Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBlack Strobe › Girl From The Bayou

Black Strobe › Girl From The Bayou

mp3 • 2 titres • 13:27 min

  • 1Girl From The Bayou07:08
  • 2A Mojoworker06:19

extraits vidéo

informations

Oh béni soit le temps du téléchargement légal, qui permet de se gaver de singles sans avoir nécessairement à se taper tous les remix présents sur l'EP. Surtout quand on n'a pas de platine vinyle. Ma chro ne porte donc que sur le single et sur la "face B".

line up

Arnaud Rebotini (programmation, chant), Benjamin Beaulieu (batterie), Mathieu Zub (guitare, claviers), Mathys Dubois (basse)

chronique

  • techno sudiste

J'ai un peu mauvaise grâce à multiplier lors de mes chros de Black Strobe les allusions peu finaudes aux moustaches, au marcel, à la testostérone, aux gros beats et au rock qui tâche, quitte à faire passer Arnaud Rebotini pour le contraire de ce qu'il est. Car depuis toujours, il a cultivé un amour pour la composition de tourneries certe souvent implacables en terme de groove, mais toujours teintées d'une forte mélancolie émergeant à travers des mélodies ou des textures évocatrices de beauté empoignant le coeur. Mais que voulez-vous, le type s'est trouvé un look qui, si je faisais partie de la gente féminine, me tourneboulerait les hormones sur le dancefloor je vous dis que ça, faudrait pas me repasser "The Swamp Waltz" en boucle trop longtemps avant de venir. Et je vous dis même pas si j'étais un peu gay sur les bords, comment le grand Arnaud je lui proposerais le mariage pour tous dans la seconde, lui et ses larges épaules qui sentent bon le mâle, le vrai. Euh… bon je m'emporte je m'emporte, mais ça fait plus de dix ans que je suis tombé amoureux de sa musique, via une prestation de Zend Avesta où, pour le coup, j'étais plutôt resté bloqué sur le sex-appeal affolant de la sublime Mona Soyoc. Et je ne dis même pas ça parce que je suis aussi né du côté de Nancy, mais faut lui reconnaître quelques coups d'éclats musicaux à la Lorraine. Donc voilà, aujourd'hui Black Strobe est une machine infernale à groover en stationnaire au dessus de la stratosphère, avec la Louisiane loin en dessous en point d'ancrage. Il en débite des vignettes sur lesquelles il projette du désir le Rebotini, il est question de fille du bayou, de Mississippi, de mojo, juste un paquet de mots jetés dans le filet pour faire naître une atmosphère, il se rêve en Docteur Gris-Gris et colore d'électronique à l'ancienne (comme certains jouent sur de vieilles guitares toutes vermoulues) ce groove un peu tribal qui d'un coup s'envole dans la nuit en un refrain sensuel et rêveur, promesse de fins de nuit chaleureuses et humides. Et puis la guitare bluesy de Mathieu Zub qui prend maintenant ses aises sans trop en faire non plus, juste ce qu'il faut de notes pour transpirer un peu plus sur les clignotements technodélicieux. Parce qu'il ne faut pas oublier que Black Strobe, c'est avant tout de l'électro, quoiqu'on en dise, quelque soient les instruments utilisés, "A Mojoworker", suite logique et thématique du morceau précédent vient le rappeler à notre bon souvenir. Sombre et mélodieux, nettement plus rampant dans les fourrés, de la techno dans la lignée directe de Rebotini en solo, qui grésille et ronronne comme un chat sauvage dans la nuit, avec ses hanclaps insistants et son piano grave, de quoi faire la farandole encore longtemps dans la clairière, sous les satellites qui zèbrent le ciel constellé, avec les filles du bayou.

note       Publiée le mercredi 6 mars 2013

Dans le même esprit, (N°6) vous recommande...

Arnaud Rebotini - Music Components

Arnaud Rebotini
Music Components

The Swamp Waltz, tout est là

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Girl From The Bayou" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Girl From The Bayou".

    notes

    Note moyenne        2 votes

    Connectez-vous ajouter une note sur "Girl From The Bayou".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Girl From The Bayou".

    (N°6) Envoyez un message privé à(N°6)
    avatar

    Avec le temps j'avais un peu oublié cette tuerie electro-swamp-blues. Johnny Guitar Watson goes techno.