Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSJamie Saft › Black Shabbis

Jamie Saft › Black Shabbis

  • 2009 - Tzadik, TZ 8133 (1 cd)

cd | 9 titres | 59:06 min

  • 1 Black Shabbis - The Trail of Libels [02:41]
  • 2 Blood [02:55]
  • 3 Serpent Seed [03:41]
  • 4 Der Judenstein (The Jewry Stone) [09:05]
  • 5 Army Girl [06:43]
  • 6 King of King of Kings [04:52]
  • 7 Kielce [13:35]
  • 8 Remember [06:36]
  • 9 The Ballad of Leo Frank [08:58]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré par Vin Cin à Electric Plant, Brooklyn, Jamie Saft à Poterville, Frank Booth, Dan Stein à King Kuts, Brooklyn. Masterisé par Scott Hull. Produit par Jamie Saft.

line up

Trevor Dunn (basse 2-7), Bobby Previte (batterie 9), Jamie Saft (guitare, basse, chant, orgues, mellotron, optigan, synthétiseurs), Mike Pride (batterie 2-7), Dmitriy Shnaydman (batterie 4, 8), Mr. Dorgon (chant 7), Vanessa Saft (chant 8)

remarques

Artwork : Heung-Heung Chin

chronique

Dans le contrat qu'on signe avec Guts of Darkness il est stipulé qu'on doit faire un minimum de chroniques portant sur du gros métal extrême qui tâche. Le genre de truc avec des pochettes où y a une gueule de streumon et des symboles sataniques. Le genre de skeud qui ferait revenir à la charge les plus vieux assidus du site. Comme pour garder intacte la petite flammèche du trve Guts of Darkness, celui d'avant le hip-hop, d'avant le prog italien, d'avant les filles au piano et surtout, surtout, d'avant Stevie Wonder, IAM et Kelis. Et sur ce plan là, j'ai pris du retard donc voilà, avant que ma période d'essai d'un an ne prenne fin faut que je m'y mette sinon je vais jarreter, c'est pas le tout de remplir le quota de tags "hot redhead". Et en respectant les règles d'usage qui veulent que toute chro de trve métal extrême ne devra pas dépasser les 500 caractères, en signe de déférences aux Grands Anciens. De plus comme le site est déjà bien chargé en personnages chelou (Varg, si tu nous regardes) il est bon d'équilibrer la balance avec un peu de trve jewish metal (fallait que je place trois fois le mot trve pour toucher le minima black métal cred, c'est fait). Mais qu'est-ce donc que le jewish metal me direz-vous ? Et bien c'est la même chose que du métal extrême fait par des antisémites, mais seulement cette fois c'est fait par des Juifs. Et ça traite d'antisémitisme. Comme ça la boucle est bouclée. Et comme les Juifs ont de l'humour (c'est bien connu ces choses là), l'ami Jamie Saft, repéré entre autre pour son expertise aux claviers aux côtés de John Zorn, intitule son album de métal "Black Shabbis". Je vous l'explique ou vous avez saisi la vanne ? Ok, c'est pas du Woody Allen mais moi elle me fait bien marrer quand même. Même si objectivement le propos de l'album est un peu moins fendart, alignant les grands mythes antisémites les plus immondes les uns après les autres (avec explication de texte dans le livret, histoire de se faire une culture), le tout se prêtant bien à l'ambiance éminemment sombrex du genre musical abordé de front (nation… oups). Enfin de front, c'est vite dit, avec une ouverture en petite ballade folk hébraïque multi-intrumentalisée par Jamie tout seul, avec une petite guitare twangy qui lui donne un arrière goût de Western à venir, c'est Jamie Unchained. Et pour se déchainer contre les salopards génocidaires adeptes de pogroms, il ne va pas y aller avec le dos de la cuiller, assumant quasiment tous les postes à l'exception de la batterie et avec le soutien à la basse de Trevor Dunn, sorte de nouveau Zelig. Il est partout. Bon, musicalement, il leur balance du double-kick dans la gueule dès le second morceau, un peu death, un peu thrash, m'emmerdez pas avec les qualificatifs, je mélange tout, les orthodoxes vont me tomber dessus (les orthodoxes du métal je veux dire, pas les Hassidim, putain mais suivez un peu). Vocaux limités à quelques phrases, en voix démoniaques bien en arrière sous la fonte. Gros riffs bien gras de "Serpent Seed" avec la touche middle-east aux claviers, le tout s'explosant en un cacophonique chaos sonique. Autre genre, beaucoup plus doom, l'horrible "Der Judenstein (The Jewry Stone)" où bourdonnent des orgues liturgiques de mauvaise augure, avec riffs écrasés, mis à plat dans la ligné classique du genre, matraquage de batterie lourdaude, ça avance aussi vite qu'un Golem et ça fait peur tout pareil. Du bon gros doom de chez doom, bien meilleurs que le "Kielce" du même genre qui manque d'un je ne sais quoi de personnalité et d'atmosphère singulière, qui trainasse un peu en longueur, un peu déroulé au kilomètre, du sous-Sunn. Saft brille beaucoup plus sur le groove bluesy de "Army Girl", aussi bien à la guitare compressée par les amphèts que sur ses claviers serpentins, de loin le meilleurs morceau de l'album, orageux et colérique. "King of Kings of Kings" thrasher mid-tempo (ça existe ?) envoie une série de bourre-pifs bien placés, avec ces orgues sautillants et orientaux qui ornent l'abattage métallique de petites étoiles clinquantes, et toujours de la grosse voix venue de l'Enfer. Sauf sur "Remember", mise en garde contre les dangers de l'oubli, interprétée par la femme de Jamie Saft sur un torrent furieux de riffs braillards aux rythmes changeants, parfois à la limite du gothique (un comble). Pour en finir sur une note, une seule, lugubre, "The Ballad of Leo Frank", en l'honneur d'un Juif lynché en 1913 après de fausses accusations, longue piste ensanglantée sur des claviers bourdonnant et des rythmiques telluriques, oppressantes, tout en basses gutturales et souffle glacé. Méfiez-vous, nous raconte en substance Jamie Saft, ces gens-là sont partout…

