Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSigillum S › Heteromorphonicks

Sigillum S › Heteromorphonicks

cd • 15 titres

  • 1Fragment α: Kneel And Vanish 2:29
  • 2Into The Sephiroth 7:05
  • 3Fragment β: Lustomography 2:27
  • 4Substrated Skinning 4:27
  • 5Nella Miseria 4:08
  • 6Fragment δ: Ultrasonick Maya 1:46
  • 7Sadistick Pleasures 1:35
  • 8Wolves Travel To Dogland 3:30
  • 9Hills Of Martyrdom 3:40
  • 10Fragment π: Titanium Dharma 1:05
  • 11Flesh Collapsing In Waves 4:33
  • 12Scarification 3:57
  • 13Fragment Ω: Join The Nihil 1:36
  • 14Wouldn't Have Wanted To Know6:15
  • 15Fragment ∞: Those Who Must Be Kept 13:46

enregistrement

1986-1991

line up

Eraldo Bernocchi, Luca Di Giorgio, Paolo Bandera

remarques

Titres inédits et issus d'anciennes compilations et K7.

chronique

Heteromorphonicks sonne comme un artefact provenant du fond des âges... En un sens c'est ce qu'il est, puisqu'il regroupe les travaux les plus ambient issus de différentes K7 et titres de compilations des années 80 avec quelques inédits du début de la décennie suivante. C'est, à l'instar de leur Bardo-Thodöl, un son très sinistre qui se dévoile à nous ; ritualistique, sans doute, même si aussi dissident que le Sleep Chamber de la même époque (Sexmagick Ritual, Satanic Sanction) auquel on peut rapprocher ce disque autant formellement que fondamentalement, au delà d'une différence notable : si les deux groupes sont fascinés par l'occultisme, l'un le combine à la sexualité, l'autre à la médecine et la biologie. S'il est facile de déceler le modus operandi sur les titres les plus calmes, tel 'Into The sephiroth' et ses bruits d'eau sur quelques effets grondants et cloche d'église au loin, d'autres plus intenses tels cette série de 'Fragments' échappent à toute description, pénétrant le corps par des sons incisifs et brutaux sur une très courte durée. Et quand se lèvent les déclarations emportées d'Eraldo, c'est pour un rite d'un autre éon - ou d'une dimension parallèle - que l'on se retrouve sacrifié ('Substrated Skinning', 'Scarification'). Par instants un rythme sec vient haranguer le chaland, s'imposant sur 'Ultrasonick Maya' et languissant sur 'Hills of Martyrdom', titre qui ressemble le plus à une véritable chanson ; enfin, aussi musical que le Dog Blood Rising de Current 93, pour situer dans quelle atmosphère on se trouve. Et quelle bonté de nous laisser le morceau de bravoure pour la fin – presque un quart d'heure d'une lente descente, d'abord inoffensive puis de plus en plus pénétrante dans un Enfer bien à eux, qui rappellera à certains la scène de l'hôpital de Jacob's Ladder, cette fois vécue de l'intérieur, opération et hurlements à l'appui. Malgré son âge Heteromorphonicks reste dangereux et puissant, et c'est toujours avec une petite appréhension qu'il faut le mettre dans la platine, conscient de libérer ici une Bête certes fragmentée mais donc chaque élément mis bout à bout donne à voir la cartographie d'un monde encore bouillonnant et dont les effluves pénètrent le cerveau avec le même tranchant qu'auparavant.

note       Publiée le vendredi 28 septembre 2012

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Heteromorphonicks" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Heteromorphonicks".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Heteromorphonicks".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Heteromorphonicks".

cyberghost Envoyez un message privé àcyberghost

Substrated Skinniiiiiiiing !!!!!!

Note donnée au disque :       
MaxwellsDemon Envoyez un message privé àMaxwellsDemon

quelqu'un la dejà dit ici, mais si vous le voulez il y'a toute leur disco sur leur bandcamp!

cyberghost Envoyez un message privé àcyberghost

Aaaah Nella Miseria... Et somptueux final, en effet

Note donnée au disque :