Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesIIanva › La mano di gloria

Ianva › La mano di gloria

cd • 13 titres

  • 1Tempus destruendi
  • 2Il bello della sfida
  • 3Edelweiss
  • 4Alta via
  • 5Sul mio sangue
  • 6L'anarca
  • 7Portatori del fuoco
  • 8Le stelle e i falo
  • 9La mano di gloria
  • 10Canzone dell'eterna aurora
  • 11Della morte me ne rido
  • 12Ultima stazione
  • 13Nell'ora dell'addio

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Mercy (chant, choeurs, arrangements), Stefania T. D'Alterio (chant féminin, choeurs), Fabio Gremo (guitare classique, programmation, choeurs), Fabio Carfagna (guitares), Francesco La Rosa (batterie, percussions, programmation), Azoth (basse), Beppe Spanò (piano, mellotron, harmonium), Gianluca Virdis (trombone), Davide La Rosa (accordéon, tablas, choeurs)

Musiciens additionnels : Gregorio Bardini (flûte, cor), Gerhard Hallstatt (voix allemande)

remarques

Edition digipack + livret dans une mini box.

chronique

Styles
ovni inclassable
Styles personnels
cabaret rock folk néoclassique

J'en aurais pleuré mais rien n'y fait. Pourtant les ingrédients étaient là, la voix grave de Mercy, les envolées de cuivre à la Ennio Morricone, les influences cabaret, le chant de Stefania, les percussions roulantes, les arrangements soignés mais je dois me rendre à l'évidence, ce dernier opus de Ianva m'ennuie terriblement. Moi qui suis transporté à chaque écoute de leur trilogie italienne, je n'ai pas réussi à entrer dans ce disque et j'ai fini par comprendre pourquoi, il lui manque l'élément principal: l'âme. En achevant sa rétrospective du XXème siècle, le groupe semble avoir perdu sa raison d'être ou du moins la flamme qui illuminait ses compositions. Les cuivres peinent à trouver ces notes qui me faisaient frissonner auparavant, se rabaissant au rang d'instruments de fanfares, les mélodies ne me touchent pas malgré quelques beaux essais notamment le très cabaret 'Sul mio sangue' interprété par Stefania mais qui ne paraissent que l'ombre de chansons du même style sur les albums précédents; il y a même quelques ratés notamment le pompeux et ridicule 'Edelweiss' dont le refrain en allemand évoque la touche pompier de certaines formations neofolk teutonne. Quand on sait que les titres comptent en moyenne six minutes, il est évident que 'La Mano di Gloria' se met vite à tirer en longueur et je n'en reviens toujours pas d'écrire de telles choses à propos de cette formation que j'appréciais tellement. Ce disque est composé avec soin, c'est indéniable, mais il ne passe pas vraiment; j'essaie de me forcer au son des accordéons de 'L'anarcha', certes agréable mais est-ce tout ce que je puis attendre de Ianva ? Je tente de m'immerger dans la tension de 'Della morte ne me rido' mais pas de chair de poule, même Stefania me laisse à moitié de marbre sur 'Canzone dell'eterna aurora', un comble ! Que m'arrive-t-il ? Suis-je victime d'un sortilège ? Est-ce moi qui ai perdu mon âme plutôt que le groupe ? Je suis bien incapable de répondre mais écrire cette chronique n'aura pas été un moment de plaisir, un peu comme l'écoute du disque. Moi qui m'en faisait une fête...

note       Publiée le lundi 21 janvier 2013

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "La mano di gloria".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "La mano di gloria".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "La mano di gloria".

novy_9 › mardi 22 janvier 2013 - 15:34  message privé !

malheureusement d'accord, moi qui suit tombé amoureux de ce groupe avec leur 1er cd, j'ai été aussi très dessu par celui ci c'est creux .... une mauvaise copy de Ianva arghhh

Shelleyan aka Twilight › lundi 21 janvier 2013 - 23:49  message privé !  Shelleyan aka Twilight est en ligne !
avatar

Jette une oreille, c'est peut-être moi le problème :0(

Wotzenknecht › lundi 21 janvier 2013 - 23:38  message privé !
avatar

Voilà qui fait peine à lire, moi qui ai tout autant adoré les précédents...