Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSad Lovers And Giants › The Mirror Test

Sad Lovers And Giants › The Mirror Test

cd • 13 titres

  • 1White Russians
  • 2Take seven
  • 3Seven kind of sins
  • 4The green years
  • 5Cuckooland
  • 6A map of my world
  • 7Return to Clocktower Lodge
  • 8Wire lawn
  • 9The outsider
  • 10Life under glass
  • 11Summer and smoke
  • 12House of clouds
  • 13Ours to kill

extraits vidéo

informations

Alaska Studios, hiver 86-87, Grande-Bretagne

la réédition est parue sous le titre de 'The Mirror Test Redux'; les titres 6, 9, 10 et 13 sont des bonus.

line up

Ian Gibson (basse), Garce (chant), Tony McGuinness (guitare), Juliet Sainsbury (clavier, piano), Nigel John Pollard (batterie, percussions), Ian Butler (saxophone)

chronique

Il ne fallait pas rêver quand même, il eût été illusoire de croire que les Sad Lovers and Giants pourraient égaler leur précédent chef-d'oeuvre, le brillant 'Feeding the flame', et pourtant...Ce troisième opus ne démérite pas, bien contraire, il le talonne de tellement près et confirme à nouveau le talent indéniable et souvent mésestimé de nos poètes champêtres. Moins torturé, plus mélancolique et pur, il fait la part belle aux harmonies claires et fraîches ainsi qu'aux nappes de clavier qui jouent un rôle prépondérant dans cette impression de douce tristesse baignant le disque. Plus que jamais nos Anglais proposent une musique de plein air évoquant la beauté des paysages britanniques, l'impression de mélancolie qui s'en dégage tant à l'aurore qu'au crépuscule, un peu dans la même voie que And also the Trees mais dans une optique moins obscure, plus tranquille, plus proche des Américains de For Against, voir des Cure époque 'Faith' en moins étouffant. Les compositions sont ciselées comme de véritables bijoux avec de magnifiques lignes mélodiques, d'habiles trouvailles telles que certains passages de saxophone du plus bel effet. Une fois encore, on ne sait plus où donner de la tête tant les bons morceaux se succèdent comme si la source était intarissable: l'excellent 'White russians' qui ouvre le voyage, 'Seven kind of sins', clairement la meilleure pièce, les évocateurs 'Cuckooland' et 'Return to Clocktower Lodge dont les titres résument la poésie qu'ils évoquent, sans oublier le beau 'The map of my world' sans oublier 'Life under glass' et ses notes de piano volages. Chaque élément joue son rôle à la perfection, se voit attribuer la place qui lui convient au mixage, quant au chant, ses intonations nostalgiques parachèvent l'atmosphère de ces climats propices à la rêverie. Même les titres bonus tirés de maxis sont indispensables puisqu'ils ont été pleinement intégrés dans la set-list. Encore un album que vous pourrez vous procurer les yeux fermés mais l'esprit et les oreilles grand ouverts.

note       Publiée le mardi 14 mai 2013

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

For Against - December

For Against
December

Autres campagnes...

dernières écoutes

Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "The Mirror Test" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "The Mirror Test".

notes

Note moyenne        6 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "The Mirror Test".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "The Mirror Test".

allobroge Envoyez un message privé àallobroge

Le 2nd album des Snake corps ”Smoother earth ” contient de grosses pépites et est mon préféré mais, comme tout leurs disques hélas, ils sont désormais plutôt rares et coûtent un rein.

Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

Snake Corps ? C'est vrai qu'il faudra que je me repenche dessus. J'ai un bien un best of mais j'y pense rarement

ProgPsychIndus Envoyez un message privé àProgPsychIndus

Tu devrais retenter celui là quand même, c'est une perle , pour moi les trois premiers sont essentiels, c'est le sans faute absolue. j'ai aussi le suivant, mais c'est vrai que je l'écoute rarement. La box 5cd sortie il y a quelques temps a de bonnes raretées. Snake Corps c'est cool oui , mais ça ne m'a pas marqué plus que ça dans l'ensemble.

Message édité le 27-03-2023 à 15:41 par Progpsychindus

Note donnée au disque :       
Rikkit Envoyez un message privé àRikkit

Je viens de récupérer ce skeud aujourd’hui, c’est un bonheur. C’est doux et léché dans les arrangements, pastoral oui, pluvieux mais pas en totale dp non plus, un peu un Echo & The Bunnymen qui n’aurait pas perdu son ADN goth et qui n’aurait pas encore privilégié un certain lyrisme épique au reste (que j’aime beaucoup malgré tout chez ces derniers). Y a du Morrissey dans la voix de Garce, il lui manque les manières un poil exaspérante de celui-ci, et c’est tant mieux.

Note donnée au disque :       
Richard Envoyez un message privé àRichard

La presse anglaise à l'époque surnommait SLAG les " Pink Floyd pastoraux". Ça semble incongru mais avec le temps, au final, pas tant que ça.

Note donnée au disque :