Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPlanes Mistaken For Stars › Mercy

Planes Mistaken For Stars › Mercy

cd • 11 titres • 39:46 min

  • 1One Fucked Pony
  • 2Crooked Mile
  • 3Widow: A Love Song
  • 4Keep Your Teeth
  • 5To Spit A Sparrow
  • 6Never Felt Prettier
  • 7Killed By Killers Who Kill Each Other
  • 8Little Death
  • 9Church Date
  • 10Mercy
  • 11Penitence

line up

Gared O'Donnell (chant, guitare), Chuck French (guitare), Neil Keener (basse), Mike Ricketts (batterie)

remarques

chronique

Des avions qu'on prend pour des étoiles... sous ce nom à la fois sublime de poésie et odieusement emo, il y a huit bras de l'Illinois, qui charrient en un petit déluge d'album des parfums que de rares groupes du nouveau millénaire, métal ou plus généralement rock, peuvent se vanter d'avoir ne serait-ce qu'en échantillons sephora. Converge en proie au gospel du dimanche et aux Afghan Whigs ? Bryan Adams, en fin de carrière et dépressif, embauché au micro de bébé Neurosis ? Contrairement à ce que l'ivresse des premières écoutes m'a fait croire, non, pas exactement. Mercy, avec sa peinture de pochette dark-chouquette à en crever, est surtout forgé dans un alliage rare et précieux ; moiré ; un peu comme Static Tensions et Spiral Shadow de Kylesa, c'est un disque dont il est malaisé - et plus encore malvenu - de chercher à cibler avec précision les ingrédients, de peur d'en gâcher la pureté, l'insolente beauté. Les instants de fureur aigüe succèdant aux accalmies fébriles en feraient objectivement, dit aussi platement, un album de pur post-hardcore. Mais la différence ici, c'est l'émotion. Je veux dire, on parle de quelle émotion quand on voit généralement 'post-hardcore', depuis dix ans ? Je parle ici d'une émotion d'hommes avec un minimum de distinction et de sensibilité, pas celle de gros empotés à bouc qui ne savent rêver de plénitude qu'en imaginant des posters d'animaux marins. Ici les instants de plénitude, ces, hem, fameux "plans" calmes, finalement plus en rapport avec le jeu de contrastes typique des grands noms du grunge, évoquent la plénitude de choses de la vie : l'épilogue d'une dispute, une chambre bousillée, une nana tabassée gisant à côté du plumard et les sanglots presqu'imperceptibles s'évanouissant de sa petite bouche fraîchement bleuie ; les cheveux gominés en bataille après l'amour, la crainte de ne plus mener le jeu en mec comme il faut, ne rien montrer, panser les plaies, ravaler sa morve, sentir les regrets affluer, étrangler la colère... Accepter. Il faut bien dire que l'album ne serait rien sans le chant exalté et brûlant de passion de Gared O'Donnell, qui fait presque la différence à lui seul, sous les descentes de riffs capricieuses, le martèlement fataliste, et cette atmosphère orageuse de fin d'été... Mercy est une rencontre intime entre le metal hardcore et la soul de blanc-bec, ni plus ni moins. Un truc qui te saisit le coeur sans passer par la cage thoracique. Le groupe a dû se faire un peu peur ("be not afraid", entend-t-on pourtant distinctement sur la ballade finale) et n'a pas réenregistré depuis, se limitant au live et à la publication de fonds de tiroirs. Reste un petit disque assez inoubliable, qui vous transforme le temps de quarante ennivrantes minutes en beau gosse saccagé, errant seul dans la nuit, la gorge serrée et les yeux fiévreux.

note       Publiée le dimanche 19 août 2012

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Mercy".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Mercy".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Mercy".

born to gulo › dimanche 10 mai 2020 - 15:50  message privé !

Dessus, ils ont déjà le son, ils ont déjà la fièvre et l'envie... Pas encore la grâce.

Note donnée au disque :       
Raven › dimanche 10 mai 2020 - 15:35  message privé !
avatar

Brigand. C'est pas dit que. M'souviens que la fièvre y était déjà, sans que ce soit aussi intense que Up in (en même temps le titre met la barre trop haut).

born to gulo › dimanche 10 mai 2020 - 15:20  message privé !

Je le vends, si tu veux ^^

Note donnée au disque :       
Raven › dimanche 10 mai 2020 - 15:17  message privé !
avatar

J'ai choppé Up in them Guts et Prey depuis, tout aussi recommandables ouais... Et le Hawks & Doves du Gared, pas loin derrière. Par contre le premier, faut que je retente.

born to gulo › dimanche 10 mai 2020 - 14:57  message privé !

"Le groupe a dû se faire un peu peur ("be not afraid", entend-t-on pourtant distinctement sur la ballade finale) et n'a pas réenregistré depuis, se limitant au live et à la publication de fonds de tiroirs. Reste un petit disque assez inoubliable" ; alors celui d'avant et d'après sont non moins inoubliables (tu le sens, l'appel du pied ?).

Note donnée au disque :