Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBlut Aus Nord › 777 - The Desanctification

Blut Aus Nord › 777 - The Desanctification

cd | 7 titres | 42:47 min

  • 1 Epitome VII [07:31]
  • 2 Epitome VIII [06:27]
  • 3 Epitome IX [02:07]
  • 4 Epitome X [07:22]
  • 5 Epitome XI [06:15]
  • 6 Epitome XII [05:57]
  • 7 Epitome XIII [07:08]

line up

Vindsval

chronique

Styles
black metal
metal extrême
Styles personnels
black éthéré

Tout comme le précédent opus, il m'aura fallut beaucoup de temps pour être capable de poser un jugement sur "777 - the desanctification", second album d'une trilogie qui vient à peine de se refermer. Je juge même la tache de pondre la chronique pour celui-ci beaucoup plus ardue car j'ai longtemps été partagé quant à ma conclusion. Le chaud et le froid se côtoient, avec d'un côté l'impression d'avoir un album magnifique, torturé, et de l'autre un album que j'estime chiant comme la pluie. Le problème c'est que j'ai beaucoup plus souvent tendance à me souvenir du mauvais que du bon, voire même à me focaliser dessus. Le premier gros reproche que je formule est le manque de diversité dans les ambiances. On entend à peu près tout au long de l'album le même type de sonorités, de plans de batterie, de transitions, de riffs, à tel point qu'il devient aisé de deviner à quel moment tel ou tel élément viendra se positionner. J'irais même plus loin en disant que lors des premières écoutes, j'ai eu l'impression de déjà entendu. Rien de très surprenant à cela puisque "desanctification" se place dans la même logique que "sect", et emprunte des éléments de divers périodes déjà traversées par le groupe dans le passé. A la nuance près qu'il manque les parties les plus agressives de leur discographie et qu'en trois quarts d'heure, à titre personnel ça me manque énormément. Car sur "sect", tout l'intérêt se trouvait dans un enchaînement complètement dingue d'épisodes tantôt sombres, lents, torturés, avec des moments de folie furieuse et de déchaînement, sans évidement oublier les éclats de lumières provoqués par une lead guitare resplendissante. Une approche totale de leur musique que je ne retrouve pas ici et que je regrette énormément. Pourtant l'album s'ouvre avec une introduction plutôt performante où ce que je qualifierais de sonorités "trip-hop" mettent directement dans une ambiance moderne, froide et pesante. Mais dès "Epitome VIII" les choses se compliquent avec un morceau assez inégal, sauvé dans sa seconde partie par des mélodies plutôt prenantes. Et c'est ainsi que "desanctification" va s'écouler sous mes oreilles, sans y laisser d'emprunte particulière. Alors certes on parvient malgré tout à trouver de bonnes choses telles un "epitome XI" à la dynamique exceptionnelle et aux ambiances envoûtantes, mais que pèse ce titre et les quelques passages lumineux (je pense à une partie d'"epitome X") par rapport au reste de l'opus ? "Epitome IX" pourrait être excellent, mais je me pose sincèrement la question de sa présence au milieu de tout le reste. "Epitome XII" de son côté est rendu pénible par l'omniprésence d'une cloche aussi stridente que pénible, et l'album se conclut ensuite par un "epitome XIII" mou et vide de toute ambiance. Alors peut-être attendais-je beaucoup trop de ce second volet de la trilogie, surtout avec un "777 - sect" qui m'avait vraiment emballé, mais cette fois-ci Blut Aus Nord tape à côté et je n'espère alors plus qu'une chose, qu'ils corrigent le tir avec "Cosmosophy".

note       Publiée le mardi 9 octobre 2012

partagez '777 - The Desanctification' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "777 - The Desanctification"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "777 - The Desanctification".

ajoutez une note sur : "777 - The Desanctification"

Note moyenne :        14 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "777 - The Desanctification".

ajoutez un commentaire sur : "777 - The Desanctification"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "777 - The Desanctification".

Demonaz Vikernes › samedi 8 mars 2014 - 18:27  message privé !

Pas (assez) écouté le premier 777, mais celui là est plutôt bon, même si assez convenu. BaN qui fait du BaN en somme. La clôture de la trilogie serait bien plus originale et intéressante.

Note donnée au disque :       
prypiat › mardi 9 octobre 2012 - 19:23  message privé !

J'ai beaucoup aimé cet album pour ma part... plus que son prédécesseur. En particulier pour "Epitome XII", magnifique, planant, obsédant, fichtrement chargé en émotion. Carrément mon deuxième morceau préféré du groupe après Procession of dead Clowns. Sans déconner.

Bon, je mets "que" 5 boules parce que le reste est à mon sens un poil en-dessous de cette perle noire.

Note donnée au disque :       
Arno › mardi 9 octobre 2012 - 18:07  message privé !

(Le titre spoken words de Cosmosophy est assez déroutant à la première écoute)

torquemada › mardi 9 octobre 2012 - 17:49  message privé !

Je le trouve aussi bon que le premier (et que le troisième, mais on en reparlera), certainement plus expérimental aussi avec effectivement un côté trip-hop tordu qui peut rappeler "Thematic Emanation...". Le douzième Épitomé est un des plus beaux, je le trouve totalement obsédant et la cloche y est pour beaucoup.

Note donnée au disque :