Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNirvana (USA) › Nevermind

Nirvana (USA) › Nevermind

cd • 12 titres

  • 1Smells like teen spirit
  • 2In bloom
  • 3Come as you are
  • 4Breed
  • 5Lithium
  • 6Polly
  • 7Territorial pissings
  • 8Drain you
  • 9Lounge act
  • 10Stay away
  • 11On a plain
  • 12Something in the way

enregistrement

Début 1991, Sound City studios, Los Angeles

line up

Kurt Cobain (guitare et vocaux), Dave Grohl (David Eric Grohl) (percussions), Krist Novoselic (basse)

remarques

chronique

Las de la mauvaise distribution de leurs disques, c'est le 4 janvier 1991 que Nirvana signent pour David Geffen Company. Décision pourtant difficile, que de concilier une couverture correcte sans pour autant se détacher de leur éthique et philosophie punk. Par ailleurs, l'arrivée du solide David Eric Grohl derrière les fûts mettra enfin un terme à la valse des batteurs, véritable handicap du groupe depuis sa formation en 1987. Fier de toutes ces conditions, c'est durant la première moitié de 1991 que débute l'enregistrement du deuxième effort du groupe : Nevermind. Le 23 septembre de la même année, l'album est dans les bacs. Il divise les critiques. Bien que la majorité de la presse spécialisée l'accueille comme il se doit, certains réfractaires sont dubitatifs, ils n'entrevoient en aucun cas le sort auquel le disque sera réservé. Le son est plus propre, plus pop, les ballades sont plus nombreuses, bien qu'on y trouve des compositions plus agressives, comme "Stay away", ou notamment "Smells like teen spirit", futur hymne d'une génération désillusionnée. L'album connaît un succès imprévu et phénoménal, le grunge et la scène alternative sont projetés à la lumière du jour. Les médias, les distributeurs, bientôt les magasins de vêtements, voire les créateurs, amènent le mouvement sur les grandes allées et dans les vitrines, provoquant au final le juste contraire de l'attitude de départ. Car si avec ce Nevermind, le groupe de Seattle connaîtra son plus gros succès, il égorgera également dans son berceau son propre enfant : grunge is dead.

note       Publiée le samedi 25 mai 2002

réseaux sociaux

dernières écoutes

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Nevermind".

notes

Note moyenne        124 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Nevermind".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Nevermind".

Cinabre › samedi 28 août 2021 - 08:59 Envoyez un message privé àCinabre

Aaah les thumbnails YT et les accroches des journaux à grand tirage (pas que pozr allumer le feu du coup)… y a toujours de quoi esquisser un sourire quand c’est bien fait.

Dioneo › vendredi 27 août 2021 - 14:40 Envoyez un message privé àDioneo
avatar

Bon, j'ai lu l'article en entier... Il est bon en effet. J'en retire même ma réserve sur la phrase citée - qui dans le contexte, connectée au reste du texte, ne sonne pas si "plastronnante" que ça, voire pas franchement ! Je dirais même que ça ferait plaisir d'en lire plus, des articles comme ça (sujet et angle), axés "grand-public" comme tu disais, (N°6) (ou "presse culturelle généraliste" disons) mais précis dans le propos, pour autant, et "anglés", aussi, avec un propos pas là pour faire seulement "accroche". (C'est pas du Brut/Gonzaï/Vice, comme tu dis...).

Note donnée au disque :       
(N°6) › vendredi 27 août 2021 - 14:09 Envoyez un message privé à(N°6)
avatar

@nicola : si le mec était pigiste quand il a écrit l'article (qui est bien), il devait pas être payé bien cher à la base.

Dioneo › vendredi 27 août 2021 - 13:52 Envoyez un message privé àDioneo
avatar

Ah ah ! Je me faisais la même réflexion, à titre perso, sur les phrases un peu grosses que moi-même j'ai pu/je peux par ailleurs parfois sortir... Dans le cas de cet article et de celle que je cite, c'est justement que ça fait un peu "thèse" qui m'a fait tiquer, un peu schématisant aussi (surtout sur le côté "plus sophistiquées dans leur sauvagerie" etc., qui me paraît un poil péremptoire vu comme les scène indie et cie de l'époque/les parages concernées étaient variées, avec des trucs parfois bien retors, une richesse qui s'entend encore avec la distance - et post-nevermind ou pas.

Mais enfin bon l'article a l'air en effet assez cool - raison première pour laquelle je le postais, d'ailleurs ! JE me le lirai en entier dans l'aprèm, là j'ai digestion.

Note donnée au disque :       
nicola › vendredi 27 août 2021 - 13:51 Envoyez un message privé ànicola

Oui mais toi, (N°6), tu n’es pas payé pour écrire éventuellement des clichés.