Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesOOrka › Oró

Orka › Oró

  • 2011 • Tutl IDA076 • 1 CD digipack

cd • 10 titres

  • 1Orógv
  • 2Betri Tiðir
  • 3Hungur
  • 4Aldan Reyð
  • 5Fylgið
  • 6Hon Leitar
  • 7Tað Vakrasta
  • 8Rúmdardrongurin
  • 9Moldblak
  • 10Kapersber

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Salt Warehouse, Port de Tórshavn, Iles Feroé, 15 février-12 mars 2010; Stokumori, Innan Glyvur, Iles Feroé, 2 août-20 septembre, 15-25 octobre 2010.

line up

Jens L.Thomsen, Uni Arting, Olavur Jákupsson, Oktopus

Musiciens additionnels : Hogni Lisberg (choeurs additionnels)

remarques

chronique

Les scènes alternatives du Nord sont riches bien que peu fournies et s'exportent finalement assez peu surtout quand elles chantent dans leur langue d'origine ; c'est dire que si l'un de ces projets parvient sous nos latitudes jusqu'à y remporter un vrai succès, d'estime au moins, c'est qu'il y a de bonnes raisons à cela. Les Féroiens de Orka se sont fait remarquer par une instrumentation aussi atypique que leur musique puisque la plupart des instruments, majoritairement percussifs, avaient été fabriqués maison avec du matériel de récupération un peu à la manière des Allemands de Einstuerzende Neubauten. Si j'avais été impressionné par la démarche, la musique, mélange de post rock bancal, de folklore et de trip hop, m'avait moins séduite, contrairement à celle de ce second opus, nettement plus brute. Poussant sa démarche plus en avant, le groupe se détache des racines mêmes d'un sol qui lui confère sa puissance et son originalité pour se concentrer sur la forme, la sublimer...S'inspirer de l'âpreté des reliefs de l'île, du flux salé des marées, de la mélancolie mystique du gris d'un ciel en mouvement mais sans subir le carcan des origines, créer une musique aux contours contemporains mais au coeur farouchement ancré dans la terre nourricière. Pari gagné, 'Oro' est une merveille. Tel un Sigur Rós industriel ou un Depeche Mode réinterprété par Einstuerzende Neubauten aux frontières du chamanisme moderne, Orka conjugue martèlements métalliques, boucles oppressantes, chant sombre aux limites de l'incantation (l'usage du féroien fait mouche). Le véritable talent de cette formation réside de cette capacité à oser l'expérimentation sans dissonance ni agression et la faire cohabiter avec des parties plus tranquilles ; en gros marier la mélodie à la puissance implacable des étranges sculptures sonores conçues par le leader du collectif, Jens Thomsen. On notera d'ailleurs que la co-production est assurée par l'un des membres de Dälek, The Oktopus, qui a dû goûter aux climats si particuliers du combo. Car l'obscurité de Orka n'a rien de funèbre, elle est le reflet de ces étranges nuits aux teintes particulières qui baignent les contrées du Nord, c'est un noir certes inquiétant mais également empli d'espace et d'énergie primale, ce qui autorise même quelques moments plus apaisés tels que 'Aldan Reyd' ou 'Hon Leitar'. Original, inspiré, unique, parfait pour ceux qui trouveraient intéressante mais ennuyeuse la démarche de Sigur Rós.

note       Publiée le mardi 29 mai 2012

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Oró".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Oró".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Oró".