Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesJJacula › Tardo pede in magiam versus

Jacula › Tardo pede in magiam versus

cd | 5 titres

  • 1 U.F.D.E.M. [9:02]
  • 2 Praesentia Domini [10:58]
  • 3 Jacula Valzer [6:16]
  • 4 Long Black Magic Night [11:22]
  • 5 In Old Castle [9:36]

enregistrement

1971

line up

Anthony Bartoccetti (guitare, basse, chant), Charles Tiring (orgue, clavecin, synthétiseur moog, chant), Fiamma Dello Spirito (chant, violon, flûte), Franz Parthenzy (medium)

chronique

Et Jacula ? Vous connaissez Jacula ? Bon. Vous me pardonnerez ce jeu de mot facile, mais c'était trop tentant. Alors voilà un groupe bien curieux qui, à côté d'un Pierrot Lunaire ou Opus Avantra (autres formations transalpines du début des années soixante-dix), distille une musique qu'on a vite fait de cataloguer de progressive alors qu'elle n'a franchement rien à voir. A l'écoute de ce "Tardo Pede in Magiam Versus", quelques uns d'entre vous vont vraiment commencer à se poser des questions quant à l'origine du doom ou du black. Jacula aurait-il eu son mot à dire ? Bien que l'album soit dépourvu de guitares grasses et de la présence d'un batteur ou d'un percussioniste, il propose une suite de six titres (supposés nés d'une séance de spiritisme) qui auraient très bien pu illustrer la bande sonore de n'importe quel film de Bela Lugosi. Dès "U.F.D.E.M.", la star de l'album fait son entrée : un orgue possédé à vous donner la chair de poule et qui s'anime comme sous l'emprise d'un démon. A ce festival quasi lithurgique, où l'on vénère plus le pentagrame que la croix du Christ, il faut ajouter des touches de clavecin, des filets de violons, des interventions à la flûte et une voix féminine toute aussi inquiétante, récitant tantôt dans la souffrance des textes latins ("Praesentia Domini"), tantôt déployant toute sa beauté sur des mélodies fantômatiques obsédantes ("Jacula Valzer") ou se plantant lamentablement aussi, hélas, dans une diction en anglais qui rompt tout le charme ("Long Black Magic Night"). Excepté ce faux pas, ce premier album du futur Antonius Rex mérite toute l'attention de ceux qui prétendent vouloir se nourrir de toutes les influences occultes qui ont bien pu exister.

note       Publiée le samedi 25 mai 2002

partagez 'Tardo pede in magiam versus' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Tardo pede in magiam versus"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Tardo pede in magiam versus".

ajoutez une note sur : "Tardo pede in magiam versus"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Tardo pede in magiam versus".

ajoutez un commentaire sur : "Tardo pede in magiam versus"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Tardo pede in magiam versus".

E. Jumbo › lundi 13 septembre 2010 - 23:50  message privé !

Woh très bonne découverte, en effet c'est du dark ambient néoclassique gothique avec quinze voire vingt ans d'avance... Quelques passages vraiment superbes, dommage pour la partie en anglais en effet très moche, l'accent italien c'est pas le plus tolérable sur l'anglais... Par contre "Jacula Valzer" c'est quoi, de la bossa nova ? ^^

Note donnée au disque :       
Thierry Marie › dimanche 12 septembre 2010 - 16:02  message privé !

un disque étrange, dérangé. Mais, passé l'étrangeté, reste la musique. Et là... je la trouve assez pauvre.

Note donnée au disque :       
Rosarius › jeudi 9 avril 2009 - 16:05  message privé !

C'est vrai que le son n'a pas pris une ride, la production est un peu intemporelle, et c'est justement grâce à ce choix de la sobriété. Orgues, liturgies malsaines, flûte et violon, rien de plus. Et ça marche, grands dieux! Entièrement d'accord avec toi Twilight, c'est l'ancêtre du Gothique néoclassique...bien plus que du Doom (ce rôle là serait plutôt endossé par les albums solo d'Antonius Rex)...et ce disque est tellement possédé qu'il ne pourra que difficilement être détrôné par quelque homologue stylistique actuel.

Twilight › mercredi 8 avril 2009 - 19:04  message privé !
avatar

je l'ai enfin reçu moi aussi...vraiment étrange pour dire que ce disque a plus de 30 ans d'âge...je voyais ça plus sombre...mini déception...puis cet aspect liturgique, ces récitations féminines en Italien...miam ! En fait, ce disque a près de 20 ans d'avance sur plein de projets soit disant 'gothiques ambient néoclassiques'...J'aurais presque envie de dire que ça manque de percussions mais finalement cette option sobre dans les lignes évite peut-être pas mal de 'bombastic' clichés...J'hésite encore entre 4 et 5, j'ai besoin de plus d'écoutes mais je regrette pas mon achat, c'est certain.

Neocreed › lundi 6 avril 2009 - 19:10  message privé !

mec je te respecte ; ce disque est tellement weird, je l'ai laché tellement je n'savais pas par ou le prendre