Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCheshire Cat (The Bouncing) › Shows its tail

Cheshire Cat (The Bouncing) › Shows its tail

cd • 12 titres

  • 1Cheshire Cat
  • 2Master!
  • 3Twerp
  • 4The Rain
  • 5Border line
  • 6Zombie Dance
  • 7Silencio
  • 8Lyric
  • 9Fat Puppy
  • 10In A Factory
  • 11Eva
  • 12For All The Kitties

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Nerves Studio

line up

Sabatel (chant, basse), The Lady of Altamont (batterie)

remarques

chronique

La dualité acoustico-électrique n'est pas un concept avec lequel je suis forcément à l'aise. J'ai plusieurs exemples de réussite guitare/batterie en tête mais je n'ai jamais pu m'empêcher de me dire qu'il manquait une basse pour arrondir le son. J'avais eu un échantillon de la version basse/batterie lors d'un concert de Guilty Faun à Londres mais je n'avais pas été séduit, surtout qu'il s'agissait d'un duo instrumental. Aujourd'hui le premier disque de Cheshire Cat (The bouncing) tourne dans ma platine et je suis en train de réviser mon jugement. De ce minimalisme revendiqué, Sabatel et Lady of Altamont ont réussi à extraire la formule parfaite, un dépouillement musical absolu pour mettre en valeur un chant aux accents tour à tour post-punk, batcave, cabaret, voir lyrique, quelque part entre Nina Hagen et Amanda Palmer. Les Dresden Dolls, on y songe forcément un peu mais la démarche est différente malgré tout. Là où les Américains ne cessent d'enchaîner cassures, ralentissements, accélérations, les Françaises optent pour une forme plus linéaire mais au pouvoir hypnotique accru. La complicité des deux artistes et l'exécution impeccable permettent de tisser une trame de fond sur laquelle la voix se lâche en toute liberté comme sur une scène de théâtre. Qui plus est, les climats restent variés puisque l'on oscille entre garage intimiste ('Chesire cat'), décadence batcave ('Silencio', 'Master !'), attaques plus punky ('Zombie dance', 'The rain') et une touche post punk gothique ('For all the kitties'); la diversité dans la cohérence en quelque sorte. Il va de soi que la clef de voûte d'une charpente aussi réduite reste le chant et à ce sujet, il n'y a rien à redire, Sabatel assure complètement, sans sombrer dans la démonstration technique stérile ni la débauche de folie que j'ai parfois reproché à Nina Hagen. Pour parfaire les contours, le duo privilégie des titres tournant autour des trois minutes, ce qu'il faut pour entrer dans l'ambiance sans jamais se lasser. Avec tant de qualités, ce premier essai est une réussite, originale de surcroît. On serait en droit de s'interroger sur l'avenir, de se demander si une formule aussi réduite ne va pas rapidement se mordre la queue ? Et si on se la jouait 'Carpe Diem' ? Donc, on achète et on s'écoute le cd et on s'éclate parce qu'il est super.

note       Publiée le lundi 10 décembre 2012

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Shows its tail".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Shows its tail".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Shows its tail".