Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCSylvain Carel › Caravansary

Sylvain Carel › Caravansary

cd | 22 titres | 61:59 min

  • 1 The Doors of Jerusalem [ 3:55]
  • 2 Shahrazad [ 1:12]
  • 3 Nile [ 4:07]
  • 4 Amazones [ 2:23]
  • 5 Fever [ 0:59]
  • 6 Now and Tomorrow [ 5:34]
  • 7 Waiting for You [ 1:47]
  • 8 Tales of Mù [ 4:52]
  • 9 Voices of the Dunes [ 3:47]
  • 10 Secrets of the Caravan [ 3:19]
  • 11 Voice of the Sand [ 1:38]
  • 12 Just a Dream [ 4:08]
  • 13 Ethereal [ 1:02]
  • 14 Taj Mahal [ 2:55]
  • 15 Two Small Shoes [ 2:20]
  • 16 Endless [ 1:18]
  • 17 Rani Dreams [ 2:41]
  • 18 Aurora [ 2:11]
  • 19 Odyssey [ 2:18]
  • 20 Shador [ 2:13]
  • 21 The Lotus and the Mountain [ 3:33]
  • 22 Return to Kashmir [ 3:39]

line up

Sylvain Carel (Clavier, synthés, pianos, guitares, basses, percussions, arrangements orchestraux et FX)

remarques

Pour plus d'informations sur Caravansary et Sylvain Carel, on peut visiter sa page sur le site de AD Music: http://admusic.wordpress.com/2012/01/31/sylvain-carel-caravansary-cd-for-july-2012-release/

chronique

Styles
musique électronique
Styles personnels
mÉ cinématographique

Que diriez-vous d’une fusion entre Vangelis et Hans Zimmer avec comme toile de fond les enchanteurs paysages nocturnes des déserts arabes? Nouveau venu dans l’écurie AD Music, Sylvain Carel s’élève au rang de la plus belle trouvaille du label de David Wright, ce qui n’est pas peu dire considérant l’explosion de Divine Matrix, et “Caravansary”, une ode musicale teintée d’une envoûtante approche tribale aux peuples de sables, est un premier album qui laisse entrevoir un énorme potentiel artistique chez le compositeur Français. Une fresque musicale constituée de 22 titres qui s’emboîtent tels des clips musicaux graphiques afin de mouler une longue trame sonore d’un film à imaginer, “Caravansary” nous transporte à dos de tapis volant au-dessus des fantaisies d’une civilisation dont les contes et légendes sont soyeusement racontés par une riche musique qui n’est en aucun moment en panne d’inspiration. Dès l’ouverture de "The Doors of Jerusalem" Sylvain Carel nous initie à son univers des contes arabes avec des voix éthérées et des souffles irisés ainsi que d’éparses percussions symphoniques et des tintements de clochettes ésotériques qui flottent dans une ambiance de carnaval arabique en éveil. Ambigüe le rythme se laisse séduire par des riffs et des larmes de violons qui déchirent l’ambiance sur des séquences sautillantes et un séduisant de pattern de percussions claniques qui serviront d’assises aux structures rythmiques de “Caravansary”. Le rythme sur le qui-vive et fracturé par des replis tant mélodieux qu’ambiants, "The Doors of Jerusalem" es le premier d’une série de titres qui se glissent l’un dans l’autre afin de structurer cette longue aquarelle musicale imprégnée d’une forte odeur cinématographique. Après une brève danse locale, "Nile" enchaîne avec un rythme déchiré entre son approche down tempo, ses brusques ruades claniques et ses tendres indécisions atmosphériques. Les percussions qui y claquent éveillent des réminiscences des approches up-beat de Jean Michel Jarre alors que les danses sauvages du Sahara nous rappelle la puissante trame sonore de Black Hawk Down de Hans Zimmer. En fait les influences d’un monde musical électronique éclectique abondent sur “Caravansary”. De Jarre à Vangelis en passant par Enya et Enigma, sans oublié Zimmer, ce premier opus du synthésiste Français est une impressionnante mosaïque d’électronica aux rythmes diversifiés et d’électronique avec un penchant plus rock avec de bons solos et riffs d’une Stratocaster, comme sur "Now and Tomorrow" et ses convulsions électro-pop qui palpitent à l’ombre des violons d’argile, "Tales of Mù" qui est un bel exemple des influences d’Enigma et Jarre ainsi que sur le très sec et rock électronique aux ambiances éthérées "Secrets of the Caravan". L’approche cinématographique est quant à elle hyper présente avec des arrangements orchestraux à taillader les émotions sur des titres aussi mélodieux que mélancoliques comme sur "Voices of the Dunes", le trop court "Voice of the Sand", le bipolaire "Just a Dream". Les mélodies de soie comme "Taj Mahal" et "Two Small Shoes", deux titres qui se collent dans un beau duel harmonique, le rêveur "Rani Dreams" qui roupille sur un délicat piano, le morose "Shador" ainsi que l’accrochant "The Lotus and the Mountain" et ses lames de violons hachurés qui couvrent une chorale berbère, sont habilement insérés parmi ces rythmes électroniques et folkloriques qui bousculent et secouent la très belle ode musicale qu’est cette ambitieuse et mélodieuse première œuvre de Sylvain Carel. “Caravansary” est une belle surprise et une autre très belle trouvaille pour le label AD Music qui remplit à merveille son mandat d’élargir les horizons de la MÉ contemporaine avec des œuvres plus mélodiques axées sur des structures plus accessibles pour un public élargi. Si vous aimez l’approche cinématographique de Vangelis et les ambiances éthérées et folkloriques arabes sur des rythmes secs et brusques, acidés dans un techno-rock-électronica à la Jarre ou Hans Zimmer, “Caravansary” de Sylvain Carel est aussi déroutant que subjuguant mais aussi génial que captivant.

note       Publiée le dimanche 9 septembre 2012

partagez 'Caravansary' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Caravansary"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Caravansary".

ajoutez une note sur : "Caravansary"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Caravansary".

ajoutez un commentaire sur : "Caravansary"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Caravansary".