Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesIIszoloscope › The Edge of Certainty

Iszoloscope › The Edge of Certainty

cd | 9 titres

  • 1 First Transcendental Component (Featuring Norad) [8:30]
  • 2 Flatline Receiver [6:35]
  • 3 The Edge Of Certainty [5:44]
  • 4 Second Transcendental Component [5:28]
  • 5 In The Face Of Descent [7:04]
  • 6 When All You See Is Light [6:58]
  • 7 L'Imaginaire De La Fin [6:31]
  • 8 Inseparable From The Void [6:09]
  • 9 Third Transcendental Component [7:52]

enregistrement

Embodiment Studios, 2007-2010.

line up

Yann Faussurier

Musiciens additionnels : Frédéric Scarfone, Guillaume Nadon, Scott Fox

chronique

Aujourd'hui c'était la fin du monde mais voyez-vous, ayant passé la journée au boulot qui lui-même se trouve en sous-sol (véridique), je n'en ai pas vu la couleur. Et à moins que ma ville ne soit présentement en train de flotter dans l'espace comme ces gros blocs de terre du film Avatar, il ne me semble pas qu'il se soit passé grand-chose à la surface non plus. De dépit, je me suis remis un disque secouant, à savoir le dernier Iszoloscope, qui date tout de même de 2010. 'First Transcendental Component' ouvre plutôt bien la marche même s'il sort des sentiers technoïdes – il a plutôt l'air d'un inédit d'In Slaughter Natives avec ses grosses percussions et son cor de guerre beuglant, ce qui n'est pas pour me déplaire. La techno reprend de toute façon ses droits dès le second titre, excellent et râclant tout le dance-floor lorsqu'il est joué en soirée. Moi qui n'avait été emballé que moyennement par le tournant plus soft effectué sur The Audient Void, me voilà plus satisfait par cette confirmation de l'évolution électronique d'Iszoloscope, même si j'avoue garder une préférence pour le bourrinage anxiogène d'Au Seuil du Néant. L'autre bombe est bien évidemment 'In the Face of Descent', mêlant chant occultes et power noise avec une agilité surprenante. Finalement, des escapades breakcore du précédent, il ne reste guère que 'When All You See Is Light', excité mais convenu. La bizarrerie de service c'est 'Inseparable From The Void', ambitieuse sortie des chemins battus, combinant la mélodie entêtante d'une boîte à musique avec les rythmiques fracassées habituelles. Très gothique dans l'esprit, elle s'en sort plutôt pas mal dans le mélange classique/breakcore dont on connaît les écueils (Opposite Exhale...). Les pistes ambient, longues mais vivantes, ceignent le reste par une atmosphère étouffante et de plus en plus bruitiste, comme sur le final. En équilibre entre ses ambiances et sa volonté de faire vibrer le corps Iszoloscope poursuit son chemin, sans grande surprise mais sans déception non plus. Poussant le côté dansant à son paroxysme avec son side-project plus léger iVardensphere en compagnie de Scott Fox, Yann Faussurier nous laisse là avec autant d'espoirs que de doute quand à la suite des opérations pour un projet de référence qui accuse déjà une douzaine d'années d'existence.

note       Publiée le vendredi 21 décembre 2012

partagez 'The Edge of Certainty' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The Edge of Certainty"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The Edge of Certainty".

ajoutez une note sur : "The Edge of Certainty"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Edge of Certainty".

ajoutez un commentaire sur : "The Edge of Certainty"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Edge of Certainty".