Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRArnaud Rebotini › Pagan Dance Move

Arnaud Rebotini › Pagan Dance Move

  • 2012 - Zone Music, ZONE 10 (1 téléchargement internet)

mp3 | 4 titres | 26:42 min

  • 1 Their Synthetic Majesties Request [06:36]
  • 2 Alan Wilder War Whoop [06:36]
  • 3 Pagan Dance Move [08:09]
  • 4 Their Synthetic Majesties Request (Crackboy remix) [05:21]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Arnaud Rebotini (vieilles machines)

chronique

Styles
techno
house
Styles personnels
trve black techno avec nuages de house

Et voilà qu'il en remet une couche, avec une pochette bien satanique qui évoque plus un nouvel album de Venom qu'un EP regroupant les dernières aventures analogiques du Lemmy de l'électro. Il a pourtant une bonne tête ce bouc démoniaque et avec cette police tellement Burzumienne on la sent bien l'inspiration, jusque dans le titre avec le mot "pagan". Bon y a aussi "dance" et "move", ce qui est nettement moins raccord avec le beumeu, dont le large d'épaule Rebotini conserve la structure répétitive et les textures sombrissimes pour concocter une petite gigue électronique, une ritournelle technoïde pour headbanger en rythme jusqu'à se péter les cervicales (d'ailleurs comment ils font les métalleux pour ne pas se coller le coup du lapin avec leurs conneries ? Moi ça me file des courbatures pendant deux jours chaque fois que j'essaie cinq minutes…). Toujours du synthé millésimé label rouge, mais moins de mélodie (normal pour de la trve black techno, quoi) et plus de transes païennes en ligne droite, avec un ressassement de motifs (des pentacle sonores, surement) pour tourner en rond autour d'églises en feu. Ouais, d'accord, j'arrête avec les gros stéréotypes qui tâchent mais c'est vrai que cette danse là est plus menaçante et grotesque que sexy. Enfin quoique, "Their Synthetic Majesties Request" sonne franchement plus, euh… disons que plus techno tu meurs, avec ces voix de robots, ces syncopes aigrelettes et ces nappes de synthés entre chien et loup en arrière du martèlement de beats qui, tout sombres qu'ils sonnent, donnent quand même bien envie de se vautrer dans le stupre du dancefloor. Le dénommé Crackboy (derrière lequel se cache le vétéran de la house française Krikor) en livre une version à la fois plus dépouillée et plus housey, pour tout dire plus sensuelle et raveuse. Donc voilà, Rebotini il te colle une pochette avec du streumon diabolique sorti de l'enfer dessus, mais dans le paquet cadeau c'est toujours du son old-school, à l'image du petit gimmick qui rappellera des souvenirs sur le fabuleux et limpide "Alan Wilder War Whoop", tiens et encore une référence pour les amateurs, véritable locomotive à vapeur classieuse et redoutable d'efficacité, imperturbable sur ses rails, absolument hypnotique et d'une simplicité déroutante, qui pourrait se poursuivre indéfiniment sans jamais lasser, une perle de techno pure racée comme une veuve noire.

note       Publiée le dimanche 7 juillet 2013

partagez 'Pagan Dance Move' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Pagan Dance Move"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Pagan Dance Move".

ajoutez une note sur : "Pagan Dance Move"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Pagan Dance Move".

ajoutez un commentaire sur : "Pagan Dance Move"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Pagan Dance Move".

(N°6) › samedi 1 avril 2017 - 18:48  message privé !
avatar

Pagan Dance Move, balancé par le bonhomme lui-même au bout de 2H30 d'un set techno bien chargé, ça fait quand même son effet pour relancer un zombi sur la piste. Boucherie chevaline. Ca m'a achevé.

Note donnée au disque :