Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDreadful Shadows › Buried again

Dreadful Shadows › Buried again

  • 2003 - Rabazco, EFA 00744-2 (1 cd)

cd | 14 titres

  • 1 Providence
  • 2 Chains
  • 3 Condemnation
  • 4 Dusk
  • 5 Obituary
  • 6 Everlasting words
  • 7 Dissolution
  • 8 Mortal hope
  • 9 The racking call
  • 10 Buried again
  • 11 Dusk
  • 12 Outside
  • 13 Paradize
  • 14 Come white

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Thommy Hein Studios, Berlin, Allemagne, mars-avril 1996

line up

Sven Friedrich (chant, guitare, claviers), Jens Riediger (basse), Ron Thiele (batterie, choeurs)

Musiciens additionnels : Norman Selbig (guitare), André Feller (guitare), Louisa Bradshaw (chant féminin), Peter Voss (guitare classique), Ted Loose (clavier additionnel), Tom Tony (guitare additionnelle), Julia Richeter (chant féminin), Michael Schimer (guitare additionnelle)

remarques

Les titres 11 à 14 sont des bonus par rapport à l'édition originale de 1996

chronique

Passons l'interminable introduction (une marque de fabrique chez les Dreadful Shadows) et lançons-nous dans le vif du sujet avec la chanson 'Chains'. Elle résume à elle-seule l'ambition de nos Allemands pour leur second opus qui s'inscrit dans la continuité du premier tout en en corrigeant les maladresses. Alors qu'à la même époque, les formations anglaises tablent sur le dépouillement et se présentent couramment sous forme de duo ou de trio avec boîte et bandes enregistrées (Nösferätü, Vendemmian, Rosetta Stone...), les groupes teutons sortent l'artillerie lourde de tous les côtés histoire de montrer que les gardiens du temple, ce sont eux désormais. Afin de se donner plus de moyens, Sven et sa bande quittent leur premier label pour signer chez Deathwish office que possèdent leurs compatriotes de Love Like Blood, eux-aussi au pic de leur flamboyante carrière. Les enregistrements débutent pourtant sous de mauvaises augures, les deux guitariste abandonnant tour à tour le navire en plein processus. Sven qui maîtrise des bases de cet instrument en assurera certaines parties, secondé en cela par divers musiciens temporaires. Bien que réduits au format de trio, les Dreadful Shadows ne renoncent nullement aux ambitions originelles et nous livrent un disque épique et puissant, combinant les meilleurs aspects d'un gothic rock affirmé mêlé de légères pointes metal dans les parties les plus musclées. Les arrangements sont extrêmement soignés et riches avec une rythmique au top, des compléments au synthé toujours à propos et des lignes de guitare alternant entre tristesse clair et riffs pêchus. Ces éléments sont fort bien équilibrés et jamais le groupe ne bascule dans une lourdeur de mauvais goût, conservant un réel panache même dans les parties les plus violentes. Niveau mélodie, c'est du béton, les réussites s'enchaînent: 'Chains', 'Condemnation', le magnifique 'Dusk' efficacement épaulé de choeurs féminins évitant toute pompe, servant l'émotion pure pour le plus grand plaisir de l'auditeur. Contrairement à leurs collègues de Love like Blood, Sven et sa bande ne goûtent guère aux tempi trop rapides, optant majoritairement pour le mid-tempo, histoire de renforcer l'aspect grave et solennel des ambiances. Nulle lassitude pourtant car les arrangements se renouvellent, les climats changent et les divers ponts maintiennent l'attention. Je poursuis mon énumération des hits de cette galette ? Les très gothic rock 'Everlasting words' et 'Dissolution', le poignant 'Mortal hope' sur lequel Sven prouve une fois encore à quel point il est un vocaliste extraordinaire. Les inspirations Fields of the Nephilim d'accord, mais pas question de rugir, notre Allemand chante et il est plutôt doué. Allez, j'abrège, il n'y a pas de réelle faiblesse sur cet opus. Ok, nous pourrions zapper l'introduction et le final atmosphérique, 'Buried again' est trop long et un brin creux émotionnellement mais on verse dans le chipotage. A noter que cette réédition de 2003 offre en bonus une version alternative de 'Dusk', une reprise moyenne du 'Coma white' de Marilyn Manson, une autre plus réussie mais pas inoubliable du 'Outside' de Bowie et une composition extraite du mini 'Hopeless', 'Paradize' plutôt calme, plaisante, mais sans plus. La version originale se révèle donc suffisante et ne comptez pas sur moi pour vous dire que ce disque est le meilleur car je me pose la même question à l'écoute de 'Beyond the maze', c'est ça le talent.

note       Publiée le mercredi 6 février 2013

partagez 'Buried again' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Buried again"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Buried again".

ajoutez une note sur : "Buried again"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Buried again".

ajoutez un commentaire sur : "Buried again"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Buried again".

Solvant › mercredi 6 février 2013 - 19:30  message privé !

Je suis d'accord avec Twilli. Bien mieux réussi que leur 1er album, plus fin que "Beyond the maze", ce "Buried again" a sorti Sven Friedrich & son groupe de l'ombre et l'a imposé dans la scène goth rock 90's.

Note donnée au disque :