Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBlack Strobe › Boogie In Zero Gravity

Black Strobe › Boogie In Zero Gravity

mp3 | 1 titre | 06:47 min

  • 1 Boogie In Zero Gravity (Extended Version) [06:47]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Arnaud Rebotini (programmation, chant), Benjamin Beaulieu (batterie), Mathieu Zub (guitare, claviers), Mathys Dubois (basse)

remarques

Oh béni soit le temps du téléchargement légal, qui permet de se gaver de singles sans avoir nécessairement à se taper tous les remix présents sur l'EP. Surtout quand on n'a pas de platine vinyle. Ma chro ne porte donc que sur le single.

chronique

Styles
electro
techno
blues
Styles personnels
techno + blues + marcel/moustache

La voie était déjà tracée dans leur premier album. Une piste ramenant aux racines de Rebotini, celles d'avant la techno. Un peu plus au Sud que Detroit, ou que la Norvège aussi. Oubliez la froideur electroclash et black métal, le futur de Black Strobe s'annonce swampy, marécageux quoi, du côté de la Louisiane. Comme d'autres grands déterritorialisés avant lui, d'autres apôtres du root rocks fantasmant sur les vieux bluesmen, Rebotini le Nancéen technoïde se vit en musicien organique, physique, de ceux qui transpirent sous le marcel. Même quand il est tout seul devant ses synthés d'époque, le colosse mets les mains dans le moteur, donne de sa personne. Les laptops, c'est pour les tafioles. Poussant la logique à l'extrême, Black Strobe était devenu sa chose, son groupe de rock, du couillu, du moustachu, du qui sent bon la testostérone et qui se plonge avec délectation dans une reprise de standard blues sans perdre son identité foutrement électro à gros beats. Nous y voilà. Du blues bien noir, mais aussi du groove sudiste, bien blanc, en formation lourde, du boogie, c'est écrit dessus, seulement du boogie discoïde avec la marque de Black Strobe au fer rouge. Bon, son accent Anglais n'est toujours pas meilleurs, mais il chante avec une conviction sans faille, il s'y croit dans le Sud, et qui va lui faire une remarque de toute façon ? T'as vu le bestiau ? Et puis on est trop occupé à remuer son cul, le beat est indiscutable, les synthés charcutent une basse funky comme un alligator en rut et glissent le long des marécages façon générique de "Sexcrimes", alors qu'une guitare bluesy n'hésite plus à se taper du solo alcoolisé par dessus la toile d'araignée technosphérique. Quand le morceau se déploie en une longue coda hypnotique, impression de funk vaudou passé à la moulinette électronique spatiale. Du groove ancestral en apesanteur en quelque sorte.

note       Publiée le mercredi 6 mars 2013

Dans le même esprit, (N°6) vous recommande...

partagez 'Boogie In Zero Gravity' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Boogie In Zero Gravity"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Boogie In Zero Gravity".

ajoutez une note sur : "Boogie In Zero Gravity"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Boogie In Zero Gravity".

ajoutez un commentaire sur : "Boogie In Zero Gravity"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Boogie In Zero Gravity".

Wotzenknecht › mercredi 25 septembre 2013 - 19:34  message privé !

Les sélection musicales de GTA ont toujours été de bonne qualité, ceci dit.

(N°6) › mercredi 25 septembre 2013 - 19:17  message privé !
avatar

Bon ben ça y est, dorénavant le monde entier va poster des "GTA V brought me here" sous la vidéo Youtube. Je tire mon chapeau.