Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTDevin Townsend › Deconstruction

Devin Townsend › Deconstruction

cd • 9 titres

  • 1Praise the Lowered
  • 2Stand
  • 3Juular
  • 4Planet of the Apes
  • 5Sumeria
  • 6The Mighty Masturbator
  • 7Pandemic
  • 8Deconstruction
  • 9Poltergeist

line up

Joe Duplantier (us) (vocals on "Sumeria"), Ihsahn (vocals on "Juular"), Paul Masvidal (vocals on "Sumeria"), Devin Townsend (vocals, guitars, bass, keyboards, programming), Ryan Van Poederooyen (drums on tracks 1, 2, 4, 6 and 10), Dirk Verbeuren (drums on tracks 3, 5, 6, 7, 8 and 9), Paul Kuhr (vocals on "Praise the Lowered"), Mikael Åkerfeldt (vocals on "Stand"),Tommy Giles Rogers (vocals on "Planet of the Apes"), Greg Puciato (vocals on "The Mighty Masturbator"), Floor Jansen (vocals on "Pandemic"), Oderus Urungus (vocals on "Deconstruction"), Fredrik Thordendal (solo on "Deconstruction"), Morean (undertones on "Stand" and "The Mighty Masturbator"), Prague Philharmonic Orchestra

remarques

cet album fait partie du Devin Townsend Project

chronique

Styles
metal
metal extrême
Styles personnels
brutal jumble symphonic

Les pétards mouillés, Devin ça fait dix ans qui nous les envoie. Alléché peut être par un teaser racoleur, la liste des invités longue comme le bras nous criait pourtant méfiance. Deconstruction, le projet extrême de Devin-je-suis-bipolaire (bon c’est à la mode depuis dix ans aussi, si on était dans les années 60 il aurait été enlevé par des extra-terrestres), qui nous refait le énième coup du je me scinde en deux, faisant précéder la sortie de son "projet" par des disques pop et ambiant plutôt mauvais (et la présence de la délicieuse Anneke n’y fera rien), est aussi excessif et sirop qu’il est bourrin et flasque. J’ai toujours aimé le côté symphonie chez Townsend, son côté comédie musicale outrée – j’adore Infinity – et l’idée que Deconstruction puisse être de cet acabit m’a un peu entraîné dans une impasse. Deconstruction fait du Townsend à outrance, avec des couches de mauvais refrains épais comme pas deux, des labyrinthes inutiles, des longueurs vraiment longues (la plupart des titres de dix minutes devraient en durer trois), soit un léger syndrome Mike Patton feat Max Cavalera, multipliant les invités et les audaces qui enfoncent des portes ouvertes. Entendons nous, ce disque n’est pas foncièrement mauvais, mais il continue de balayer les rives du Townsend qui agace, qui chante de travers (bien que cela semble s’être réglé très récemment au vu des lives, où il retrouve son "chant" des 90’s, bizarrement), qui abuse des rythmiques tagada, des chœurs, et qui n’arrive plus à aucun moment à emporter l’auditeur. L’auto-parodie continue donc, malgré quelques éclairs… de génie.

note       Publiée le vendredi 1 juin 2012

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Deconstruction".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Deconstruction".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Deconstruction".

Aladdin_Sane › samedi 30 mars 2019 - 10:41  message privé !

Je n'en n'attendais pas grand chose et j'avoue bien accrocher au nouvel album "Empath". Il y a (encore) un peu de tout dans cet album : des refrains symphonico bubble-gum mais aussi le côté bourrin de SYL. A creuser...

Aladdin_Sane › vendredi 15 février 2013 - 13:56  message privé !

Il est excellent le p'tit dernier "Epicloud". La reprise de "Kingdom" est magnifique et tout l'album dégage cette atmosphère gospelo-métallique grandiose. J'avais enterré le canadien un peu trop vite...

saïmone › vendredi 7 décembre 2012 - 19:42  message privé !
avatar

Merde, oui on redécouvre l'album en live... qui gagne une boule

Note donnée au disque :       
Aladdin_Sane › mardi 19 juin 2012 - 10:59  message privé !

Devin vient de sortir un coffret CD/DVD reprennant l'intégralité des 4 derniers albums en live. Curieux de voir ce que ça vaut même si je ne suis pas fan des dernières productions du monsieur...

grinningFace › vendredi 1 juin 2012 - 19:20  message privé !

No problem de mon côté et m'en fout si j'aime les rythmiques tagada... parce qu'après un "Ki" vraiment pas top, un "Addicted!" kikoolol, "Deconstruction" a tourné tout l'été dernier sans fatigue, avec grand plaisir et surtout sans l'usure rapide que me valent certains emballements/coups de coeur trop vite digérés. Avec une bonne ambiance de "psycho circus" et de nevro-grandhuit bien raccord avec la pochette. Les choeurs, le uber-grotesque, le Queen-déglinguo : j'adore (à la différence du-dit Queen)... Juular est à tomber... Seul bémol je l'accorde sur "Deconstruction" (too long my friend)... 5/6 et l'un de mes chouchous du bonhomme.

Note donnée au disque :