Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHecq › A Dried Youth

Hecq › A Dried Youth

cd • 20 titres

  • 1Intro 0:40
  • 2Untitled01 2:17
  • 3Nor Nar 4:56
  • 4Holo 5:04
  • 5Numb Woods 4:35
  • 6Sake Falls 3:56
  • 7Tahoe 4:15
  • 8Brake01 0:38
  • 9Cicle 4:36
  • 10Kolics 4:39
  • 11Sun Ricq 3:11
  • 12Reptile Prog 3:57
  • 13...Her Skinny Hips Towards The Sun... 2:54
  • 14Vault 3:34
  • 15Brake03 (Long Version) 3:26
  • 16Pegas 5:00
  • 17Brake Two 2:46
  • 18Fat Starving Data 5:48
  • 19Untitled02 2:46
  • 20Untitled03 2:06

enregistrement

Poww Music Worx.

line up

Ben Lukas Boysen

remarques

CD digisleeve.

chronique

Styles
ambient
electro
electronica
Styles personnels
ambient glitch

Il serait temps que l'on commence à parler de musique électronique sur ce site. D'ailleurs, cette année, je ne vais probablement chroniquer que cela (pour changer, oui). De la bonne vieille musique de nerd que vous pourrez ignorer ou juger à l'emporte-pièce après une écoute furtive sur youtube, enfin comme d'habitude quoi. En attendant, ils seront ici, quelques lecteurs découviront et c'est bien tout ce qui m'importe ! Commençons par Hecq, tiens, sans doute l'un des fers de lance de la nouvelle vague électronica venu mettre à mal les piliers des années 90, car déjà biberonnés à la composition informatique tandis que les vétérans ont du faire (ou non) la transition depuis l'analogique. Ben Lukas Boysen, issu de nulle part, vient publier en toute discrétion ce très beau premier album sur Kaleidoscop, sous-label de Minuswelt, et réussit l'exploit qu'Autechre loupera avec Quaristice : celui de faire tenir vingt titres sur une seule galette tout en restant cohérent et pertinent tout le long. D'ailleurs, la cohérence est telle qu'à aucun moment on ne ressent de réelle transition, tout se passe comme s'il s'agissait d'un seul morceau évoluant sans cesse, se reconfigurant à l'envi, abandonnant un artefact sonore pour un autre, une idée pour une autre, ne restant jamais sur ses positions ; mettant ainsi à mal l'idée répandue que la répétitivité est une composante sin equa none de la musique électronique. Attention, ce n'en est pas décousu pour autant : mais il est vrai qu'il est très difficile de se rappeler du disque une fois écouté tant il évolue au niveau des sensations, des crispations, du tactile, assez proche de ce que faisait Fetisch Park la décennie précédente mais avec un son ici plus ciselé et abstrait, comme du Beefcake sans mélodies. Les quelques nappes qui se déploient soudainement sous nos pieds rappellent un peu le Gridlock dernier, qui sortait son Formless la même année. Autant dire que c'est une aventure foisonnante mais exigeante qui nous emporte ici, nous brassant entre glitches et phénomènes extraterrestres sur des rythmes jamais évidents mais toujours subtilement en place. Un univers que beaucoup trouveront très froid, ce qui personnellement ne m'a jamais rebuté, au contraire : pour ce type d'expérience plus on est seul et mieux on se porte. Cela reste un premier album, qui a le principal défaut de ne peu (ou pas) décoller de son idée directrice mais Hecq s'en sortira vite par la suite pour devenir l'une des figures actuelles les plus respectées du milieu, avant de céder à son tour aux sirènes du dubstep.

note       Publiée le mardi 8 janvier 2013

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "A Dried Youth".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "A Dried Youth".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "A Dried Youth".

#IRON# › mardi 17 juin 2014 - 13:48 Envoyez un message privé à#IRON#

Nouvel album le 7 juillet sur ad noiseam

Kadamonra › dimanche 8 septembre 2013 - 11:25 Envoyez un message privé àKadamonra

Nouvel album tout frais de HECQ ! "Horror Vacui", l'album regroupe des morceaux de différentes périodes. C'est du méga lourd, bien mieux que "Avenger". A écouter d'urgence ! Par exemple un morceau genre "DKmajestic", je suis à genoux perso..

Note donnée au disque :       
Kadamonra › vendredi 21 juin 2013 - 00:01 Envoyez un message privé àKadamonra

Hecq fait vraiment partit de mon top 5 d'artistes IDM.

Sacrée cohérence sur cet album. C'est pas un test au hasard ou un coup dans le vide, cette entrée dans l'univers de l'allemand, tous les ingrédients que j'adore sur les albums suivant ( "Bad Karma", "0000" (mon préféré de Hecq) ):

Des rythmes assez purs, généralement sans écho/reverb dessus, ce qui donne ce côté particulièrement 'sec' des structures rythmiques. Par contre ce qui est vraiment flagrant à ce niveau, c'est cette espèce de maturité et de simplicité, y'a pas d'imbrications, de dimensions repliées sur elles mêmes comme chez Ae, mais chaque grésillement est millimétré. Et puis en fond, des plaques froides d'ambient qui découlent.. Cela me prend bien la gorge.

Certains passages, franchement, sont (pour moi) du talent et du génie. La descente à 1min41 sur 'Kolics'; le mariage du rythme simple et sec et des nappes glacées en fond sur 'Sun Ricq'. Et puis ces espèces de drones qui déboulent sur 'Sake Falls': juste imparable.

Fort, et encore, '0000' arrive.

Note donnée au disque :