Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBPaul Bley / Annette Peacock › Dual unity

Paul Bley / Annette Peacock › Dual unity

  • 1973 • Freedom TKCB-70388 • 1 CD

0 titres - 33:21 min

  • 1/ M.J. (17:16)
  • 2/ Gargantuan Encounter (4:40)
  • 3/ Richter Scale (8:10)
  • 4/ Dual Unity (3:15)

enregistrement

1973

line up

Han Bennink (batterie), Annette Peacock (basse, piano, chant), Paul Bley (synthétiseur, piano électrique), Mario Pavone (contrebasse), Laurence Cock (batterie)

remarques

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
free jazz

Annette Peacock est un personnage à part. Ses apparitions sont rares, mais passent rarement inaperçues. Pionnière dans le domaine de l'électronique, tout en fricotant par intermittence avec le milieu jazz, elle fût l'une des premières à utiliser le célèbre synthétiseur inventé par un certain Robert Moog. En partenariat avec Paul Bley, avec lequel elle publia déjà deux ans plus tôt le "Synthesizer Show", elle nous revient avec ce "Dual Unity", album farouchement expérimental, qui va s'inspirer des leçons du free jazz. La pièce d'ouverture, "M.J.", en est pourtant très éloignée ; le duo de piano électrique instaure une ambiance tendue et détendue à la fois, qui se déroule comme un long périple hallucinogène, entre Terry Riley (pour les effets, pas les répétitions) et Ash Ra Tempel. La plage titre, nettement plus courte, aborde la même façon de faire, tout en se permettant des délires qui vont et viennent comme des jets de gouaches sur une toile vierge. Pour "Gargantuan Encounter" et "Richter Scale", c'est une toute autre histoire. Secondés par la référence européenne en terme de batterie free, j'ai nommé monsieur Han Bennink, le couple infernal va se lancer dans des improvisations malades où dynamique, ondes et intervalles vont faire l'objet de mille et une maltraîtances. Comme si Cecil Taylor rencontrait Pierre Henry... Peut-être pas agréable au point d'être écouter un grand nombre de fois, cette collaboration reste malgré tout un document fascinant des prises de risques, inconscientes ou non, que seul l'esprit libertaire de la fin des années soixante avait pu engendrer. On peut aussi voir ce "Dual Unity" comme un des nombreux manifestes de la scène électronique abstraite à venir.

note       Publiée le dimanche 26 mai 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Dual unity".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dual unity".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dual unity".