Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTherion › Les fleurs du mal

Therion › Les fleurs du mal

cd | 15 titres | 47:57 min

  • 1 Poupée de cire, poupée de son [2:51]
  • 2 Une fleur dans le cœur [3:03]
  • 3 Initials B.B [3:44]
  • 4 Mon amour, mon ami [4:35]
  • 5 Polichinelle [2:28]
  • 6 La Maritza [3:54]
  • 7 Soeur angelique [3:05]
  • 8 Dis-moi poupée [3:24]
  • 9 Lilith [2:30]
  • 10 En Alabama [2:39]
  • 11 Wahala manitou [2:34]
  • 12 Je n'ai besoin que de tendresse [2:14]
  • 13 La licorne d'or [2:45]
  • 14 J'ai le mal de toi [2:51]
  • 15 Les sucettes [2:40]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Christofer Johnsson (guitare, claviers, orgue Hammond, programmation), Nalle Påhlsson (basse), Johan Koleberg (batterie), Thomas Vikström (tenor), Christian Vidal (guitare, sitar), Lori Lewis (soprano)

Musiciens additionnels : Snowy Shaw (chant), Johanna Najla (voix), Mattias Torrel (guitare), Stefan Jernståhl (accordéon), Erik Rodell (hautbois), Rolf Pilotti (flûte), Johan Norin (trompette), Staffan Findin (trombone), Magnus Werner (trombone), Kristoffer Siggstedt (trombone), Magnus Wretblad (cor), Johan Ahlin (cor), Ida Freji (cor), Eva-Tea Lundberg (cor), Pär Lindqvist (viole), Anna Manell (viole), Natalia Migdal (violon), Lars Wehlin (violon), Isa Holmesund (violon), Hanna Ekström (violon), Fredrik Syberg (violon), Anders Åkered (violon), Tove Törngren (violoncelle), Anna Dager (violoncelle), Mattias Olsson (claviers, Mellotron, percussions), Mari Paul (chant)

chronique

Styles
metal
chanson
ovni inclassable
Styles personnels
drôle de truc...

Lorsque j'ai reçu cet album et que j'ai lu les titres des morceaux à l'arrière du boitier, j'ai froncé les sourcils, fait une moue intriguée, et me suis demandé si un de mes potes ne m'avait pas fait une bonne blague. J'ai du rapidement me rendre à l'évidence : Therion, groupe suédois que l'on ne présente plus – du moins je l'espère - nous livre un quinzième album pour le moins surprenant, à tel enseigne que le label du groupe (Nuclear blast) a refusé de le sortir, ne laissant le choix à Christofer Johnsson que de l'autoproduction. En effet, pour franchir le cap du quinzième opus, loin de proposer des morceaux nouveaux et/ou originaux, un best-of avec quelques inédits, un album live ou que sais-je encore, Therion sort un album de reprises de... vieilles chansons françaises. Parlons tout de suite de la musique en elle-même : pour être direct voire trivial il s'agit là d'un pur produit Therion de chez Therion, sans la moindre différence avec ce qu'a produit le groupe au sein de ses derniers albums. Aucune surprise à attendre donc et inutile d'en dire plus, reportez vous juste aux chroniques des albums précédents ou, mieux, à votre discothèque. En dehors de cela, en écoutant la version "therionne" (sic !) de "poupée de cire, poupée de son", de "mon amour, mon ami" (très mollassonne), de "je n'ai besoin que de tendresse" dans laquelle Johnsson se prend pour King Diamond, et surtout de ce célèbre hymne à la gloire de la fellation qu'est "les sucettes", on passe allégrement par des sentiments et comportements contradictoires : du rire à un certain attrait, de la consternation à la bonne surprise, de l'envie de se pisser dessus à l'envie d'applaudir cordialement. Lesdites chansons sont plutôt bien adaptées en particulier "initials B.B" et "poupée de cire..." qui sait malgré tout taper juste, la langue de Molière n'est pas trop mal restituée mais, dans cet album, le caractère parfois un tant soit peu pompeux de la musique de Therion – dont je suis pourtant fan – prend tout son volume. Enfin, pour vous faire sans doute une idée plus précise du sentiment que peut générer ce "Fleurs du mal", imaginez Tarja Turunen entonner "le zizi" de Pierre Perret (Ndla : pour ceux qui ne connaissent pas, allez voir sur youtube) et vous mesurerez alors peut-être combien le contenu de cet album peut paraître très incongru. Ma question d'origine demeure donc : blague ou pas de la part de Therion ? Ma foi, Chuck Schuldiner était bien un fan de Sortilège, alors pourquoi pas Christofer Johnsson fan de Serge Gainsbourg. 3,5 sur 6 dont 0,5 comme cadeau pour le quinzième album.

note       Publiée le jeudi 8 novembre 2012

partagez 'Les fleurs du mal' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Les fleurs du mal"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Les fleurs du mal".

ajoutez une note sur : "Les fleurs du mal"

Note moyenne :        11 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Les fleurs du mal".

ajoutez un commentaire sur : "Les fleurs du mal"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Les fleurs du mal".

yog sothoth › jeudi 17 octobre 2013 - 00:32  message privé !
avatar

Pour les fans et je sais qu'ils sont encore nombreux à nous lire, il y a désormais..... le court métrage eeeeeeeeeeet... le jeu de plateau Therion, basés sur l'univers du groupe : http://www.therion011.com/ . Yaouh !

saïmone › vendredi 16 novembre 2012 - 18:48  message privé !
avatar

Therion s'apparente surtout à un suppo-portable

Note donnée au disque :       
zugal21 › vendredi 16 novembre 2012 - 18:46  message privé !

therion insupportable ? j'en suis convaincu depuis un moment après quelques années d'enthousiasme

Potters field › vendredi 16 novembre 2012 - 18:10  message privé !

insupportable ? ah oui, c'est ça.

Abdul al-Hazred › jeudi 15 novembre 2012 - 10:48  message privé !

Ils ont piqué un concept à Misanthrope ou quoi?! Génial pour le côté über-kitsch et l'autodérision, fallait oser. Et effectivement, la victoire serait presque assurée à l'Eurovsion, événement beaucoup plus intéressant qu'il n'y paraît, extra-musicalement parlant, bien sûr.