Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTilt! › The next degeneration

Tilt! › The next degeneration

cd • 8 titres

  • 1Torso
  • 2Rats
  • 3Game over
  • 4Toy
  • 5High noon II (the return of Frank Miller's son)
  • 6Amok
  • 7Shut up !
  • 8Stardesert

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Ausfahrt Studios, Halle, Allemagne, 1992

line up

Zadoc (chant, musique)

Musiciens additionnels : Britta Hamman (choeurs féminins)

remarques

L'album est sous-titré 'Unreleased sountracks for unreleased movies'

chronique

Hé hé, Tilt !, j'arrive pas à m'en lasser et j'y reviens toujours régulièrement: une musique électronique et malsaine à l'époque où l'Allemagne en regorgeait, héritière de l'ebm dans ses aspects dansants mais axée beaucoup sur la volonté de créer des climats sombres, avec en prime une touche personnelle. Car Zadoc est un drôle de loustic à l'humour bien particulier ('Some say God is an insect but perhaps I'm DDT') qui n'a nul besoin d'agressivité pour sonner bizarre et louche. Les morceaux se profilent dans une veine purement électronique entre Front 242 époque 'Front by front' et le Skinny Puppy des débuts avec une volonté quasi pop de travailler la mélodie. Le mec peut se le permettre, avec son timbre de psychopathe, il transforme aisément n'importe quelle comptine pour enfant en ritournelle pour pervers ('Toy'). Il ne se prive pas d'en jouer d'ailleurs, n'hésitant pas à adjoindre quelques choeurs féminins, à détourner une mélodie country ('High Noon II'), samplant des bribes de fanfares. Pas de saturation industrielle plutôt un détournant de codes, pop, variété parfois, pour les rendre moches et menaçants comme un gosse mutile ses poupées. Le côté froid des sonorités électroniques colle parfaitement à la démarche et les huit pièces de ce second album décrit comme 'Les bandes originales inédites de films jamais sortis' est une réussite. Du noir 'Amok' louchant légèrement du côté de Will à un 'Rats' plutôt ebm old school en passant par le kitsch assumé de 'High Noon II' et le clin d'oeil à Bowie de 'Stardesert' sans oublier l'excellent 'Game over', il y a vraiment de quoi se régaler. Tel un Fad Gadget maléfique, notre Allemand se crée un monde morbide et ludique à la fois, guerrier et enfantin, drôle mais inquiétant...Jouissif, quoi !

note       Publiée le jeudi 14 février 2013

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The next degeneration".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The next degeneration".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The next degeneration".

born to gulo › samedi 16 février 2013 - 14:18  message privé !

c'est ptèt bien un ex à moi, je sais plus lequel j'avais ni où je l'avais revendu

cyberghost › samedi 16 février 2013 - 14:09  message privé !

Du coup, ça faisait un bail que je lorgnait Aliens and Orgasms qui traînait en vinyle chez Parallèles, suis parti me le pécho sans sourciller, et c'est effectivement plutôt chouette, bien cheap, bien kitsch, mais avec de la putain d'ambiance ! Et une reprise de Kate Bush moustachue comme il convient :)

Twilight › samedi 16 février 2013 - 12:45  message privé !
avatar

Si vous voulez vous marrer, écoutez son album hommage aux Pogues...Typique de l'humour du loustic ^^

mangetout › samedi 16 février 2013 - 11:32  message privé !

Marrant ce truc, anecdotique certes mais pas désagréable, assez carton-pâte dans le genre horrifique. Je viens d'écouter le morceau "Toy" avec sa voix de récitant et en fond les samples de musiques de film de Bernard Herrmann (de gros bouts de "North by northwest" de Hitch, "La mort aux trousses" in french) ça se laisse écouter et on ressent bien quelques petits relents d'Art of Noise et de Residents qui trainent par ci par là.

Wotzenknecht › samedi 16 février 2013 - 10:18  message privé !
avatar

Jamais entendu parler mais vu l'année, la pochette dégueu, les sales notes sur discogs et le fait que ca soit sur Danse Macabre je crois que cela a tout pour me plaire. Ta description me rappelle aussi un peu Bahntier