Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBDavid Bowie › Toy - The lost album

David Bowie › Toy - The lost album

cd • 14 titres • 62:07 min

  • 1Uncle Floyd06:15
  • 2Afraid03:29
  • 3Baby loves that way04:38
  • 4I dig everything04:53
  • 5Conversation piece03:53
  • 6Let me sleep beside you03:14
  • 7Toy04:46
  • 8Hole in the ground03:30
  • 9Shadow man04:41
  • 10In the heat of the morning03:51
  • 11You've got a habit of leaving04:49
  • 12Silly boy blue05:33
  • 13Liza Jane04:48
  • 14The London boys03:47

enregistrement

Enregistré en 2000 aux Allaire Studios

line up

David Bowie (chant, claviers, stylophone, mandoline), Sterling Campbell (batterie), Gail Ann Dorsey (basse), Mike Garson (piano), Lisa Germano (violon), Emm Gryner (chant), Gerry Leonard (guitares), Holly Palmer (chant), Mark Plati (basse, guitares), Earl Slick (guitares)

remarques

La sortie officielle était prévue pour 2001 mais l'album est resté dans les cartons.

chronique

Styles
folk
pop
rock
Styles personnels
60's revigorées et reboostées

Voilà une petite rareté très sympa et assez singulière... "Toy" n'est pas le nouvel album de David Bowie, ce n'est d'ailleurs pas un album qu'il a sorti ! Un peu d'histoire. En 1999, après 2 disques inspirés par la techno/jungle ("Outside" et "Earthling"), l'artiste anglais sort un album plus calme et basique, "Hours...", un disque presque insipide, sans trop de recherche mais plus passe-partout que ses prédécesseurs. Lors de la tournée qui a suivi, David a inclus quelques-uns de ses plus anciens morceaux, directement issus des années 60, très folk, comme "Can't help thinking about you" qu'on retrouve sur le CD/DVD "VH1 Storytellers". Et là, c'est un peu la révélation, il a envie de ré-enregistrer certains de ces morceaux avec son groupe actuel pour en sortir un album ! Rien que ça ! Tout s’enchaîne, les musiciens sont excités à l'idée de réaliser ce projet, les morceaux sont près, les titres sont enregistrés, avec même deux nouveaux morceaux, bref, ne manque plus qu'à sortir le disque. Nous sommes alors en 2001 et la maison de disques de David, Virgin, tergiverse un peu, le temps passe. Bowie travaille sur de nouveaux morceaux et finalement Virgin finit par avouer à Bowie qu'ils ne souhaitent pas sortir un tel disque. Des ré-enregistrements de vieux tubes des années 60 ne seraient pas super vendeur. Mais comme Bowie est déjà en plein enregistrement de "Heathen", la sortie de ce disque, "Toy", n'est plus à l'ordre du jour. Et c'est comme cela qu'on se retrouve avec un album complet, entièrement enregistré, mais qui n'est jamais sorti ! "Heathen" sortira, lui, en 2002, mais sur un autre label... Et puis, en 2011, voilà que les bandes de ces enregistrements se sont retrouvées sur le net. Il n'en faut pas plus pour que certains bootleggers compilent ces titres pour en faire une sortie, tout ce qu'il y a de plus illégale ! Et c'est donc ce disque que j'ai trouvé il n'y a pas si longtemps. L'ordre des titres n'est peut-être pas celui que Bowie aurait choisi, par contre, il s'agit bien des enregistrements des sessions de l'album "Toy". Et à part quelques titres trouvés sur des faces-B, tout est inédit. Ça commence avec deux morceaux qu'on retrouvera dans d'autres versions sur l'album suivant, "Heathen". "Uncle Floyd" est en fait "Sail away" sur "Heathen". Cette version est beaucoup plus mélancolique et pleine d'émotion que la version "Slip away". Il s'agit tout simplement du morceau que je préfère de "Toy". Pour les titres issus des années 60, honnêtement, il y a à boire et à manger. Les versions sont plus modernes, plus rock, avec une production actuelle. Donc on perd en authenticité et en atmosphère 60's. C'est criant sur les titres les plus soft et les balades. Les morceaux les plus énergiques sont encore revigorés ici, comme "I dig everything" ou "In the heat of the morning", et il faut bien avouer que ça rend vraiment bien. C'est un peu comme si on avait un mix entre les compositions de Bowie pré-"Space oddity" (et même pré-premier album !) et l'ambiance de "Hours...". Et même si ce dernier album est loin d'être convaincant, les sonorités vont bien avec ces compos. Et il est même allé chercher son tout premier single, "Lady Jane, enregistré en mai 1964 alors qu'il n'avait que 17 ans ! Même si là, pour le coup, il aurait vraiment eu mieux fait de ne pas déterrer ce morceau, tellement il est insipide, dans un style bluesy de base sans variation ! Bref, le titre le plus faible de l'album. On retrouve aussi le classique "Silly boy blue" (à coup sûr le meilleur titre du premier album de Bowie), très mélancolique et beau. Dans son ensemble, l'album est plutôt sympa sans être exceptionnel. L'exercice est rafraichissant, c'est marrant de retrouver tous ces vieux titres presque tous oubliés et ça montre que Bowie n'oublie pas d'où il vient et qu'il assume entièrement son début de carrière. Et puis, pour être tout à fait honnête, cela reste bien supérieur à "Hours...", n'en déplaise à Virgin... Une petite curiosité sympathique, qui aurait méritée une véritable sortie officielle.

note       Publiée le samedi 13 avril 2013

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Toy - The lost album".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Toy - The lost album".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Toy - The lost album".

Twilight › jeudi 25 avril 2013 - 22:04  message privé !  Twilight est en ligne !
avatar

Reçu...Il s'écoute tout seul celui-là.

Nicko › dimanche 14 avril 2013 - 16:32  message privé !
avatar

voilà, il suffisait de demander.... ;-)

Note donnée au disque :       
Richter › dimanche 14 avril 2013 - 16:08  message privé !

J'avais oublié que certains ici détenaient la parole divine...

merci pour le fusil... › dimanche 14 avril 2013 - 11:10  message privé !

Excellent...sur l'échelle de Richter.

Solvant › dimanche 14 avril 2013 - 00:58  message privé !

excellent