Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesWWipers › Youth of America

Wipers › Youth of America

cd • 11 titres • 00:00 min

  • 1No Fair
  • 2Youth Of America
  • 3Taking Too Long
  • 4Can This Be
  • 5Pushing The Extreme
  • 6When It's Over
  • Bonus Tracks
  • 7Scared Stiff
  • 8Pushing The Extreme
  • 9No Fair
  • 10When It's Over
  • 11Youth Of America

enregistrement

Enregistré en 1981 aux Wave Sound Studios par Greg Sage - Produit par Greg Sage

line up

Greg Sage (chant, guitare, piano), Brad Davidson (basse, tape operation assistance), Dave Koupal (basse), Brad Naish (batterie)

remarques

La version chroniquée ici et décrite dans la tracklist est elle issue de la réédition "Wipers Box Set" réalisée par Greg Sage lui-même. Cette version inverse les deux faces du LP original (No Fair et Youth of America étaient à la base la face b) - Artwork par Curtis Knapp

chronique

Youth of America (Y.O.A. pour les intimes) ne s'embarrasse guère de mélodies, contrairement à son prédécesseur. Il fonce bille en tête le long de cette route glissante, avec la conscience froide et lucide de sa propre issue fatale. Les guitares de Greg Sage semblent bloquées sur les mêmes accords tristes et désespérés, à faire passer les titres les plus dépressifs de Hüsker Dü pour du Green Day. 6 morceaux, le minimum, au son bien moins flatteur que Is This Real, toutes concentrées dans cette unique attaque, implacable, continuelle. "Relentless" diraient les américains. Et il n’y a pas de mot plus juste pour décrire la cadence à laquelle avance ce disque. En revanche, pourquoi 6 morceaux quand le précédent en comportait près du double ? Réponse : il y a deux titres qui dépassent les 6 minutes… ça parait anodin aujourd’hui, mais au plus haut de la 1ère vague hardcore US, avant My War ou les Melvins, c’est une petite révolution. Et une volonté affichée d’emmerder les gardiens du temple. La chevauchée-titre avait de quoi traumatiser les esprits bien au-delà de la scène hardcore US : Sage y convoque lobotomie hendrixienne, tour de force motorik sur des routes de montagne à minuit, et interminable cauchemar éveillé, sous speed… Avec en son milieu un "solo" noise proprement hallucinant. Sonic Youth, alors en train de se chercher entre no-wave et noise rock en gestation, retiendra la leçon. La grosse crainte est qu’après un morceau de 10 minutes aussi épique, le reste fasse pale figure. Et effectivement, les seuls autres moments marquants du skeud sont No Fair et When It’s Over, tous deux annonçant ouvertement Over The Edge par leurs trilles de guitares désabusées qui plongent l’auditeur dans ces marais dépressifs que les Wipers n’ont jamais quitté, dans cette boue renforcée par la production, proche d’une démo si ce n’était ce son de basse sévère. De toutes façons, pour les 3 premiers albums des Wipers, il faut impérativement se procurer le remaster réalisé par Sage lui-même dans le coffret 3-CD "Wipers Box", c’est la seule version qui vaille. Là seulement peut-on y apprécier le travail de densité à l’œuvre ici, et si possible au casque. Tout le rock indé bruyant et le grunge iront puiser dans ces 3 premiers albums, vénérés par Cobain au point de figurer tous les 3 dans son top 50 de tous les temps… Difficile, donc, de ne pas entendre du Sonic Youth dans les accès de mélancolie vénère de Y.O.A et Over the edge… Les Wipers sont une des mamelles du rock alternatif américain au sens large, aux côtés de Hüsker Dü et de Dinosaur Jr… Ce Y.O.A. est considéré comme leur plus culte, et même si l’on nuancera un peu au regard des opus suivants et précédents, l’écoute du morceau titre est indispensable pour quiconque cherche à vibrer au son du rock américain, au sens large.

note       Publiée le samedi 22 juin 2013

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

  • Chrome › No humans allowed
    Chrome - No humans allowed
    Pour In a Dream et Danger Zone, tubes-frères de Y.O.A., publiés la même année à l'origine, plus au sud sur la côte ouest...
  • Melvins › Electroretard
    Melvins - Electroretard
    Pour une reprise de Y.O.A. par les Melvins, jamais avare d'un renvoi d'ascenceur ténébreux et bovin.

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Youth of America".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Youth of America".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Youth of America".

dariev stands › dimanche 23 juin 2013 - 16:49  message privé !
avatar

En fait les LP se trouvent à pas si cher, mais bcp persistent à vendre les rééditions (remasterisée par Sage, il est vrai) + de 20 euros... J'ai chopé over the edge dans la version Enigma 86, donc avant remaster, et... Il vaut à peine 4. Le son est crucial avec ce groupe, vu l'obsession de Sage pour les basses (cf. la chro de better off dead). Effectivement donc, ne pas se prendre la tete et se procurer la Wipers Box, il n'y a quasiment rien à jeter de toutes façons. J'ai mis la pochette N&B car c'est la + connue, elle est meme devenue culte, mais sur les 4 (!) qu'on peut voir dans le livret de ladite Wipers Box, ma préférence va à celle que le label a refusé d'emblée, la 1ère imaginée par Sage, celle avec le chien. Juste magnifique, on dirait que ce mec sort tout droit d'une BD. Elle est meme pas sur internet, what a shame...

E. Jumbo › samedi 22 juin 2013 - 22:12  message privé !

"When It's Over", une de ces chansons que je pourrais écouter vingt fois de suite sans problème.

Note donnée au disque :       
Raven › samedi 22 juin 2013 - 21:42  message privé !
avatar

"il faut impérativement se procurer le remaster réalisé par Sage lui-même dans le coffret 3-CD "Wipers Box", c’est la seule version qui vaille. " eheh, tant mieux... même si c'est je crois les seules versions encore dispo pour le quidam a prix décent. dans ce coffret 3 cd (in-dis-pen-sable) le gusse - dans ces making of pour le moins froidement descriptifs et pas franchement intéressants - explique bien qu'il avait sorti des morcifs de dix minutes "parce que ça faisait pas cool de faire + de 3 à l'époque". Un groupe fondamentalement pas cool. (dommage qu'on puisse pas caser la 3eme pochette, celle avec le drapeau ricain sludge-dégueu)

Note donnée au disque :