Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRaison D'Etre › Après nous le déluge

Raison D'Etre › Après nous le déluge

cd • 16 titres

  • 1Après nous le déluge (acte 1)
  • 2Après nous le déluge (acte 2)
  • 3Raison d'être
  • 4The final wagon
  • 5Moribund
  • 6De Profundis
  • 7Death brightens with sorrow
  • 8Paragon sequence
  • 9Ignesco Comburo
  • 10Frigus membra
  • 11Memento Mori
  • 12The final wagon
  • 13Moribund
  • 14Ignesco Comburo
  • 15Après nous le déluge (acte 2)
  • 16Intercourse in the garden of delight when evil suddenly appear and disappear

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Paru à l'origine en 1992 sous forme de K7. Les morceaux 11 à 12 sont restaurés et remixés des sources de base; les titres 12 à 15 sont des remixes figurant sur la compilation 'Collective Archives'. Le titre 16 est un inédit tiré de la K7 'Residuality' produite en 1993.

line up

Peter Andersson (musique, sons)

remarques

chronique

Première production de Raison d'être parue en 1992 sous forme d'une k7, 'Après nous le déluge' est aujourd'hui réédité sous forme d'un magnifique digipack remasterisé et enrichi en bonus. C'est probablement une bonne chose mais l'effet est également pervers. On mesure en effet les progrès immenses accomplis par le Suédois en terme de composition et de manipulation de matériel depuis vingt ans (déjà !). Contrairement à l'opinion répandue, produire ce type de musique n'est pas aisé. Pas de texte, ni de technique musicale spécifique, tout est dans la suggestion, le pouvoir d'inspirer des réflexions, des visions, en un mot comme en cent, toucher l'émotionnel de chacun au travers des sons. Et ce disque-là, il ne m'inspire pas grand chose, je dois l'avouer. Le premier défaut est son usage de percussions synthétiques assez cheap et plutôt maladroit (les roulements de 'Après nous le déluge 1', 'Raison d'être', 'The final wagon'...) qui ont franchement le don de bousiller toute immersion dans une quelconque atmosphère (sans elles, certains titres aurait dévoilé un meilleur potentiel). La seconde faiblesse est à mon avis un abus de samples parlés dont l'usage parcimonieux aide à renforcer le pouvoir suggestif de la musique mais qui peuvent aussi le ruiner quand ils prennent le dessus car empêchant l'auditeur de se créer son univers à lui. Peter Andresson a la main plus heureuse avec les échantillons 'religieux' qui affirmeront sa patte à ses débuts. Certains reprocheront peut-être le côté synthétique des sonorités; ce n'est pas un problème pour moi car ils sont plutôt bien utilisés et gérés. Le souci viendrait plutôt de la mise en place car notre homme a tendance à empiler les boucles, méthode chère à son pote Lina Baby Doll, mais pas avec le même doigté à cette époque avec pour résultat des couches qui ne fusionnent pas réellement et sonnent comme un exercice de mixage plus que comme un morceau cohérent, ce d'autant que les pièces ne connaissent pas de véritables variations, ni même de profonde progression, d'où un sentiment de linéarité. Quelques pistes laissent malgré tout présager du talent en devenir du musicien ('De profundis', 'Death brightens with sorrow') mais peinent à s'inscrire dans un ensemble. Car l'ultime faiblesse est que 'Après nous le déluge' sonne comme une compilation de diverses compositions plus que comme une démarche pleine ce qui gêne beaucoup dans la réception d'une oeuvre de dark ambient. Il est normal que chacun fasse ses armes et il est impossible de démarrer au sommet; je n'aurais d'ailleurs pas un discours si critique si je chroniquais la k7 mais dans la cadre de cette réédition certes très soignée, il faut bien admettre qu'elle représente davantage un témoignage d'archive qu'un véritable plaisir musical. C'est du moins mon avis. Intéressant mais réservé aux spécialistes. Les néophytes opteront pour le reste de la discographie. Quant aux bonus, avant tout des versions alternatives déjà disponibles, ils n'apportent à mon avis pas de croustillant digne de ce nom...

note       Publiée le lundi 7 janvier 2013

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Après nous le déluge".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Après nous le déluge".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Après nous le déluge".

Dead26 › mercredi 6 avril 2016 - 11:17  message privé !

Riche idée d’avoir sorti sur un cd unique les débuts du groupe sans que ce soit perdu sur une double compilation cd avec plein de trucs mélangés. J’adore les débuts underground de Raison D’Etre quoique assez surprenant quand on a commencé comme moi avec les albums suivants... Dans le titre Après Nous Le déluge - acte II il y a un son presque risible et qui m’a toujours intrigué (genre "pouet" jouet pour chien)

Note donnée au disque :       
roman bird dog › vendredi 18 janvier 2013 - 12:19  message privé !

Assez d'accord avec cette chronique objective

novy_9 › mardi 8 janvier 2013 - 17:45  message privé !

moi aussi j'ai découvert le style dark ambient avec lui et "Prospectus" :) et c'est clair que l'evolution entre les deux albums est fulgurante !! mais je trouve toujours du plaisir dans ce premier jet. d'ailleurs si je le trouve pas cher je m'achéterais cette edition là.

Note donnée au disque :       
Twilight › mardi 8 janvier 2013 - 17:09  message privé !
avatar

@Novy, oui c'est clair qu'en dark ambient, c'est très subjectif. Et pourtant, je suis un très grand fan de Raison d'être qui m'a fait découvrir le dark ambient et inspiré mon propre projet. Mais justement, c'est ce qui me pousse à me montrer sévère. D'autant que Andersson va très vite progresser, il suffit de voir 'Prospectus' sorti peu après qui marque une évolution spectaculaire dans la maîtrise du genre...

novy_9 › mardi 8 janvier 2013 - 15:56  message privé !

rien à dire particuliérement sur la chronique, mais la note est un peu sévére non ? cet albums n'est pas mauvais, j'ai pas cette édition mais je posséde la k7 et "Collective archives". C'est effectivement les débuts de Raison D'Etre et on n'est pas dans ce qui va suivre, mais on le sent arriver. C'est très Indus/electro mystique/oldschool cela sent aussi les projets qui vont suivre comme le 1er Atomine Elektrine. Pour ma part j'aime beaucoup ces titres et ce son un peu viellot/brut cela fait partie du charme de la K7. c'est un bouillonnement d'idées qui donnera Raison D'Etre, Atomine Elektrine, Panzar ect ... et c'est assez nouveau pour l'époque comme la k7 de Megaptera ou In Slaughter Native qui sont sorties à la m^me époque.

Note donnée au disque :