Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSparklehorse › Dreamt For Light Years In The Belly Of A Mountain

Sparklehorse › Dreamt For Light Years In The Belly Of A Mountain

cd | 12 titres | 53:14 min

  • 1 Don't Take My Sunshine Away [3:05]
  • 2 Getting It Wrong [2:16]
  • 3 Shade And Honey [4:08]
  • 4 See The Light [3:42]
  • 5 Return To Me [3:18]
  • 6 Some Sweet Day [4:20]
  • 7 Ghost In The Sky [3:28]
  • 8 Mountains [3:42]
  • 9 Morning Hollow [7:23]
  • 10 It's Not So Hard [2:52]
  • 11 Knives Of Summertime [4:19]
  • 12 Dreamt For Light Years In The Belly Of A Mountain [10:35]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré à Static King, Tarbox Road & Altamont par Mark Linkous, Dave Fridmann, Danger Mouse, John Parish et Alan Weatherhead.

line up

Danger Mouse (sampler, programmation, orgue), Dave Fridmann (basse, vibraphone, piano, mellotron), Mark Linkous (chant, basse, guitare, sampler, synthétiseur, cordes, piano electrique, piano, batterie, pump organ, optigan, e-bow, boucle), Joan Wasser (violon), Scott Minor (batterie, électronique, clavier casio, harmonium), Sophie Michelitsianos (choeurs), Steven Drodz (batterie, guitare écho), Johnny Hott (piano, batterie), Melissa Moore (violon, basse), Alan Weatherhead (pump organ, lap steel guitar), Matthew Linkous (guitare), Tim Reagan (piano), Rex White (pedal steel guitare),

Musiciens additionnels : Tom Waits (piano 9)

chronique

Styles
indie rock
folk
pop
ambient
Styles personnels
crépuscule pop noisy

Cinq années de lutte contre l'addiction et la dépression chronique. Rencontre à distance avec un fan au vent en poupe, le producteur hip-hop Danger Mouse (Gorillaz, Gnarls Barkley), pour se remettre sur les rails, reprenant des chansons mises de côté à l'époque de l'album précédent, parce que trop pop. Toujours le fidèle Dave Fridmann aussi, mais plus discret cette fois. Et le retour dès "Don't Take My Sunshine Away" d'un son plus anguleux, plus bricolo, plus noisy et rapeux, et un manifeste à garder sa petite part de lumière dans une vie de ténèbres. Le titre à rallonge et le clown sur la pochette rappelant le tout premier opus, indices d'un retour aux sources, plus de contrastes, plus d'expérimentations, joie du bidouillage foutraque plutôt que grosse production scintillante. Les deux producteurs vraiment au service de Linkous, présence mais effacement pour laisser place à une seule identité, celle de l'homme à la tête de cheval qui livre aussi son lot de productions personnelles, seul chez lui, comme avant : la pop bruitiste et répétitive de "Ghost in The Sky", le folk en apesanteur de "Return to Me", bouleversant, ou le très pur et doux "Shade and Honey". Danger Mouse apporte les beats minimalistes de "Getting It Wrong", étrangeté de la voix comme sous hélium, petite ritournelle triste et fragile pleine de bruits fantomatiques; les bricolages et les samples noisy de "Mountains", folk hypnotique et hallucinogène imbibé de fuzz, à la voix comme étouffée. "Morning Hollow", déjà présent caché en fin d'album précédent, encore plus beau et lancinant. Fridmann ramène dans ses bagages Steven Drodz (des Flaming Lips) et sa batterie gigantesque sur "It's Not So Hard", géniale pop song noisy, suivie de l'élégiaque "Knives of Summertime", une des plus belles mélodies de Linkous, country un peu rêveuse et bucolique, pleine de boucles et de bruits électroniques en arrière, de surgissements inattendus de sons un peu aliens. Et d'en finir sur le magnifique "Dreamt for Light Years in the Belly of a Mountain", instrumental de plus de dix minutes, fascinant, développé à partir d'une simple guitare spectrale et d'un bip irrégulier, accompagnés du son statique d'une radio mourante, une vague perpétuelle qui ne cesse de revenir sur laquelle se greffent tout doucement des cordes, un piano, un mellotron, une pedal steel et autres fourmillements électroniques pour accompagner la nuit de Virginie, le regard plongé dans la voûte étoilée, s'endormir caressé par une brise fraîche, ou saisi d'angoisse sur le porche de la ferme... La voix de Linkous y brille de son absence, pour ne plus jamais se faire entendre.

note       Publiée le vendredi 27 juillet 2012

partagez 'Dreamt For Light Years In The Belly Of A Mountain' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Dreamt For Light Years In The Belly Of A Mountain"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Dreamt For Light Years In The Belly Of A Mountain".

ajoutez une note sur : "Dreamt For Light Years In The Belly Of A Mountain"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dreamt For Light Years In The Belly Of A Mountain".

ajoutez un commentaire sur : "Dreamt For Light Years In The Belly Of A Mountain"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dreamt For Light Years In The Belly Of A Mountain".

(N°6) › samedi 31 mars 2018 - 17:47  message privé !
avatar

Ca fait quelque chose de réécouter ça aujourd'hui. Une autre époque. Y avait des perles là-dessus, l'enchainement des trois derniers titres est imparable et une belle illustration du talent éclaté de Linkous. Un coup de fusil dans le coeur, quand je pense...

Note donnée au disque :