Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSecret Chiefs 3 › Satellite Supersonic Vol1

Secret Chiefs 3 › Satellite Supersonic Vol1

cd • 8 titres • 47:16 min

  • 1UR - Circumambulation05:36
  • 2Ishraqiyun - Balance of the 1904:14
  • 3The Electromagnetic Azoth - Ubik05:41
  • 4UR - Kulturvultur08:03
  • 5Ishraqiyun - Balthassar : Melchior : Caspar06:30
  • 6The Electromagnetic Azoth - The Left Hand of Nothingness06:06
  • 7UR - Anthropomorphosis : Boxleitner05:39
  • 8NT Fan - The Secret Mausoleum Of Mankind: Fetish Miniatures Of The Suicided Races06:07

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

enregistrement

Produit par Trey Spruance. Enregistrés à Hyde Park Sudios, Forking Paths, Coast Recorders, Matt Chamberlain Studios.

line up

Matt Chamberlain (batterie), Mike Dillon (vibes, tabla), Timba Harris (violon, alto), Danny Heifetz (batterie), Bill Horist (guitare préparée), Eyvind Kang (alto), Ches Smith (batterie), Trey Spruance (saz, piano, nasse, guitare électrique, synthétiseurs, orgue, guitare bariton, autoharpe, glockenspiel, percussion, chant, guitare Pythagoricienne), Jesse Quatro (chant), Shazad Ismaily (basse), Rich Doucette (sarangi), Lucas Abela (power drill), Anonymous 13 (chant, alto)

remarques

Artwork par Trey Spruance

chronique

Styles
musique de film
musiques du monde
electro
ambient
Styles personnels
chapelet de perles electro-orientales

Oh ! Exclus du vinyle et de ses 7" mystérieux, le Grand Maître de l'Ordre a pensé à vous ! En attendant un hypothétique Book of Souls qui fait de plus en plus figure d'arlésienne, et pour faire patienter dans les rangs des disciples les plus frénétiques, voici une livraison pèle-mêle de trois des bataillons des Secret Chiefs 3, voire même un peu plus, sortis jusque là sur d'inaccessibles galettes en dérivés pétrolifères. Voyez en ordre de batailles les inquiétants Electromagnetic Azoth, les mystifiants Ishraqiyyun et les intriguants UR prêt à en découdre avec vos sens. De l'Orient futuriste, de l'Asie technophile, voici le programme de la formation UR, avec ses morceaux tintinnabulants de sonorités aux senteurs lointaines et aux ritournelles hypnotiques, "Kulturvultur" ouvre la fenêtre sur des paysages scintillants et robotiques, du krautrock propulsé dans l'espace et retombé s'inonder dans les eaux du Mékong. "Circumambulation" s'écrase un peu plus à l'Ouest, mais semble venir lui-aussi des étoiles, un groove orientalo-psyché sensuellement languide. Ils reprennent aussi le fantastique pénultième morceau du Book of Horizon, électro-new-wave-jazzo-orientalo-surf truc de science-fiction à peine plus doux et satiné que l'original. Les Ishraqiyyun donnent à danser sur des scansions bien étrangère aux rythmes occidentaux, nettement plus terriennes et ancrées quelque part en Afghanistan probablement, ou pas loin, des sarabandes poussiéreuses et saccadées de combattants ou de voyageurs traversant le désert. Avec bien sûr des touches singulières de synthétiseurs aliens par ci, des clignotements électroniques et un arrière goût de surf-rock par là qui viennent faire la nique à l'authenticité, chacun des trois Rois-Mages ayant le droit à son propre thème dérivé et transmuté à partir d'une mélodie traditionnelle, illustration musicale de la longue marche nocturne sous une tapisserie de lueurs cosmiques. Beaucoup plus troublant et dans la lignée de la fausse bande-originale de giallo imaginaire publiée l'année précédente, "The Left Hand of Nothingness" fait office de soundtrack bien flippé et flippant de serial à crimes de sang, choeurs féminins dramatiques et fausses notes malsaines ponctuées de montée d'adrénalines derrière la porte, suspense et cordes s'effondrant dans des claviers goblinesques, et un thème familier à l'autoharp, lui aussi piqué à la toute fin du Book of Horizon, ça frémit et ça chuchote. D'ailleurs en parlant de chuchotements résonnant dans la caboche, en voici d'autres samplés chez un créateur sonore (et essayiste de cinéma) Français et dont Spruance saupoudre les effets à la fin du bien nommé "Ubik", collage sonore psychotique et paranoïaque, tout en ambient qui saute les étages, en vibrations bégayantes de glockenspiel et bandes magnétiques qui se barrent en sucettes, odeur de cramé et beats velléitaires, l'atmosphère rend bien hommage à Mr. Dick. En cadeau bonus, une nouvelle formation de l'Ordre qui montre son museau dans un bonus track mystère, NT Fan, d'abord toute discrète en bips et clicks, puis fait vibrilloner une toute petite boite à rythme et des orgues embrumés qui rappelleront avec bonheur la Première Constitution, presque en 8 bits, un Grand Orient miniaturisé de jeu vidéo rétro qui se déploie d'un coup quand la scène s'ouvre sur un orchestre autrement plus imposant, toujours le sens de la mise en scène du côté Est, de la Californie l'Ordre rajoute un B à Hollywood. Maintenant si le Maître pouvait mettre à disposition sa version de La Chanson de Jacky, il lui en serait rendu bien des grâces.

note       Publiée le mercredi 6 février 2013

Dans le même esprit, (N°6) vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Satellite Supersonic Vol1".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Satellite Supersonic Vol1".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Satellite Supersonic Vol1".

Demonaz Vikernes › mardi 30 août 2016 - 19:27 Envoyez un message privé àDemonaz Vikernes

C'est pas mal... pas indispensable non plus mais, quitte à faire une compilation, j'aurai bien aimé qu'ils blindent le CD un peu plus, dommage.

Note donnée au disque :       
Dun23 › samedi 9 février 2013 - 12:45 Envoyez un message privé àDun23

Ouais, ça fait patienter, c'est de qualité, y'a pas à dire là dessus, mais on voudrait un peu de neuf, quand même! A quand la chronique de leur formidable contribution au Book of Angels 2 de Zorn? Ou aux différents volumes tout court, sachant que ça vaut clairement le détour pour un certain nombre.

Note donnée au disque :