Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKing Dude › Burning daylight

King Dude › Burning daylight

  • 2012 - Ván, Ván085 (1 cd digipack)

cd | 11 titres

  • 1 Intro
  • 2 Holy land
  • 3 Barbara Anne
  • 4 I'm cold
  • 5 Vision in black
  • 6 Jesus in the courtyard
  • 7 I know you're fine
  • 8 My mother was the moon
  • 9 Lorraine
  • 10 You can brek my heart
  • 11 Lord, I'm coming home

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Actual Pain Studio, USA, 2011-2012

line up

King Dude (chant, musique)

chronique

King Dude, le projet du musicien metal T.J Cowgill reconverti pour l'occasion en artiste darkfolk, semble la nouvelle coqueluche du milieu et même au delà. Je n'arrête pas d'en lire du bien partout et me demande alors si je n'ai pas du sable dans les oreilles parce que moi, franchement, ce troisième disque, il m'ennuie profondément. Imaginez une sorte de Johnny Cash du pauvre au ralenti qui nous chante de sa voix de fossoyeur sur trois accord (ou seulement deux ?) ou alors qui passe le tout au travers d'une production low-fi saturée d'effets comme pour mieux masquer la vacuité profonde de ses morceaux. Parfois le mec essaie de plagier Death in June ('Vision in black') en commettant l'exploit d'user de lignes encore moins complexes que celles de Douglas P. Soyons beau joueur, quelques chansons tiennent la route ou du moins le pourraient ainsi 'Jesus in the courtyard' si ce n'est que l'excès d'effets et la maladresse d'exécution transforment ce potentiel en essai brouillon. 'My mother was the moon' aurait pu être une superbe pièce mélancolique, sauf que la voix lointaine nappée de réverb' dégage quelque chose qui m'agace profondément. Et que dire des tremblotements du chant sur 'Lorraine' ? Rien à faire, j'aime pas le chant du type et j'estime qu'écrire des chansons sur deux pauvres accords qu'on transforme à coup d'effets pour se la jouer apocalyptique est un peu trop facile. La base du projet était pourtant intéressante, proposer un dark folk aux racines purement américaines inspirées de la country, mais j'estime que l'essai est raté, ennuyeux à mourir, sans corps, à se demander si le 'Dude' est vraiment musicien. Visiblement, tout le monde ne partage pas mon avis, c'est pourquoi je vous invite à vous faire votre propre opinion en fonction de votre sensibilité mais pour moi, ce 'King' est un imposteur; dommage car l'artwork du cd est de toute beauté.

note       Publiée le dimanche 9 décembre 2012

partagez 'Burning daylight' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Burning daylight"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Burning daylight".

ajoutez une note sur : "Burning daylight"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Burning daylight".

ajoutez un commentaire sur : "Burning daylight"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Burning daylight".

Richter › jeudi 22 octobre 2015 - 12:23  message privé !

Y a quand même deux trois trucs à sauver dans cet album mais c'est vrai que ça sonne un peu faux, le comble pour un truc qui doit sonner racines américaines. C'est un peu comme le train fantôme des fêtes foraines, tout est en toc mais on y retourne pour se marrer.

Note donnée au disque :       
allthatglitters › dimanche 9 décembre 2012 - 14:47  message privé !

Mouais rien d'exceptionnel en effet...

novy_9 › dimanche 9 décembre 2012 - 13:53  message privé !

après avoir ecouté un peu sur youtube par curiosité, mhm on reste sur sa faim, ca commence bien parfois, mais effectivement le même accord sur tout le morceau, cela devient vraiment chiant à force .. et la voix bof ... le delay a gogo .... buh ... préfére un bon vieux Changes des 70ies !!

Twilight › dimanche 9 décembre 2012 - 13:00  message privé !
avatar

merci, Wotz', je me sens moins seul...

Wotzenknecht › dimanche 9 décembre 2012 - 12:53  message privé !

Ironic Douglas Pearce, ou la witch house de la dark folk.

Note donnée au disque :