Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCompilations - Divers › Hymns Of Steel

Compilations - Divers › Hymns Of Steel

cd | 18 titres | 70:00 min

  • 1 Pinsel Liest! – Die Stahl-Ouvertüre
  • 2 Prager Handgriff – Schwermetall (Body Mix)
  • 3 Volt – Stahlwerk
  • 4 Jäger 90 – Bis Ich Nicht Mehr Kann
  • 5 Void Kampf – Steel/Stahl (Tanzfloor Mix)
  • 6 CAP – Stahlherz (Non-Ferro Edit)
  • 7 Ionic Vision – The Steel Hymn
  • 8 Astma – 449 Metal Bullets
  • 9 Sturm Café – Schweiss, Bier Und Stahl
  • 10 Militant Cheerleaders On The Move – Work Is Violence (Steel Edit)
  • 11 E-Craft – Gerichtet (Stählerne Platte)
  • 12 Container 90 – Precious Boots (Steel Caped Mix)
  • 13 T.A.N.K. – Fact/or/y
  • 14 Sequenz-E – Stahl Auf Stahl (Part 3)
  • 15 Tyske Ludder – Betrayal (Alloyed Steel Mix)
  • 16 Mezire – Suffer (Stahlrohr Mix)
  • 17 1Proceed – Painspeech (Steelwag Mix)
  • 18 Orange Sector – Kalt Wie Stahl (Stainless Steel)

enregistrement

Compilé par Andy De Decker, Sven Lauwers (Ionic Vision)

chronique

Bon, on va faire simple : cette compile est un peu la définition "dernière" génération de la compile EBM, la vraie EBM qui sent bon les pays de l'Est. Sûrement pas la plus malsaine, la plus pure ou la plus aryenne, mais la plus équilibrée et compacte que je connaisse. Hymns of Steel a été la source de quelques découvertes - dont certains noms cultes entre carrés d'initiés - plutôt heureuses dans mes pénates. "Nickel-chrome" n'a sans doute jamais été plus approprié. Evidemment on parle d'EBM d'esprit old school, même si pas 100% de forme. La majorité des artis... pardon, des haltérophiles présents ici, sont de beaux bébés, aucun ne m'est désagréable, même si j'ai mes chouchous, les bpm et les voix varient comme des tailles de boulons, bref c'est de l'EBM. Détailler ces protagonistes serait je le crains aussi parlant pour la majorité d'entre vous tendres lecteurs que d'effeuiller prolixement un catalogue de semi-remorques devant une classe hypokhâgne. Donc pour une fois je vais délaisser mes arguments musicaux aussi subtils que des briques dans l'anus, et je vais proposer un peu de dissertation pour changer : la body music, est-ce finalement du powerlifting ou du culturisme ? Un peu des deux, je dirais. Mais bon, le synthétique reprenant sur quelques morçals de Hymns of Steel les plus grossières molécules electro-dark ne trompe pas : là où y a du gros muscle et du galbe de compétition, y a toujours de la gonflette et des stéroïdes, sinon y a pas vraiment de plaisir. L'art du muscle, tout bien réfléchi, c'est quand même pas une passion ingrate : pour moi c'est exactement de même nature que de tailler amoureusement des bonsaï, sauf que c'est ta viande le support... un loisir élitiste donc, auquel je n'ai pas accès car je suis simple ectomorphe (tendance queue de cerise), mais à l'écoute de sélections comme ce Hymns Of Steel je deviens presque mésomorphe. L'effet pulsion-pulsation post-D.A.F. c'est aussi indispensable que la protéine. N'oubliez pas cependant, que vous soyez motivés ou non par le banc et les séries, de bien respecter les temps de repos, car c'est pendant cette période que votre masse musculaire va se développer le +. Moi je respecte rien, je m'en gave juste sans y chercher autre chose que ce que ça propose, et j'en ressors heureux comme un camion. Heil ma bitte !

note       Publiée le vendredi 28 juin 2013

partagez 'Hymns Of Steel' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Hymns Of Steel"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Hymns Of Steel".

ajoutez une note sur : "Hymns Of Steel"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Hymns Of Steel".

ajoutez un commentaire sur : "Hymns Of Steel"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Hymns Of Steel".

novy_9 › mercredi 3 juillet 2013 - 12:06  message privé !

voila, pour moi ils sont trop proches les un des autre, je préfére donc les originaux, mais je ne dirais pas ça pour d'autres styles que j'écoute ou l'avatar voir le clone peuvent avoir un certain charme à mon oreille, mais pour l'EBM non, j'arrive pas :)

Raven › mercredi 3 juillet 2013 - 06:37  message privé !
avatar

là, je te suis : les groupes EBM européens des 00's sont effectivement souvent aussi proches que des parpaings alignés, il faut s'en approcher pour saisir les petites subtilités, la différence de grain... mais bon Orange Sector par ex n'a pas viré dans l'electro dark de kéké comme Tyske Ludder sur ses derniers, ils sont restés dans une veine Pouppée Fabrikk, un esprit bourrin et primaire, c'est comparable aux groupes actuels qui continuent à jouer du thrash école Kreator pour moi, pas transcendant mais respectable. Et Sturm Café ne fait rien de plus qu'un ripoff logiciel de DAF dont l'ironie limite parodique et la déconne biéreuse ne passe quand même pas inaperçue...

novy_9 › mardi 2 juillet 2013 - 19:25  message privé !

Il y a plus de différences entre Nitzerebb, Click Click, Borghesia, A grumh etc ... chacun a son univers et son originalité. Alors que pour Tyske Ludder, Prager Handgriff, Orange Sector et consort je n'en trouve pas ... mais ce sont des propos de vieux hein !

Raven › dimanche 30 juin 2013 - 14:56  message privé !
avatar

on dirait qu'il veut vraiment essayer de sortir de son copycat de Doug mccarthy ce con, décidément, mais il a du mal

mangetout › dimanche 30 juin 2013 - 14:50  message privé !

EBM ?

SPETSNAZ : Mine