuse avec voix féminine lointaine et 'Amen' démarre...Tension post punk goth, guitares rampantes et gémissantes dans la plus pure tradition deathrock, vocaux dans la même veine...Miam, voilà qui présage du goûteux, sentiment confirmé dès 'Underset' avec sa très bonne guitare jouée par la seule femme du trio, Anouska Haze, laquelle n'est pas là pour faire de la figuration puisque outre la guitare, madame assure les choeurs. Des choeurs assez particuliers, presque enfantins par moments, donc pas spontanément ma tasse de thé, mais trouvant assurément leur place dans la musique. Je parlais de deathrock mais il apparaît rapidement que le groupe ne cherche pas un style définitif, plutôt un feeling cohérent entre colère et noirceur comme en témoignent des textes assez tranchants, parfois doublés d'une bonne dose de vitriol. C'est ainsi que leurs influences piochent également dans les sonorités de la première vague goth anglaise, voir même les Pixies, pour une musique pêchue sachant manier retenue et explosions électriques ('Collapsing', 'Obsession'...). J'apprécie également, et c'est un détail que je ne relève pas automatiquement, la corrélation entre la musicalité des mots et les mélodies, élément qui renforce l'énergie de la musique ('Hatchet', 'Big bang medecine', 'We are insects'); il faut dire que les lignes de guitare sont soutenues par une rythmique efficace avec, derrière les fûts en guest, Belle Star de Nösferätü. 'Lazarus under glass' va s'écouler sans temps mort, alignant réussite sur réussite même sur des tempi plus lents ('Wasting ground') voir carrément sensuels comme sur un 'Skin' se profilant dans la tradition du blues urbain à la Element of Crime, Inca Babies. Soulignons l'excellent travail opéré sur les sonorités de guitare qui, tout en s'insérant dans des schémas familiers, témoignent d'une recherche quant aux sonorités et aux arrangements. Voilà qui est fort réjouissant; le style deathrock n'étant pas toujours foncièrement prisé du public britannique, on célèbre avec d'autant plus de bonheur l'émergence de formations aussi talentueuses.

note       Publiée le mercredi 3 juillet 2013

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Lazarus under glass".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Lazarus under glass".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Lazarus under glass".