Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCThe Cure › Swinging mood of London

The Cure › Swinging mood of London

cd | 18 titres

  • 1 Want
  • 2 Club America
  • 3 This is a lie
  • 4 Mint car
  • 5 Jupiter crash
  • 6 Round and round
  • 7 Return
  • 8 Trap
  • 9 Treasure
  • 10 Bare
  • 11 Strange attraction
  • 12 Let's go to bed
  • 13 Just like heaven
  • 14 Caterpillar
  • 15 The blood
  • 16 Boys don't cry
  • 17 The walk
  • 18 Outro

enregistrement

Titres 1-11 enregistrés live dans un club de Chelsea, Londres, Angleterre, le 7 mai 1996; titres 12-18 enregistrés en live acoustique dans les sutdios de MTV, Londres, Angeleterre, 1991

line up

Perry Bamonte (guitare), Jason Cooper (batterie, percussions), Simon Gallup (basse), Roger O'donnell (clavier), Robert Smith (chant, guitare)

chronique

Styles
pop

Oui, les pirates servent aussi à cela. Quand un album d'un groupe que l'on aime nous paraît merdique, c'est parfois la scène qui révèle au final le potentiel véritable d'un morceau et si l'opportunité d'assister à un tel concert nous fait défaut, que nous reste-t-il ? Un bon bootleg bien choisi. Ayant détesté 'Wild mood swings', j'ai dégotté cette performance londonienne de 1996 pour les motifs exposés plus haut, j'étais curieux de tester la valeur véritable de ces compositions débarrassées de leurs arrangements peu convaincants. Pas la moindre information, si ce n'est que onze titres ont été capturés 'dans un club de Chelsea' et que 'all songs are excellent stereo quality', ce qui n'est pas faux. Pour un pirate, le son est très agréable et permet de bien profiter de la musique, même si le rendu final manque un poil de pêche. Mon idée n'était pas mauvaise, sans faire des chansons de 'Wild mood swings' des chefs-d'oeuvre (l'écriture reste faible sur ce disque, on ne peut rien y changer), le passage sur la scène leur permet de dégager davantage de saveur. C'est vrai pour les rares qui m'avaient plu comme 'This is a lie' toujours aussi fabuleux mais également pour 'Want' et 'Club America', pas de grande surprise jusque là mais aussi pour d'autres ; 'Mint car' dévoile son potentiel pop de manière plus efficace, 'Jupiter crash' se révèle étonnamment bonne, limite tristounette dans ses arrangements dépouillés, avec notamment des nappes de clavier simples mais bien mises en valeur. Merci la scène, je découvre ce morceau sous un jour nouveau ! Rien à faire pour 'Round & round', le timbre aigu de Robert Smith m'agace, cette énergie plus marquée ne fait que mettre, selon moi, en lumière la pauvreté du refrain. Et 'Return' ? Bof, les faux cuivres du clavier sont toujours aussi atroces, le chant si désagréable et l'écriture d'une banalité à pleurer. 'Trap' s'en sort mieux, Robert se révélant plus convaincant derrière le micro que sur la version de l'album, de par une approche légèrement plus grave qui sans redorer complètement la mélodie anecdotique lui confère une profondeur bienvenue. Pas si mal. Ne soyons pas vache, 'Treasure' s'adapte bien au format scénique, le son moins lisse et l'interprétation lui donnent du sel ; on en vient même à remarquer cette belle ligne de guitare, limite cold wave, en adéquation avec le clavier. 'Bare' n'est pas désagréable mais dure trop longtemps, l'aura dégagée n'étant pas suffisante, tout le contraire d'un 'Strange attraction' ne totalisant pas même deux minutes pour raison de 'Fade out' (on ne s'en plaindra pas forcément car si là aussi l'adaptation pour la scène est meilleure, elle ne compense pas la pauvreté d'un titre brouillon). En effet, les sept pistes suivantes proviennent d'un autre concert, acoustique cette fois-ci, enregistré pour MTV Unplugged. Pourquoi pas ? Voilà l'occasion d'écouter 'The Blood' que j'adore mais qui n'est pas la plus courante sur les set-lists du groupe. Cette version est très chouette, plus intimiste, dommage que le son de guitare sature un brin. 'Caterpillar' sonne bien elle-aussi et les pièces restantes mieux connues des aficionados tiennent leurs promesses même si j'ai déjà entendu de meilleures versions acoustiques de 'Boys don't cry'. Dommage que l'enregistrement s'achève sur un nouveau 'fade out' en pleine introduction d'une chanson. Qu'importe, finalement ce pirate m'a apporté quelques éléments de réponse et c'est bien ce que je lui demandais. 'Wild mood swings' n'est définitivement pas l'album du siècle et reste le plus mauvais de la discographie de nos Anglais mais il recèle plus de potentiel que l'écoute album ne le laissait supposer et passe donc logiquement bien mieux version live. 3,5/6

note       Publiée le samedi 29 septembre 2012

partagez 'Swinging mood of London' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Swinging mood of London"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Swinging mood of London".

ajoutez une note sur : "Swinging mood of London"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Swinging mood of London".

ajoutez un commentaire sur : "Swinging mood of London"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Swinging mood of London".

E. Jumbo › dimanche 30 septembre 2012 - 12:15  message privé !

The Cure*, pitié

SEN › dimanche 30 septembre 2012 - 11:54  message privé !

Nan mais les Cures j'ai arrêté de me faire du mal en essayant d'écouter leurs productions post Disintégration !