Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGangrene › Gutter Water

Gangrene › Gutter Water

  • 2010 • Decon DCN 101 • 1 CD digipack

cd • 15 titres • 48:50 min

  • 1Intro
  • 2Boss Shit
  • 3Not High Enough
  • 4Gutter Water
  • 5Get Into Some Gangster Shit
  • 6Take Drugs
  • 7Chain Swinging
  • 8Wassup Wassup
  • 9All Bad
  • 10Breathing Down Yo Neck
  • 11From Another Orbit
  • 12Ransom
  • 13Standing In The Shadows
  • 14Brass Knuckle Rap
  • 15Not Leaving

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

enregistrement

2006-2010

line up

The Alchemist, Oh No

Musiciens additionnels : Guilty Simpson (MC), Planet Asia (MC), Raekwon (MC), Planet Asia (MC), Fshawn (MC), Evidence (MC), Big Twins a.k.a Twin Gambino (MC)

remarques

chronique

Styles
hip-hop
Styles personnels
alternatif

Essaie de t'imaginer un hip-hop façon solo du Wu de retour en mode Maître Splinter, genre rat mutant savant acroupi dans les eaux saumâtres des égouts à remuer les restes du bon hip-hop, ce qui qui en fera un "classique" dans dix ans dans la bouche des seuls sinoques capables de croire ce terme sérieux... Tu associes Oh No et The Alchemist, le beatmaker le plus réclamé sur toute la décennie passée du hip-hop east coast, mainstream comme underground... Le lien direct entre un producteur fortement lié au business du gros rap à gros culs et des inspirations nettement plus crades (ou si je te la refais façon énigme foireuse : "quel le lien entre Maman et Michael Jackson ?"). Tu obtiens un album de colloc créatrice entre producteurs maniaques, dans la succession directe du projet Jaylib, qui était signé par le frangin de Oh No, frangin qui n'est autre que Madlib. Quelques punchlines imbittables plus loin, des parts de pizzas moisies sous tes pompes customisées au marqueur indélébile, et hop tu t'retrouves dans une fleur carnivore de beats fashion-toxiques, à essayer de piger si cette cité ne serait pas finalement le dernier bastion de ton intégrité spirituelle... Banlieue ou asile ? B-boys chelous ou schizophrènes en proie aux convulsions ? Essaie de toucher du doigt le lien entre tuerie radio et rap expé... même si les flows n'ont rien de mémorable niveau charisme, Alchemist ou Oh No étrant avant tout des producteurs et pas des tueurs au micro - encore que pour le premier, plus désinvolte dans l'exercice, quelques sentences décérébrées fassent leur petit effet - ils se contentent de faire le taf, et mettent en lumière leurs guests discrets mais costauds... sans overdoser de poses-publicitaires ni de skits, merci à eux. Car la substance de Gangrene tu l'auras compris, lecteur attentif, ce sont d'abord les instrus sur lesquelles nos deux bidouilleurs ont couché leurs doigts de longues nuits de brainstorming et d'alcool durant, couplant projections electro et minimalisme pianistique comme à la seconde grande époque de domination du rap new-yorkais... les fines goutelettes de "Not High Enough", le surnaturel "Some Gangster Shit" (avec Planet Asia la petite frappe charismatique), "From Another Orbit", le titre épo (Raekwon n'a pas eu l'occasion de poser sur beaucoup de morceaux aussi épiques depuis Only Built), "Standing In The Shadows", "Brass Knuckle Rap", et j'en oublie, sont autant de petites roquettes infectieuses qui font de Gutter Water un pur album de racailles mutantes à la poésie malade. Conscient de la réalité modifiée du hip-hop qu'on passe dans tes baffles désormais, tu traverses la ville en essayant de calculer le pourquoi du comment... Le son, cousin, voilà l'but de l'expérience, allier efficacité west coast et profondeur scientifique... merde, voilà que je parle comme un producteur moi aussi... mais le son, celui-là, qui graffe des menaces de racket artistique sur ton mur de briques mental... le souci de street credibility a laissé place aux recherches de cures pour le cancer du beat. Les cailleras d'hier sont devenues des docteurs fous, ta caisse tunée s'est transformée en lit à sangles. Réveil brutal. La mélancolie te saisit la gorge au petit matin, l'angoisse de la Ville, du siècle nouveau à nouveau, tu zones en mode Fry dans un monde qui ne ressemble plus à celui de ton enfance... et t'as perdu quelques neurones en route. No more '94 mec ; t'as la trentaine mon gars, no way back, le hip-hop des bas-fonds comme t'as connu est devenu un débris rampant, et seules quelques entreprises le maintiennent en vie avec des perfusions de botox à 10 000 dollars... Alors vas plutôt t'acheter la dernière paire de air max 'gangrene' avec le logo vert fluo au lieu d'te poser des questions, parce que réfléchir c'est plus d'actualité non plus ; maintenant, on clique.

note       Publiée le vendredi 19 octobre 2012

Dans le même esprit, Raven vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Gutter Water".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Gutter Water".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Gutter Water".

Raven › vendredi 19 juillet 2013 - 21:15 Envoyez un message privé àRaven
avatar

merci amigo, oubli de mots comme souvent en postant à l'arrache....

sebcircus › vendredi 19 juillet 2013 - 15:19 Envoyez un message privé àsebcircus

Une erreur s'est glissé dans ta chronique mon cher Raven, Oh No n'est pas Madlib mais il s'agit de son frère cadet.

Note donnée au disque :       
cyberghost › samedi 20 octobre 2012 - 22:06 Envoyez un message privé àcyberghost

Chopé dans un fond de bac d'occase, première écoute, bien fat, je kiffe cette façon d'utiliser le sample, et puis super ambiance bizarroïde, bref, merci pour la découverte !