Vous êtes ici › Les groupes / artistesWErik Wøllo › Emotional Landscapes

Erik Wøllo › Emotional Landscapes

cd • 11 titres • 68:08 min

  • 1In the Picture 2:51
  • 2Metaphor 4:42
  • 3Prism 4:15
  • 4Second Totem 5:25
  • 5Sounds of the Seen, Part I 8:06
  • 6Valley 3:02
  • 7Virtual World 5:54
  • 8Mountain Beach 5:21
  • 9Sounds of the Seen, Part II 3:00
  • 10Satellite 4:21
  • 11Echo of Night/Cadence 6:08

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

line up

Erik Wollo (Guitares, basses, synthétiseurs, claviers, piano, percussions, programmations et FX)

remarques

Pour en savoir plus sur la musique d’Erik Wollo et y entendre des MP3, visitez son site web: http://www.wollo.com/home.htm

chronique

Styles
folk
musique électronique
Styles personnels
folk électronique norvégien

Avec ses fines mélodies qui errent dans des ambiances légèrement imprégnées d’un mysticisme poétique, “Emotional Landscapes” est, à mon avis, la meilleure façon d’apprivoiser le doux univers d’Erik Wollo. Bien campé dans ses souvenirs Scandinaves, le nomade à la guitare rêveuse présente un beau canevas musical avec 11 titres qui s’échangent des ambiances boréales sur des rythmes et mélodies qui parfois chavirent et d’autres fois nous entraîne dans des atmosphères tribales d’un monde unique à la vision de son auteur.
"In the Picture" débauche ce 12ième opus de Wollo avec une belle mélodie méditative où les soupirs flottants d’une guitare solitaire enveloppent la douce approche mélodique d’un piano aux notes sphéroïdales qui ondulent comme un carrousel de brume. "Metaphor" épouse ce même pattern d’étrangéité et de mysticisme avec une ambiance glauque où des notes de guitares tissent une sombre mélodie minimaliste dont les courbes rotatoires sont torturées par des strates et d’éparses solos d’une guitare morphique. Le tempo s’alourdit mais reste lent, se cloîtrant dans une intense ambiance surnaturelle. "Prism" est un titre ambiant coulant sur une rivière d’accords qui fourmillent dans une attrayante contradiction harmonieuse que des vents flûtés caressent de souffles tribaux. "Second Totem" roule sur une belle ballade où la guitare dessine une discrète ligne mélodieuse qui est assaillie par une autre guitare aux solos plus incisifs. Le rythme s’anime et pour la première fois sur “Emotional Landscapes” nos pieds volètent sur un rythme toujours aussi délicat mais plus entraînant que des couches de violon et des chœurs absents décorent d’une douce touche morphique. Des gémissements de violons flottant dans des brumes mystiques ouvrent le très beau "Sounds of the Seen, Part I". Une fine série d’arpèges scintillants trace un ballet cosmique qui s’égare dans les pleurs des stradivarius alors que le titre plonge peu à peu dans un désordre affectif avec des riffs qui palpitent sous les caresses hybrides des arpèges et des violons. Le rythme devient spasmodique. Il tressaille abruptement, échappant sa cadence dans de brefs passages incertains pour reprendre de plus bel avec une étrange danse de folk électronique qui sied si bien aux approches du bohémien Scandinave.
Après une escapade dans des terres ambiantes et contemplatives en "Valley" et ses soupirs de guitare solitaire, "Virtual World" offre un doux rythme nourri d’une abondante faune de percussions. Un rythme sec qui éparpille sa cadence et qui ondule sous les caresses d’une basse dont les roucoulements hypnotiques chantent dans les vents d’un synthé aux souffles harmoniques et les airs discrets d’une guitare aux accords mélodiques. Ça prend quelques écoutes mais on fini par succomber à l’étrange charme de "Mountain Beach", de loin le titre le plus audacieux sur “Emotional Landscapes”. Sans rythmes précis il coule sur un mouvement linéal grugé par des percussions qui sonnent comme des gros criquets holocaustiques dont le tintamarre se perd dans les boucles et riffs d’une guitare qui ne manque pas de libérer une douce harmonie qui détonne dans ce décor abstrait. Plus ambiant et atmosphérique, "Sounds of the Seen, Part II" est un bon complément à sa première partie avec son violon qui pleure sur l’écho d’un prisme d’une nature automnale. Autre titre ambiant et méditatif, "Satellite" éparpille ses accords de guitare rêveuse dans des vents intersidéraux alors que "Echo of Night/Cadence" conclût sur un doux rythme morphique avec des nappes hachurées qui servent de canevas à une belle approche mélodieuse, tissée dans les rêves et souvenirs tant poétiques qu’harmoniques d’Erik Wollo. Et si nous restons patients, on peut entendre un dernier souffle atmosphérique avec "Cadence" qui est sans vie ni rythme, mais riche en ambiance et de sonorités d’une terre que même les rêves ne dessinent.
Mélodieux, tendre et attrayant! Tel est l’univers musical que “Emotional Landscapes” offre à nos oreilles. En flirtant avec un ésotérisme aux divinités aussi obscures que métamaphoriques, Erik Wollo moule ses structures minimalistes avec un souci du détail qui harponne instantanément notre éveil. C’est différent certes, mais c’est sans doute la plus belle musique contemplative que j’ai entendue.

note       Publiée le dimanche 9 septembre 2012

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Emotional Landscapes".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Emotional Landscapes".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Emotional Landscapes".

Wotzenknecht › dimanche 9 septembre 2012 - 16:18 Envoyez un message privé àWotzenknecht
avatar

J'aime bien son travail, on dirait parfois un Robert Rich du grand nord.

vargounet › dimanche 9 septembre 2012 - 14:52 Envoyez un message privé àvargounet

Un de ses plus beaux albums avec Polar drones et Wind journey.

Note donnée au disque :