Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGang Of Four › entertainment!

Gang Of Four › entertainment!

cd | 12 titres

  • 1 Ether
  • 2 Natural's Not In It
  • 3 Not Great Men
  • 4 Damaged Goods
  • 5 Return The Gift
  • 6 Guns Before Butter
  • 7 I Found That Essence Rare
  • 8 Glass
  • 9 Contract
  • 10 At Home (He's A Tourist)
  • 11 5.45
  • 12 Anthrax

yellow e.p. | 4 titres

  • 1 Outside The Trains Don't Run On Time
  • 2 He'd Send In The Army
  • 3 It's Her Factory
  • 4 Armalite Rifle

enregistrement

The Workhouse, Old Kent Road, Londres, 1979.

line up

Jon King (chant, melodica), Andy Gill (guitare, chant), Dave Allen (basse, chant), Hugo Burnham (batterie, chant)

remarques

http://en.wikipedia.org/wiki/Gang_of_Four

chronique

Premier bon point pour ce premier Gang Of Four : la pochette est très nulle à première vue, mais si tu t'approches pour regarder un peu plus près, ben en fait elle tue, et après quand tu la re-regardes de loin, elle tue toujours. Par contre c'est quoi ce titre ? "entertainment!" ? Je rêve ou c'est lancé comme un méprisant "tenez, v'là du divertissement pour vous sales consommateurs sans cerveau, allez, bouffez bien !" ? Ils se prennent pour qui ceux là ? En plus on dwaow... c'est vrai que ça remue bien cette connerie en fait... mouairf enfin, pas de quoi s'extasier non plus, c'est juste sympa. Et désolé, mais leur dance-punk reste quand même totalement dans la mouvance en vogue depuis le milieu des années 2000 et tous ces trucs rythmés chaloupés de beaux gosses ténébreux-distants... et on en a un peu marre. Après ok, c'est vrai qu'il faut quand même avouer que leurs paroles sont plus travaillées que la moyenne des suiveurs. Un peu comme Richard Hell, les keupons de Gang Of Four ont des lectures et des cultures et ils se servent de leur cerveau... n'aiment guère les chansons d'amour, comme John Lydon... et c'est très bien, j'admire... mais ils cultivent aussi tellement leur côté athlète (et non ascète comme ceux de leur espèce), qu'on se rappelle bien vite la devise antique : "un esprit sain dans un corps sain". Donc voilà : même si c'est souvent digne d'être devisé et plus profond que de la politique de gauche, j'ai une question : qui serait assez autiste pour lire du Gang of Four en l'écoutant ? Les mêmes qui le seraient assez pour percer l'épiderme froid et arty de Wire, j'imagine... Mais qu'il est dur de lire, quand tes cervicales jouent à chat perché. Et quand tes veines sont hachées comme de la ciboulette par des copeaux de guitare stratégiques aussi efficaces que du AC/DC sans avoir besoin de se faire chier à être boogie. Du coup mon cerveau, couic!, je débranche. Même si Joy Division est plus sombre (encore que, à bien regarder...), The Sound plus trouble, Pere Ubu plus givré du bulbe, Killing Joke plus occulte, et j'en passe, le son de Gang Of Four est simplement LE son post-punk définitif, tranchant comme une fin de négociations. Qui pourrait raisonnablement penser que des morceaux de ce disque avaient tant besoin d'un réenregistrement pour sonner plus moderne ? Y a pas plus net, question rythmique, question prise au scalpel des sentiments, rabaissés jusqu'aux rotules. Humiliés. Jusqu'au larsen final psyché et corrosif "Anthrax", on peut tout citer, sans parler de l'E.P d'octobre 80 gracieusement ajouté en bonus sur la version que j'ai, aussi rigoureusement indispensable que le filet de citron jaune dans le rouge du bloody mary. La batterie est une batterie, elle cogne comme un gang de boxe. La basse est une basse, aux lignes assez cordes, et aux cordes assez troncs. Elle maraude sous les étincelles d'une guitare capable de faire pointer les tétons plus vite que de l'eau froide. Andy Gill avait ses caresses et tortures perso. Je me pogne plus a parler sérieusement de technique guitaristique depuis le collège, mais ce type arrive quand même à faire sonner sa guitare comme un vocoder ("5.45"). Et ça c'est du vice. Ses riffs sont lancés comme des Laguiole hors de prix en direction d'une seule et même cible : notre corps. Ce corps qui nous inquiète. Et qui réagira toujours avant ce cerveau sollicité par la voix (plus commune que le reste mais purement anglaise donc forcément remarquable). Pour finir, le melodica - on oublie trop souvent le melodica - utilisé avec parcimonie psychopathe, qui fait aussi bonne part du sel du Yellow E.P.... ahahah, avec tout ce détail je me rends compte j'en ai même oublié de continuer ma chronique sur sa lancée façon "ce disque vient de sortir" qui était sensée donner un cachet un peu moins lu et relu... grillé le p'tit malin ! Excuse à la maîtresse : je l'écoutais en écrivant. Et vu qu'on peut pas l'écouter en lisant ben j'me lisais pas..... Malgré qu'on l'aie déjà publiquement sucé sur tous les médias spécialisés, et qu'il n'aie pas du tout besoin d'un nouveau tour de langue, cet album est bien le cliché de base imparable qu'il est, c'est comme ça mon gars tu peux rien y faire, alors autant ne pas réfléchir tant que ça et te laisser aller à la putain de BASE. Autant essayer de critiquer la pomme de terre. Gang of Six.

note       Publiée le vendredi 21 juin 2013

Dans le même esprit, Raven vous recommande...

partagez 'entertainment!' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "entertainment!"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "entertainment!".

ajoutez une note sur : "entertainment!"

Note moyenne :        12 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "entertainment!".

ajoutez un commentaire sur : "entertainment!"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "entertainment!".

boumbastik › lundi 26 septembre 2016 - 17:03  message privé !

Excellent, cet album. Son-scalpel, groove, inspiration. Me suis pas encore penché sur les paroles. Et cet accordéon fantomatique ha ha ! M'est avis que ce groupe est classe.

Raven › samedi 4 juin 2016 - 05:07  message privé !
avatar

Solid Gold aura la même note que celui-ci... et il est fort probable que Hard subisse le même sort.

Note donnée au disque :       
SEN › samedi 4 juin 2016 - 03:02  message privé !

Excellente album mais "Solid Gold" est incomparable !

sergent_BUCK › jeudi 16 octobre 2014 - 20:42  message privé !
avatar

J'écoute beaucoup ce disque en ce moment... surtout en faisant du vélo dans paris, ça accompagne bien le rythme du traffic ! et donc impossible de mettre autre chose que la note max, surtout vu l'aspect gros pavé classique qui a servi de modèle au trois quarts des groupes que j'écoute aujourd'hui. Et puis cette prod aussi monochrome que la pochette, les instruments bruts de chez brut, c'est ultra direct.

Note donnée au disque :       
Raven › lundi 14 avril 2014 - 13:49  message privé !
avatar

Wire c'est de l'art, aussi. De l'art contemporain.

Note donnée au disque :