Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBjörk › Vespertine

Björk › Vespertine

cd | 12 titres

  • 1 Hidden Place [5:28]
  • 2 Cocoon [4:28]
  • 3 It's Not Up to You [5:08]
  • 4 Undo [5:38]
  • 5 Pagan Poetry [5:14]
  • 6 Frosti [1:41]
  • 7 Aurora [4:39]
  • 8 An Echo, a Stain [4:04]
  • 9 Sun in My Mouth [2:40]
  • 10 Heirloom [5:12]
  • 11 Harm of Will [4:36]
  • 12 Unison [6:45]

enregistrement

El Cortijo, San Pedro, Espagne et Magic Shop, New York, USA

line up

Björk (chant, ligne de basse, boîte à musique), Jake Davies (programmation), Marius De Vries (programmation), Marius De Vries (programmation), Vince Mendoza (chef d'orchestre), Zeena Parkins (harpe), Guy Sigsworth (programmation), Valgeir Sigurdsson (programmation, clavecin), Damian Taylor (programmation), Thomas Knak (programmation)

Musiciens additionnels : Herbert (programmation), Matmos (programmation)

chronique

Styles
pop
techno

On peut compter sur les doigts de la main le nombre d'artistes pour qui l'impact médiatique semble plus déterminant que leur propre travail. Malheureusement, la réputation de Björk est telle qu'elle en souffre considérablement, au point d'être conspuée, voire snobée par une grande partie de ses auditeurs potentiels, plus que rebutés par la couverture médiatique qui l'entoure. A cela, je n'aurais qu'une chose à répondre ; ceux concernés par ce problème ne savent tout simplement pas ce qu'ils perdent. Dans le même ordre d'idée, on peut faire un autre constat tout aussi édifiant : on peut aussi compter sur les doigts de la main le nombre d'artistes qui à l'aube de ce vingt-et-unième siècle arrivent à mettre sur pied, disques après disques, une oeuvre aussi compacte, intègre et solide. J'avoue moi-même ; je ne croyais plus au miracle quand "Homogenic" fit son apparition dans les bacs en 1997. Pourtant, elle réussit à prouver alors qu'il fallait définitivement compter avec elle. Une réussite aussi insolente ne pouvait ouvrir la voie qu'à une immense déception. Et bien, que du contraire ! "Vespertine", après quelques écoutes seulement, s'affirme sans peine comme sa pièce maîtresse. Un vibrant pamphlet, qui va encore plus loin. Encore plus fort. L'émotion est palpable de la première à la dernière note, tout simplement. La noirceur à peine dissimulée sur "Homogenic" laisse sa place ici à un sentiment partagé fait d'espoirs déçus et de mélancolie. De naïveté aussi (ses incartades enfantines sur l'instrumental "Frosti" ou l'angélique "Aurora"). Un des atouts majeurs de ce disque, c'est le travail que Björk fait subir à sa voix. "Cocoon" en est le parfait exemple ; elle pose sa voix délicate et fébrile, presqu'à bout de souffle, là où précédemment elle nous avait habitué aux pirouettes dont elle seule a le secret. Les chorales (sur le final de "It's Not Up to You", "Harm of Will" ou "An Echo, A Stain"), la harpe décisive de Zeena Parkins, les mélodies de boîtes à musique qui accompagnent tout l'album, la dense orchestration et le travail remarquable des différents programmateurs, tout, absolument tout, concourt à l'achêvement d'un album magnifique qui semble délivrer comme message qu'au bout de chaque dure épreuve, il y a une renaissance. Le titre "Unison", de toute beauté et qui referme l'album, va précisemment dans ce sens. Avec "Vespertine", Björk nous invite à partager un morceau de son Islande natale ; un gros cube de glace qui renferme un coeur d'or et généreux. Cette fois, ravalez vos préjugés et laissez vous tenter.

note       Publiée le jeudi 6 juin 2002

Dans le même esprit, Progmonster vous recommande...

partagez 'Vespertine' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Vespertine"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Vespertine".

ajoutez une note sur : "Vespertine"

Note moyenne :        39 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Vespertine".

ajoutez un commentaire sur : "Vespertine"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Vespertine".

(N°6) › lundi 22 octobre 2018 - 18:06  message privé !
avatar

Je l'ai réécouté il y a peu en entier, pour la première fois depuis une éternité (faut dire que j'ai depuis longtemps perdu de vue mon ancienne amie Björk) et tout ce que j'aimais tant à l'époque est remonté à la surface, totalement intact. Avec ses balises régulières, Hidden Place, Pagan Poetry, Aurora, Heirloom, Unison, comme des phares qui feraient office de tube dans cette matière entre neige et coton.

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › lundi 22 octobre 2018 - 14:48  message privé !

je découvre enfin le total; et suis déçu... je trouve peu de choes mémorables. Finalement je m'attache plus aux chansons folk (qui ont pu influer sur Joanna Newsom) que le reste. Hormis Hidden place, vraiment embrumée, glauque... Qu résiste au temps (car celle-ci, qu'est ce qu'elle a pu passer dans ma radio)

Burnie › vendredi 9 décembre 2011 - 23:10  message privé !

Vespertine et Homogenic sont les deux chefs-d’œuvre qui classent Björk au rang des grands... Depuis, elle se perd, essayant de survivre à un manque d'inspiration assez évident... En tout cas, Vespertine est une merveille, dont le joyau le plus beau est "Pagan poetry"... Il faut voir le DVD "royal opera house" pour goûter l'émerveillent produit par ce disque en concert, et la folie enfantine de cette grande artiste... Magnifique.

Note donnée au disque :       
Seijitsu › dimanche 1 mai 2011 - 17:05  message privé !

Au contraire, c'est sûrement le dernier grand Björk. Elle réussit à maintenir l'équilibre entre ses mélodies magiques et ses expérimentations, alors qu'elle va commencer à se perdre dans de la branlette arty sur les suivants. Sans doute pour dissimuler le fait que sa source d'inspiration semble se tarir de plus en plus (et je me demande ce que va donner son dernier album qui devrait sortir prochainement).

Son disque le plus ambiancé, le plus hivernal, peut être le plus riche aussi, en tout cas l'un des moins immédiats. Cela ne doit surtout pas le marginaliser, tant l'islandaise prouve qu'elle a encore des choses à dire ici.

Note donnée au disque :       
julius_manes › mardi 1 février 2011 - 18:38  message privé !

BJÖRK, c'était mieux avant cet album...

Note donnée au disque :