note       Publiée le vendredi 8 mars 2013

Dans le même esprit, (N°6) vous recommande...

partagez 'Black Shabbis' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Black Shabbis"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Black Shabbis".

ajoutez une note sur : "Black Shabbis"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Black Shabbis".

ajoutez un commentaire sur : "Black Shabbis"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Black Shabbis".

taliesin › mardi 12 mars 2013 - 14:22  message privé !

Il y a des moments où cela me fait penser à un mélange de Sunn O))) et de Nile... Le titre 'Remember' est vraiment très beau.

Note donnée au disque :       
Damodafoca › samedi 9 mars 2013 - 12:13  message privé !

Etonnament (au vu de sa production solo), Saft avait été approché par Adam Yauch pour gérer les claviers des Bad Brains sur l'enregistrement de Build A Nation...

taliesin › samedi 9 mars 2013 - 10:30  message privé !

Je viens de l'écouter... Je ne savais franchement pas à quoi m'attendre, mais bon, il était clair qu'un truc pareil, il me le fallait ;-) J'imaginais sans doute une touche un peu plus 'klezmer' dans ce mélange de metal tous horizons, mais je ne suis certes pas déçu. Cela dit, cet album mérite plusieurs écoutes avant d'être évalué - pour le moment entre 4 et 5 bouboules. Comme le dit Solvy, quel gaillard ce Saft, un véritable touche-à-tout ^_^

Note donnée au disque :       
Solvant › vendredi 8 mars 2013 - 19:01  message privé !

ah! ce bonhomme là, (et ce disque) je l'ai découvert grâce à sa collaboration avec Merzbow (Merzdub) que je ne cesserais jamais de louer! " Black Shabbis" que je trouvais assez inégal a depuis disparu au fin fond dans mes bacs, voilà une bonne occasion de le ressortir.

Note donnée au disque :       
Nicko › vendredi 8 mars 2013 - 16:43  message privé !
avatar

A l'époque de sa sortie, ça m'avait titillé. Faut vraiment que je me le choppe celui-là ! Et c'est bon, t'as passé avec succès tous les tests de ta période d'essais ! Rassuré ??? ;-)