Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKaS Product › Black & Noir

KaS Product › Black & Noir

  • 1990 • Fan club FC 061 • 1 LP 33 tours

cd • 11 titres • 29:40 min

  • 1Mind02:43
  • 2Black & Noir01:50
  • 3Seven03:54
  • 4Take Me Tonight03:59
  • 5In Need03:11
  • 6Malena02:43
  • 7Crash03:04
  • 8Mezzo01:54
  • 9Electric03:14
  • 10Party02:31
  • 11Doctor Insane00:25

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré sur un 2 pistes (sauf morceau 9 sur un 8 pistes), par Patrick Geschlecht

line up

Mona Soyoc (chant, guitare, piano), Spatsz (boites à rythmes, synthétiseurs)

Musiciens additionnels : Marquis (guitare 4), Plume (batterie 9)

remarques

chronique

Styles
cold wave
rock
electro
Styles personnels
trésors cachés d'électro-cold wave

Nancy en force. Y en avait encore sous le caisson, planqué dans les cartons, archives probablement datées de la première période, Kas Product au Trias, boîtes à rythmes Mésozoïque, ça carbure au carbone 14, fixé sur quelques pistes, grinçouillage, bruit de souffle et démos démoniaques. Le Spatsz à mèche, dinosaure minimal wave penché sur ses synthés aux vibrations de sex-toy ricanant. Mona l'androgyne latine flambée sussure et feule jazzy, harangue et déclame en harpie de bad cave, allumeuse de dissonances dans le noir, griffonne la guitare et matraque le piano au bar à filles de joie. Dans la grotte, on y trouve des empreintes de massacre acide de junkie en manque, des restes de litanie poétique sur fond de chaos électrostatique, des odeurs encore flottantes de mélodies rampantes parcourues d'inquiétude et de séduction délétère. En organisant les fouilles, on tombe terrassé face à face avec de la tuerie rockabilly rétro-robotique séminale, le premier squelette de ce qui sera "T.M.T" à une époque plus civilisée, version brut de décoffrage, labourage à la vapeur, ça gronde et ça vibre en gorge profonde. Sa sent encore le bricolage d'avant la pop, les sons qui se répercutent contre les parois, les stalactites en caisse de résonance, Mona peut bien chanter dans un micro à charbon, à califourchon sur un stalagmite phallique, sa voix reste ensorcelée par d'anciens esprits. Contre le mur, les traces d'un "Crash" macabre, véhicule d'un autre temps encastré contre les peintures rupestro-industrielles, preuve est faite que l'humour noir était pratiqué même dans les recoins les plus sombres de la préhistoire de l'électro-pop. Continuer à creuser, nettoyer les vestiges de ce cabaret d'où remonte, fantomatique, l'Amérique-latine imaginée des ancêtres de Mona, expurger en español, machination désirante de la "Malena". Si vous passez dans le coin, venez visitez ce monument historique, c'est pas cher et ça vaut le coup, il est troublant de voir devant quels autels se prosternaient les sorciers d'une autre ère, sombre et défricheuse. Ne pas oubliez de s'agenouiller devant la figure de Mona, au cas où elle voudrait revenir nous visiter, nous autres...

note       Publiée le vendredi 6 juillet 2012

Dans le même esprit, (N°6) vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Black & Noir".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Black & Noir".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Black & Noir".

mangetout › vendredi 8 février 2019 - 19:37  message privé !

Ouais tout ça est triste, une mèche rebelle de mon adolescence qui s'en va, nous n'avions que 10 ans d'écart...

Klarinetthor › mercredi 6 février 2019 - 18:05  message privé !

un petit ton en dessous des albums, différente ambiance aussi

Note donnée au disque :       
Aplecraf › samedi 2 février 2019 - 22:30  message privé !

Le genre d'infos qui touchent au coeur. Quelle tristesse !

(N°6) › samedi 2 février 2019 - 18:12  message privé !
avatar

Merde alors. Je suis bien content de les avoir vu une dernière fois y a pas longtemps, ils étaient encore au top. Mona doit être bien triste...

Note donnée au disque :       
Richard › samedi 2 février 2019 - 17:06  message privé !

Triste nouvelle. Pas bon ce samedi, vraiment pas bon.