Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEsoteric › The maniacal vale

Esoteric › The maniacal vale

cd | 4 titres | 00:00 min

  • 1 Circle [20:45]
  • 2 Beneath This Face [ 11:22]
  • 3 Quickening [12:19]
  • 4 Caucus Of Mind [7:22]

cd | 3 titres | 00:00 min

  • 1 Silence [15:45]
  • 2 The Order Of Destiny [11:33]
  • 3 Ignotum Per Ignotius [22:43]

enregistrement

Enregistré, mixé et masterisé aux Priory Recording Studios par Esoteric et Greg Chandler

line up

Gordon Bicknell (guitare); Greg Chandler (vocaux, guitares); Joe Fletcher(batterie); Mark Bodossian (basse), Olivier Goyet (Claviers)

remarques

artwork par Kati Astraeir

chronique

Ouch. Un double album de Doom, ça s’est souvent vu, ça ? Et pas n’importe quel doom, avec ça. Pas de verdure évoquant fumeries bucoliques et antiques 70’s, on est pas chez Cathedral. On est DANS une cathédrale, ça oui. Une cathédrale de douleur, un gros cumulus chargé de tourment, un immense maelström boueux et dépressif à perte de vue, comme cette pochette magnifique évoquant l’œil de Jupiter, charriant dans son tourbillon démons et créatures orphiques. Emportés à jamais. Donc, je disais, c’est un disque de funeral doom. Enfin, pas tout à fait, il paraît. C’est qu’on perd vite le fil d’Ariane dans cette vallée de larmes. Esoteric, groupe au nom ridicule quand on y pense, a accouché là d’un grand disque chronophage, où dimensions et espace-temps n’ont plus prise. Si les lyrics sont plombés par les sempiternels tics d’écriture du genre, on y décèle bien vite le thème : dépression existentielle sans issue, lassitude infinie, écoulement mortel du temps, et éternel recommencement du supplice. Déjà les arpèges introductifs de Circle nous brisent le cœur : quelle affliction a pu engendrer une résignation pareille ? Inutile de fixer des repères dans le reste du disque… Aucun homme ne plantera jamais de vain fanion sur Jupiter. Maniacal Vale, dans son refus de toute structure linéaire, bien caché par la lenteur des développements, nous perd, nous échappe, comme cette vie qu’il dépeint avec une horreur résignée. Les impatients et épidermiques comme moi ne trouveront aucun réconfort dans cette prison-vortex, si ce n’est celui de se dire que dans 1000 écoutes, ils n’en verront toujours pas les murs. Valeur sûre. D’ailleurs, ce disque s’apprécie bien mieux en marchant dehors, au casque, là où sa production généreuse semble prodiguer toute son absence de limites. Et ces volutes psyché, à peine perceptibles, ces sons d’outre-tombe en sourdine, sont-ils là ou sont-ils suggérés ? J’ai les miennes, de limites, comme tout chroniqueur, il ne faut pas se méprendre. Une chose est acquise : à Birmingham on a jamais rigolé avec le lourd et le sombre.

note       Publiée le vendredi 17 août 2012

partagez 'The maniacal vale' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The maniacal vale"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The maniacal vale".

ajoutez une note sur : "The maniacal vale"

Note moyenne :        12 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The maniacal vale".

ajoutez un commentaire sur : "The maniacal vale"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The maniacal vale".

born to gulo › mardi 9 janvier 2018 - 22:02  message privé !

hashtagteamdariev

Note donnée au disque :       
ericbaisons › dimanche 9 septembre 2012 - 16:20  message privé !

il passe de mieux en mieux le paragon en fait, faut pas lui donner trop d'importance lors de l'écoute et il se révèle par moments. Effectivement c'est pas du niveau des précédents mais tout de même je ne regrette plus trop de l'avoir en CD.

Note donnée au disque :       
Fryer › vendredi 24 août 2012 - 07:53  message privé !

D'ailleurs, quand est-ce qu'il bougent leur cul sur Paris ?

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › vendredi 24 août 2012 - 06:34  message privé !

LE monument Esoteric pour moi, depuis Pernicious Enigma dont il reprend la substance mais avec un son et une maîtrise plus proche de Metamorphogenesis. Putain, 'Caucus Of Mind' en live, c'est indescriptible.

Note donnée au disque :       
Deckard › samedi 18 août 2012 - 22:53  message privé !

Album-Monument que ce Maniacal Vale, le meilleur du groupe à mon sens, une épaisseur nouvelle, une production nuancée d'une richesse infinie et une douleur envahissante dans laquelle on s'oublie volontiers. Complètement mortel.